Auchan récidive pour le Noël 2004 en sortant une nouvelle console pirate pour donner la Console TV BOS-4800. Cette fois ce sont les sports automobiles qui sont mis en avant, puisque la console propose un volant.
Lorsque l’on ouvre la boîte, on se rend compte que le volant en question est beaucoup plus petit que l’on ne l’imaginait. Par contre, et contrairement à bon nombre de consoles de ce type, tout n’est pas dans le volant, comme on pourrait le croire, mais dans la roue (sic), qui sert d’unité centrale. Le Luxe a été poussé jusqu’à faire le pneu en plastique mou… Les amateurs apprécieront, les autres se contentant d’un sourir en coin. Le volant se révèle très peu pratique à l’usage, puisqu’il faut le tourner très largement pour voir son véhicule changer sa trajectoire. Bien entendu, ici, point d’analogique, on tourne, ou on ne tourne pas. On se prend donc vite à utiliser ce volant en simple manette, grâce à la croix de direction intégrée. A terme ce la se révèle bien plus pratique, et en tant que manette, même si c’est un peu déconcertant au début, la prise en main est plutôt bonne.
On trouve aussi une deuxième manette, qui ne sert que pour les jeux à deux, et un pistolet, reprenant la forme du très connu flingue de la Playstation. Au niveau des branchements, les choses ont bien été faites, puisque des icônes indiquent quelles manettes on doit brancher. Ainsi, le port 1 se voit utilisé par le volant, tandis que le second port se voit utilisé, en fonction du jeu, par la manette ou par le flingue.
La console est livrée avec un câble de trois prises RCA (deux pour le son – ce dernier serait en stéréo ?!?- et une pour la vidéo). La console fonctionne avec quatre piles de type LR6 ou via un adaptateur secteur classique de 9 volts. A noter que pour l’utilisation des piles, il convient que ces dernières ne soient pas trop usées, sous peine d’avoir un rendu d’image tout simplement exécrable. On trouve aussi un manuel détaillant chacun des jeux. Ce dernier semble clairement traduit du chinois tant cette traduction n’est pas d’un français naturel. A noter aussi la jolie faute de frappe à la dernière page : ‘’Liste des Juex’’.
Ouvrons un peu la chose, pour voir un peu ce qu’elle a dans le ventre. Le tout est plutôt bien monté, assez intégré, mais ce n’est pas fait en gros porc. Encore un bon point pour la petite console.

