Vous n’arrivez pas à faire jouer vos amis aux jeux de société ? Blanc Manger Coco sera certainement votre Cheval de Troyes.

Simple, bête, subjectif et de mauvais goût


C’est écrit sur la boîte : “Le premier jeu pour adultes, pensé par des adolescents et produit par des enfants”. Blanc Manger Coco ne se prend pas au sérieux, et mieux vaut pour vous ne pas tout prendre à la lettre non plus.

Le principe de Blanc Manger Coco est très simple. Chaque joueur dispose de 11 cartes Réponses (blanches) avec un mot ou une expression. Du genre : Une fille qui fait plus que ses 15 ans, Christine Boutin, Les Juifs, Larguer par texto, Deux doigts dans le cul, Petit effort, gros résultat, Le Botox…

Un joueur va piocher une carte Question (bleue), du genre :
Papa, c’est quoi ____ ?
C’est quoi ton parfum ? ____ de Guerlain.
____, le film.
La gauche va recentrer le thème du dialogue social, il faut absolument recentrer le débat sur ____

Chaque joueur va ainsi donner l’une de ses onze cartes, histoire de compléter les “____”. Et cela donne forcément des choses pas banales, voir pas très catholiques…

Les règles... on ne peut pas faire plus simple...
Les règles... on ne peut pas faire plus simple...

Ce n’est pas précisé dans la règle, mais mieux vaut que le joueur qui pose la question mélange les cartes Réponses afin de ne pas être influencé par leur possesseur (oui, quand c’est votre femme, vous avez toujours envie de lui donner raison, histoire de pouvoir dormir tranquille ou quand c’est elle qui doit vous ramener).

Celui qui a posé la question choisit ensuite, tout seul et du haut de son arrogante subjectivité, la carte qu’il préfère, donnant un point à son possesseur. Le premier à marquer cinq points remporte la partie.

C’est simple, rapide, con, bête, mais diablement efficace. Les fous rires s’enchaînent et il est rare de ne faire qu’une seule partie.

Après, tout dépend aussi avec qui on joue. L’humour un peu scabreux de Blanc Manger Coco fait qu’il est parfois un peu compliqué d’y jouer avec sa famille par exemple.

Le jeu fonctionne tout particulièrement bien de 4 à 6 joueurs. A plus, cela fait un peu beaucoup de cartes à lire et casse un peu le rythme. A 3, cela fait au contraire trop peu : on doit alors choisir entre deux réponses seulement.

Un petit exemple de ce que ça donne...
Un petit exemple de ce que ça donne...

Un jeu où il faut s’adapter à son auditoire


Eh oui, ce n’est finalement pas si simple. Car, rappelons-le, c’est uniquement la personne qui lit la question qui va choisir la carte qui lui plait le plus… même si vous n’êtes pas d’accord.

Mais si, finalement, ce n’est pas cette subjectivité qui était le plus sympa dans Blanc Manger Coco ? Pour la plupart des joueurs, le truc le plus salace, le plus crado sera très certainement celui qui fonctionnera le mieux… tout du moins lors des premières parties.

Après, une fois habitué au concept, on essaie de faire un peu plus fin, un peu moins gras ; et souvent, cela marche tout aussi bien. C’est d’ailleurs en cela que Blanc Manger Coco est beaucoup plus sympa à jouer qu’un Limite Limite qui fait trop dans le trashcore pour nous amuser plus de quelques parties.

Un succès incroyable


Le succès de Blanc Manger Coco est assez incroyable. Le jeu sort en 2014, au format auto édité grâce aux 10 000 € mis sur la table par ses auteurs Thibault Lorcy et Louis Roudaut.

Ils font alors tout eux-même, directement, y compris le design de la boîte et des cartes, ce qui explique le look ultra dépouillé de l’ensemble.

600 cartes, ça laisse de quoi faire quelques parties !
600 cartes, ça laisse de quoi faire quelques parties !

Les 1000 boîtes fabriquées partent assez vite, et permettent de financer un deuxième run de 1500 boîtes, puis 2000 en 2015.

