Arcania : The Complete Tale nous propose une version HD de Gothic 4 et de son unique extension, The Fall of Setarrif.

Exhumer le nanar


A l'origine, Gothic 4 : Arcania est sorti sur PC en 2010. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que déjà à l'époque, il n'avait pas fait l'unanimité. Il faut dire que Gothic, c'est une série chargée d'histoire. De l'Histoire du RPG à l'américaine plus exactement.

La série s'est toujours démarquée par des mondes immenses à parcourir, et par une ouverture sur le libre-choix vraiment bien foutue. Plus dure sera la chute.

L'image vient de l'éditeur, en réalité la réalisation est un bon cran en dessous.
L'image vient de l'éditeur, en réalité la réalisation est un bon cran en dessous.

Nordic Games, le développeur, ayant entre temps été racheté, on a tout perdu de ce qui faisait l'âme de la série, et on se retrouve avec un jeu de rôles ultra classique, rigide, et très orienté vers le grand public.

Alors voir Arcania arriver quelques années plus tard dans une version techniquement revisitée a quelque chose de surprenant.

Des développeurs sourds, aveugles, et fauchés


Arcania est ultra basique, c'est un fait. A la limite, on peut comprendre que ce soit un parti-pris. Le truc, c'est que la réalisation est parfois foudroyante de connerie.

La direction artistique est classique, mais efficace.
La direction artistique est classique, mais efficace.

Déjà, il faut commencer par parler des PNJ (les personnages que vous croisez tout au long de l'aventure). En gros, les développeurs on fait 2 ou 3 modèles, c'est tout ! Du coup, on croise tout le temps le même mec ! Et là, c'est clairement pas évident pour l'immersion.

Sans parler de la modélisation souvent ratée, notamment sur les femmes qui souffrent la plupart du temps d'un chouette début de calvitie. Sexy.

Il faut également se coltiner les menus internes, équipements et tout ça. Ils sont d'un autre âge (il l'étaient déjà en 2010). C'est moche et peu pratique.

Des combats rigides et basiques


Ben voilà, en deux mots, je viens de vous donner le détail du système de combat. Le pire, c'est que malgré les niveaux que l'on prend et l'évolution de votre personnage, les combats vont devenir de plus en plus longs, et donc chiants.

Ou alors j'ai loupé quelque chose, mais ni la magie ni le corps à corps ne permettent de gagner du temps.

Du coup, on se sent bien puissant au début du jeu, au moment où l'on n'est qu'un putain de bouseux dans un village ravagé, pour finalement se dire que l'on n'est pas grand chose à la fin du jeu. Un comble, non ?

Il y a tout de même quelques trucs sympas


Du côté des bonnes choses, on pourra apprécier les univers traversés. Il sont assez variés, et correspondent bien à ce que l'on peut attendre d'un jeu de rôle à l'ambiance médiévale.

C'est même clairement cela qui m'a fait apprécier un minimum l'aventure.

Une fois encore, il faudra être tolérant, car le clipping est énorme et les bugs graphiques assez nombreux, mais la direction artistique, bien que classique de chez classique, fait le travail que l'on est en droit d'attendre dans un jeu de ce genre.

Oh merde, il faut que je me farcisse l'extension aussi ?


L'aventure principale se boucle en une quinzaine d'heures, pour embrayer directement sur The Fall of Setarrif.

Oh non ! En fait c'est pas fini ! Mais comme vous croyez en l'homme, vous vous dites que cette extension corrige nombre de problème du jeu d'origine.

Non mais oh ! Vous croyez quoi ? The Fall of Setarrif ne fait que prolonger l'aventure de quelques heures (5 ou 6 tout au plus), tout en gardant bien précieusement les tonnes de casseroles que traine le jeu principal.

C'est nul, mais ça se joue bien


La vie est bizarre parfois. On est tout de même complexes quand on est un couillon d'être humain. Parce que le pire, c'est que je vous avoue que j'ai aimé jouer à Arcania : The Complete Tale.

Je devais être en manque de RPG à ce moment là, mais il faut avouer que le côté ultra dirigiste et la difficulté peu élevée font que l'on enclenche le pilote automatique et que l'on plonge finalement dans l'aventure.
à peine moyen

Arcania : The Complete tale en quelques mots

Arcania : The Complete Tales est un gros nanar. On se demande bien pourquoi il a été réédité. Mais à une époque où le genre se fait de plus en plus rare, on peut tenter un coup d'oeil. A réserver aux amateurs de jeux de rôles les plus tolérants.

La note : 2/6 (à peine moyen)