Dans cette petite bafouille, Christian Riochet nous conte ses impressions sur le tout frais rachat de Hasbro Interactive, et donc d'Atari, par Infogrames. A vous de juger si vous êtes d'accord ou non avec lui.

Dans ce Dossier, écrit pour Obsolete-Tears.com et le bon Gilles (Nicolas de son prénom), le Responsable de la poétique de BabelGame se prend un coup de blues après la nouvelle: Infogrames va prendre le nom d'Atari, qu'ils ont racheté en rachetant la division Interactive de Hasbro, qui avait racheté la marque Atari, qui avait sombré dans le sombre des marchés industriels américains...
Poupées ruses (ou bien russes) des USA (Union Socialiste Américaine)
Pong.




Atari? Infogrames. Pong: en japonais Atari signifie "échec". Pong
Infogrames veut donc se nommer Atari, désormais.
La nouvelle secoue le grand monde des joueurs. Si la société de Bonnell fait un coup pareil, on aura tout vu, après que la Dream se soit connectée à la PS2 et que Sega obéïsse à Sony. Pourquoi pas Microsoft rachetant Nintendo? Tout et surtout n'importe quoi est possible. Comme dit Manuel Cohen, rédacteur en chef de BabelGame: "Qu'a donc Bonnell (le pd g d'Infogrames) dans les couilles?"

Du coup, Atari me remonte à la gorge.

Souvenir, quand tu nous tient: le pouce-pouce
J'avais un âge que je ne détermine plus aujourd'hui. J'étais jeune, insouciant et gai, très attentif au jeu de récré. L'époque était au jeu de noyaux. Noyaux d'abricot. On portait à la ceinture une chaussette pleine de noyaux d'abricot (Ceci se passe à Marrackech, Maroc, en une époque indéterminée). Le jeu des noyaux était simple: on prenait un couvercle rond, marqué de chiffres, une aiguille indicatrice et des chiffres inscrits. Tu fais tourner, tu as ta roulette, un chiffre tombe et tu perds ou gagnes le nombre de noyaux d'abricot indiqué par la flêche. Question ordinateur et programmation, on était fort.

Au milieu de cette extase informatique qui ne devait rien à IBM, bing!: le pouce-pouce.
Un rectangle de fabrication industrielle. Une portable quoi. La console -exclusivement mécanique(la télé n'existait pas en ce temps là...)- proposait un jeu qui allait ravager les noyaux d'abricot: le pouce-pouce. Une trentaine de cases, avec des lettres et des numéros en vrac.
Une case vide.
Le jeu consistait à mettre les chiffres et les lettres en ordre.
En déplacant la case vide.
Avec le pouce. Pouce-pouce.

Un truc d'enfer.
J'ai beaucoup pleuré, car je n'y arrivais pas.
Pourquoi?
Je croyais que le but du jeu était de faire disparaitre la Case vide!!

Vint Pong
C'est alors que surgit Pong. Un truc électronique.
Electronique? Nous n'avions aucune idée de ce que cela signifiait et cela venait des Etats-Unis.
Atari quand tu vins...
Dans la cour de l'école, nous avions déjà la nostalgie des noyaux (le Loto peut rapporter gros), nous étions sur le pouce-pouce et voilà que Pong vient nous Pokémoniser.
Pong fut un échec retentissant, à cette époque, pour nous.
Et puis les filles commençaient à pointer le bout de leurs nichons.

Magnavox et Atari
Quelques trente ans plus tard, il faut qu'Infogrames joue les démiurges et les Faust.
NTM.
Ne confondons pas: Tennis Programming, c'est 1958, un jeu utilisant un écran.
Ne confondons pas: Magmavox, la Division Us de Philips, ce n'est pas Pong sur Atari en 1972.
Quand Bushnell quitte Ampex en 72, c'est pour créer... Syzygy. Le nom étant déjà pris, il va choisir le mot japonais qui signifie "échec": Atari.
Ralph Baer est battu.
Atari est né.

Souvenir, quand tu nous tiens...

Le Responsable de la poétique de BabelGame

Christian Riochet