Le truc, c’est que Squeezie, l’un des youtubers français les plus en vue (9 millions de followers à l’époque), tombe sur le jeu et fait une vidéo dessus. Et là, c’est le raz-de-marée.

Il ne faut que quelques minutes pour vider le stock des deux entrepreneurs… et les commandes continuent d’affluer ! Ils font alors produire 10 000 nouvelles boîtes… et ainsi de suite. A la fin de l’année 2017, ce ne sont pas moins de 400 000 boîtes de Blanc Manger Coco qui ont été écoulées (source : Le Figaro).

Plutôt chouette non ?

Plagiat or not plagiat ?


Le truc qui fait couler énormément d’encre, c’est que le principe de Blanc Manger Coco est basé sur celui d’un jeu américain nommé Cards Against Humanity. Le jeu est d’ailleurs disponible gratuitement en print and play, d’abord en version anglaise, puis a été tranduit en version française.

Il faut parfois faire preuve de lucidité.
Il faut parfois faire preuve de lucidité.

Les auteurs de Blanc Manger Coco ne se cachent absolument pas de cette filiation que beaucoup de joueurs de jeux de société leur reprochent (parfois de façon très sévère, voir un peu trop imagée).

Le truc, c’est que comme le jeu est en Creative Commons, il est interdit de commercialiser le jeu… Ou alors, vous ne faites payer que les frais d’impression. Du coup, vous faites quoi ? Vous imprimez et découpez 600 cartes avec vos petites mains, sachant que le jeu américain fait énormément de références typiquement américaines ?

Car Blanc Manger Coco n’est absolument pas une version traduite de Cards Against Humanity, le jeu propose ses mots et ses questions qui lui appartiennent à lui seul… Et c’est tant mieux, car la culture française et la culture américaine ne sont pas tout à fait identiques, loin de là.

De plus, Blanc Manger Coco comprend pas mal d’extension thématiques, et même une nouvelle version toute belle toute neuve, Blanc Manger Coco 2, qui propose pas moins de 600 nouvelles cartes.

Et puis, on peut également ajouter que Cards Against Humanity s’inspire également de son côté du jeu Apples to Apples (une version beaucoup plus édulcorée de Cards et Blanc Manger sortie bien plus tôt, en 1999).

Si vous en voulez plus, il y a tout un tas d'extensions.
Si vous en voulez plus, il y a tout un tas d'extensions.

Alors à vous de voir et de vous faire votre avis. De mon côté je trouve ça plutôt cool de pouvoir jouer à un tel concept avec mes potes sans avoir à jouer des ciseaux pour un résultat pourrave.

Et à la longue ?


Comme avec tout party game, on peut enchaîner les parties aussi vite que les bières. Seulement voilà, contrairement à la bière, au bout d’un moment, on pourrait s’en lasser un peu de Blanc Manger Coco.

Pourtant, les 600 cartes (134 cartes Questions et 466 cartes Réponse) que proposent la boîte de base permettent déjà bien des parties et bien des conneries. Mais au bout d’un moment, on connait les cartes, et surtout, on connait ses amis.

Du coup, le plus grand plaisir avec Blanc Manger Coco, ce sont les premières parties avec un nouveau groupe… C’est donc un jeu que l’on prend plaisir à trimbaler partout et pour le faire découvrir à tout le monde.

Après, il est clair qu’il faut mettre de côté tout ce qui est politiquement correct : les blagues racistes, sexistes, sexuelles sont donc souvent les meilleures. Donc si vous êtes fan du bon goût ou membre de Familles de France, retournez jouer au Scrabble.


Blanc Manger Coco, un jeu pour 3-8 joueurs de Thibault Lorcy et Louis Roudaut, édité par Blanc Manger Coco pour des parties d'environ 30mn.
Age conseillé : 18+.
culte, indispensable !

Blanc Manger Coco

Si vous cherchez un jeu fun, gras, pas fin mais où vous risquez de bien rigoler, ne cherchez plus : Blanc Manger Coco est une valeur sûre. Après, si vous avez des tendances psychorigides ou n’avez pas d’humour, passez votre chemin et retournez à la messe.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)