Butterflies va vous faire voir des papillons dans tous les sens. Et pour cause : c’est un bordel monstre, dans ce casse-tête / puzzle-game à jouer en solo, vous allez devoir les reconstituer.

Un jeu de logique avec des papillons


Butterflies se place dans la gamme des petits jeux de logique de chez Smart Games. On peut aussi appeler ça des casse-tête, mais le terme fait peur, le jeu étant tout à fait réalisable par le commun des mortels (du moins au début). Je préfère donc le décrire comme un puzzle game (surtout pour moi qui suis fan de jeux vidéo).

Une fois de plus avec Smart Games, le matériel est juste parfait. C’est joli et ergonomique à souhait. Le jeu se présente sous forme de 8 carrés dont seul le recto présente une image sérigraphiée, et d’un support dans lequel on peut placer ces carrés. Le tout est facilement transportable grâce à un système de boîte en plastique qui permet de ne rien perdre en cours de route lors d’un voyage. Idéal pour le lancer rapidement dans le sac à dos avant de partir !

L’objectif est de “recoller” chaque moitié de papillon présente dans l’aire de jeu en déplaçant les carrés en plastique. Ce principe est un grand classique du jeu de logique (on y a tous joué lorsqu'on était gamin), mais il est ici particulier puisqu’il n’est pas question de reconstituer une seule image, mais plusieurs.

De plus - et c’est là que le jeu révèle toute sa saveur - il n’y a pas une mais pas moins de 48 énigmes à résoudre.

On pose les pièces selon l'énigme choisir, et on les déplace pour relier tous les papillons entre eux.
On pose les pièces selon l'énigme choisir, et on les déplace pour relier tous les papillons entre eux.

48 énigmes à résoudre


Butterflies est accompagné d’un livret qui vous propose 48 exercices à résoudre, classés de facile à expert. Forcément, la difficulté va croissante, et à partir du 30ème challenge, vous allez commencer à devoir vous triturer les méninges.

Les premières énigmes vous permettent de vous familiariser avec le système consistant à faire coulisser les carrés pour pouvoir les replacer comme il faut. Jusque là, c’est plutôt simple. Cela vous permet également d’apprendre à connaître les motifs présents sur les carrés et ce que cela peut donner une fois le challenge résolu.

Une difficulté qui devient rapidement assez relevée


Sur la boite, le jeu est conseillé à partir de 6 ans. Cela convient parfaitement pour les premiers challenges, mais à mon avis, a part si votre gosse est une tronche, il va rapidement jeter l’éponge tant la difficulté monte vite.

Plus on avance dans les niveaux, plus il est important de se représenter mentalement le résultat final illustré par les huit carrés. Huit, cela fait pourtant peu, mais vous verrez que ça risque de passablement vous vriller les neurones… Mais après tout, ce n’est pas fait pour ça un jeu de logique ?

Après, c’est aussi et surtout une question de logique personnelle. Les jeux où il faut coulisser des éléments pour résoudre un puzzle, ce n’est pas ma tasse de thé. Je ne sais pas trop pourquoi, mais mon cerveau ne semble pas trop fait pour ça.

Et voilà le résultat !
Et voilà le résultat !

Du coup, j’ai tendance à galérer plus que de raison sur ce genre de puzzle. Mais cela ne m’a pas empêché d’apprécier les challenges proposés par Butterflies. Le seul truc, c’est qu’à partir d’un certain niveau, je ne ressens plus vraiment la satisfaction d’avoir résolu une énigme, tout simplement parce que j’ai passé trop de temps à chercher la solution et à tester plein de trucs dans le vide.

Cela m’a toutefois permis de commencer à comprendre la logique sur laquelle se base le principe de Butterflies et que l’on a vu dans tellement de jeux de ce genre. Mais pour la maîtriser, j’ai encore du boulot.

Aller, je m’y remet !


Butterflies, un jeu pour 1 joueurs de Raf Peeters, édité par Smart Games pour des parties d'environ 20min.
Age conseillé : 6+.
moyen

Butterflies en quelques mots

Butterflies propose une logique qui n’est pas la mienne. C’est donc parfois assez douloureux pour moi, mais loin d’être inintéressant.

La note : 3/6 (moyen)