Voilà un titre qui en dit long... Ou pas. La série continue sur sa lancée, pour être toujours aussi barrée et imbitable à jouer.

Chō Aniki: Kyūkyoku Muteki Ginga Saikyō Otoko, cela veut dire en gros (et en simplifiant) "L'homme le plus fort de toute la galaxie".

Dans cet épisode, on retrouve tout ce qui fait le charme de la série : des personnages aux muscles bien huilés flirtant avec le monde gay évoluant dans un monde galactique totalement à l'opposé de toute rationalité. L'introduction met d'ailleurs tout le monde d'accord en proposant un monument de non-sens.
Au passage, la puissance accrue de la Playstation (le jeu est également sorti sur Saturn) permet d'utiliser des images digitalisées en lieu et place des dessins que l'on connaissait sur PC Engine. Cela donne au tout un côté encore plus bizarre.

Cho Aniki sur Playstation.
Cho Aniki sur Playstation.

Jusque là, tout serait parfait s'il n'y avait pas cette jouabilité à chier et ce gameplay totalement à l'ouest. Le jeu est mal dosé, beaucoup trop difficile, avec des sprites énormes au masque de collision tout aussi pachidermique. Du coup, on perd vie sur vie face à des choses que l'on ne comprend pas. C'est dommage, car il y a certaines trouvailles intéressantes, et surtout des choses où on se dit "purée, ils ont osé !". Je pense notamment le premier boss et ses attaques phalliques à peine camouflées... ça rappelle le film Tetsuo tout ça.

Finalement, ce n'est pas que l'on s'ennuie, c'est juste que l'on n'y comprend rien : l'action est illisible, vos tirs on la puissance d'un poireau mouillé (et c'est pourtant pas bien balèze un poireau mouillé), si bien qu'il est impossible de vaincre les vagues adverses ! Il faut persévérer pour augmenter enfin la puissance de son arme et se retrouver avec une puissance de feu qui permet enfin de bousiller un ou deux adversaires avant de perdre une vie... Et d'éteindre la console, parce que bon, faut pas déconner non plus.
ils le vendent ça ?!?

Cho Aniki: Kyukyoku Muteki Ginga Saikyo Otoko

Chō Aniki: Kyūkyoku Muteki Ginga Saikyō Otoko, en plus de son nom à dormir dehors aussi long que peut être ennuyeuse une partie de son gameplay pourri, est certainement le plus mauvais épisode de la série. A oublier, même pour les fans.

La note : 1/6 (ils le vendent ça ?!?)