Lançons donc un premier tour de roue. Premier étonnement : pas de menu 9999999 IN 1 ! Ici on a même droit à une intro avec une formule 1. La musique est très moyenne, mais un minimum recherchée. Le choix des jeux se fait ensuite en appuyant sur haut et bas, et faisant figurer le nom du jeu ainsi qu’une pseudo jaquette. Beaucoup plus propre que la plupart des consoeurs.
On a ainsi le choix entre 17 jeux. Un icône sur le côté permet de savoir si le jeu se joue au volant, au flingue où à la manette. Petit aperçu :
Mega Race. Ici, rien à voir avec le jeu futuriste de Cryo, on se trouve face à un clone de Pole Position plutôt bien fait. C’est fluide, on a quelques problèmes de clipping, mais le tout est très jouable.
Road Hero. Un jeu de moto en vue du dessus, très arcade donc. Il suffi d’éviter les motos adverses en fonçant le plus vite possible. Un classique, mais toujours aussi efficace. Il faudra aussi faire bien attention aux motos vertes qui ont la bougeotte.
Water Bike. Il vous faut poursuivre un ennemi en hors bord, attraper de l’essence pour pouvoir continuer assez longtemps, et sauter par-dessus les obstacles composés principalement de ponts. Vite lassant.
Monaco Race. A peu près la même chose que Mega Race, mais avec des voitures de sport, et non plus des Formules 1.
Super Hunter. Le premier jeu de tir. Je ne sais pas si je me suis mal débrouillé ou quoi, mais dans tous les cas, je n’ai jamais réussi à toucher quoi que ce soit, et dans aucun des jeux de tir présents sur la console… Ici le but et de tirer sur les sprites qui apparaissent à l’écran dans ce jeu au graphismes assez fins et colorés (pour les capacités de la console, entendons-nous bien).
Target. Super écran reprenant une pose très connue de City Hunter (Nicky Larson par chez nous)… Une petite marque qui rappelle que nous sommes tout de même bien devant une console pirate. Le principe du jeu est plutôt nul, vous posant trois images de personnes. Il vous faut alors tirer sur les vilains méchants en évitant les gentils. Aussi niais qu’inintéressant.
Quick Shoot. Un joli écran d’accueil qui fait quand à lui penser au magnum 44 de l’Inspecteur Harry. Des cow boys arrivent (ne cherchez pas l’anachronisme hein), et il vous faut les dégommer le plus vite possible.
Tennis. Tout est dans le nom. Il est possible de jouer à deux. Le jeu est plutôt mal fait, on a beaucoup de mal a évaluer les distances. Néanmoins, avec un peu d’entraînement, on y arrive, et le jeu se révèle assez marrant.
Table Ball. Un jeu de billard au fonctionnement un peu bizarre. Pas évident de tourner la canne…
Rescue. Un clone du légendaire Arcanoide. Une adaptation classique mais efficace, les commandes répondent bien.
Pin Ball. Oui, en deux mots. Un flipper ne proposant qu’une seule table, sur deux niveaux. Sympathique mais assez vite lassant, de par le manque de bonus proposés.
Fruit Master. Un clone de Columns avec des fruits.
Pyramid Secret. Un jeu d’action / réflexion dans lequel il va vous falloir travers les niveaux d’une pyramide sans vous faire scratcher par les momies. Pas évident.
Magician. Un clone de Lode Runner, très rapide, tellement rapide qu’il en devient très difficile.
Future Soldier. Un jeu qui fait beaucoup penser à Rambo III en arcade. Un doit mitrailler les ennemis et sauver les otages. Un principe très sympa, mais on pourra regretter le manque de variété dans les adversaires, donnant au jeu un aspect bien trop répétitif.
Balloon War. Vous disposez de deux ballons, et par pressions sur la touche d’action, vous les gonflez, ce qui vous fait aller plus haut. Mais gare à ne pas se faire toucher sous peine de perdre un ballon ! Le but est donc de péter ceux des adversaires pour rester le dernier en course.

Au niveau du rendu général des jeux, beaucoup de digitalisations d’images ont été utilisées, donnant un aspect très correct aux écrans titres. Au niveau des jeux en eux-mêmes, c’est plutôt bon, on ne trouve pas de hacks de jeux, mais que des jeux originaux, ou des reprises de classiques, mais il semble que le code source ait été à chaque fois totalement réécrit. La plupart datent de 2003. On imagine que la console est un clone de Nes, mais on pourrait en douter. Elle est ainsi faite proprement pour ne pas violer les copyrights des jeux. Et justement, le port cartouche, qui permet habituellement de mettre des jeux Famicom (la Nes japonaise), n’est pas présente ici.

On appréciera le geste de faire figurer les réelles photos des jeux au dos de la boîte, ce qui limite les mauvaises surprises. Il ne faut pas oublier qu’Auchan est une énorme marque et touche donc énormément de gens. On imagine bien les grands-parents voyant cette console à bas prix et l’offrant au petit dernier de la famille pour Noël… Grosse déception en perspective. En y regardant de plus prêt, ici on sait de quoi il s’agit.
Les brocantes autour des villes disposant d’un supermarché Auchan seront donc à visiter pour trouver des consoles de ce genre… ce qui s’est passé les deux précédentes années puisque Auchan nous sort une console nouvelle chaque année : BOS-2800 et BOS-3800 pour les deux premières, de qualité vraiment moyenne.
En bref, cette cuvée 2004 de la BOS-4800 est une plutôt bonne surprise. Certes la console ne casse pas des briques, mais pour 15 euros, les nostalgiques pourront s’essayer à 17 jeux pas très originaux, mais où il souffle un bon vent de nostalgie.


Les entrailles de la bête.
Les entrailles de la bête.


Vue d'ensemble.
Vue d'ensemble.


La boîte...
La boîte...

Auchan Console TV BOS-4800 côté technique

Prix d'origine : 15 euros