En voilà un jeu de légende ! Et malgré toutes ces années, il reste tout aussi magnifique.

Vous ne connaissez pas ce jeu ? Sachez simplement qu'il est un éminent épisode de la série Castlevania, qui se nomme Akumajo Dracula au Japon.

En schématisant, en trouve deux types de fans de Castlevania : ceux qui privilégient le côté plates-formes / action et qui ne jurent que par Dracula X sur PC Engine CD, et ceux qui préfèrent le côté RPG et sacralisent Symphonie of the Night sur Playstation.

Akumajo Dracula X sur PC Engine CD.
Akumajo Dracula X sur PC Engine CD.

Ici, on va donc se pencher du côté old school de la série, avec cet épisode qui clos en beauté le modèle action / plates-formes de la série.
Dès la console allumée, on plonge dans l'ambiance gothique du titre, particulièrement réussie ici. Le plus étonnant, c'est de voir l'introduction doublée... en allemand ! Tout simplement parce que l'action se passe là bas. Mais pour un jeu sorti uniquement au Japon, cela a de quoi surprendre.

Dans cette aventure, on incarne Richter Belmont, un lointain cousin de Simon Belmont. Dès les premières minutes, on comprend sa douleur : même pour l'époque, la maniabilité est ultra rigide. Alors que Castlevania IV sur Super Nintendo permet de varier les plaisirs en frappant en diagonale ou en s'accrochant avec son fouet, ici on revient aux sources des épisodes MSX et NES.

Finalement on s'y fait, la série n'ayant jamais brillé par sa facilité, loin de là. Le jeu se base sur l'apprentissage, et il vous faudra recommencer le niveau de nombreuses fois avant de pouvoir en venir à bout. Le tout est varié, et largement moins bourrin que l'on pourrait penser de primer abord ; et ce notamment lors des combats contre les boss où faut clairement définir sa stratégie sous peine de se prendre un Game Over supplémentaire.
La difficulté est donc d'un autre âge, et demande des nerfs d'aciers sous peine de fracasser sa pauvre manette dans le mur. Le tout est tout de même monstrueusement bien pensé : on au beau s'énerver, les erreur viennent du joueur, pas du level design...

Ce qui marque le plus dans Dracula X, c'est son ambiance. Graphiquement, c'est déjà superbe, mais ce qui reste le plus dans la tête du joueur, ce sont les mélodies tout simplement magnifiques. Elles sont parfois de qualité inégale, mais la plupart restent la crème de la crème des musiques entendues dans un jeu vidéo.

L'aventure préfigure ce qui se fera dans Symphonie of the Night. Pour terminer le jeu, tous les niveaux ne sont pas obligatoires, un système d'embranchements permet de choisir sa route. Chaque partie est donc différente. Chose très appréciable, il est possible de sauvegarder sa partie entre les niveaux.
culte, indispensable !

Akumajo Dracula X

Dracula X est un jeu légendaire. L'essayer, c'est tout simplement en prendre conscience.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)