Et encore un RPG que nous autres européens n'avons pu essayer qu'en import, le jeu n'étant pas sorti par chez nous...

Il aura fallu attendre le remake de la version DS en 2009 pour le voir arriver en France (traduit en Français tout de même). Même l'adaptation sur Playstation n'avait pas daigné être commercialisée chez nous, alors que les portages Playstation des premiers épisodes de Final Fantasy y avaient eu droit, eux.

Le jeu est sorti très tard dans la vie de la Super Nintendo (1995), ce qui ne l'a pas empêché de connaitre un grand succès. Ce jeu se voulait commémorer les dix ans de Square de la plus belle manière qui soit : proposer un RPG totalement inoubliable. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que c'est réussi.

Les artworks de Chrono Trigger sont tout simplement magnifiques.
Les artworks de Chrono Trigger sont tout simplement magnifiques.

Cette superproduction vous met dans la peau de Chrono, un jeu garçon qui va se retrouver projeté dans le temps grâce (ou à cause, c'est selon) à la machine à voyager dans le temps conçue par son amie Lucca. Il se liera d'amitié avec une personne qui s'avèrera être la princesse du royaume de Guardia, Nadia. Tout au long de l'aventure, vous serez amené à croiser des personnages hauts en couleurs, et pour une fois avec un background émotionnel bien réel. Le pas entamé par Final Fantasy IV est repris ici. Les personnage sont donc charismatiques et disposent de réactions plausibles, malgré une relative niaiserie typiquement "Square touch".

Ce qui marque avec Chrono Trigger, c'est que les développeurs ont pris soin de repenser énormément de détails qui touchent aux racines des RPG. Le but est de moderniser un genre qui n'a pratiquement pas évolué depuis le milieu des années 1980 - les amateurs de ce genre sont on ne peut plus conservateurs - afin de pouvoir toucher le grand public. Et c'est réussi ! Contrairement aux Final Fantasy de l'époque, Chrono Trigger s'avère bien plus accessible aux néophytes.

Là où le travail de Square tient du génie, c'est que tout cela se fait sans nuire à la profondeur du jeu ou du gameplay. Les combats se font toujours au tour par tour, mais cette fois les monstres sont bien visibles. Exit les combats aléatoires ! De même, on reste sur l'aire de jeu durant la bataille, ce qui fait que les adversaires respawnent uniquement si on change de pièce. Pas de leveling à outrance donc, même si ce dernier est bel et bien présent, surtout en fin de jeu.

Chrono Trigger est sorti aux Etats-Unis... Mais jamais en Europe.
Chrono Trigger est sorti aux Etats-Unis... Mais jamais en Europe.

Le système de combat se base sur l'Active Time Battle des Final Fantasy, donnant à l'ensemble un côté vraiment rythmé bien loin de ce que l'on connait dans les Dragon Quest par exemple. On dispose donc d'une barre de vie et de magie, mais également d'attaques combinées entre les personnages. Pour apprendre ces attaques, il faut beaucoup jouer avec les mêmes au sein de votre équipe, afin qu'ils créent des liens.
Du coup, après quelques heures de jeu, on se constitue une équipe qui ne va plus beaucoup bouger. Mais si vous changez d'avis, sachez juste que les autres membres gagnent aussi de l'expérience durant les combats.

L'équipement est assez simple, avec des armes, des casques, des armures et un médaillons. Sobre et efficace.
La réalisation est splendide, avec même des scènes utilisant le mode 7 (comme dans le futur, la course de motos). Le design est plutôt classique, avec Akira Toriyama derrière le character design. Comme dans tout jeu de l'époque, cela se ressent le plus sur la jaquette, le jeu en lui-même étant trop limité graphiquement pour bien s'en rendre compte. Les musiques sont magnifiques et renforce l'émotion de certaines scènes.
Les boss sont toujours différents, chacun demandant une technique bien particulière pour le vaincre. Mieux encore, elles sont également à mettre en oeuvre contre les monstres des donjons, évitant la monotonie des combats de la plupart des représentants du genre.

La difficulté n'est pas trop élevée. Beaucoup de joueurs pourront être bloqués non pas contre un boss ou pour la traversée d'un donjon, mais plutôt dans les phases de recherche, afin de trouver sa route. Heureusement, les interactions entre les différentes époques ne sont pas trop compliquées.

Avec le recul et les années qui se sont écoulées, on lui trouvera tout de même quelques petits défauts à ce légendaire Chrono Trigger. Les fameuses innovations, étonnantes pour l'époque, font désormais partie des pré-requis de la plupart des productions qui ont suivi. De même, le scénario, à l'époque très travaillé, avec même des quêtes annexes qui en apprennent plus sur la psyché des personnages ou du scénario en général, n'a plus autant d'impact qu'en 1995.
Attention toutefois, ces remarques sont toutes relatives, mais je tenais à les préciser pour ceux qui risqueraient d'en attendre trop de Chrono Trigger. Comme la plupart des jeux, il convient de le remettre dans le contexte de son époque.

Mais bon, déjà à l'époque, certains fans hardcore de RPG l'avaient critiqué. Ils reprochaient au jeu sa durée de vie relativement courte et son niveau de difficulté plutôt bas.
A ceux là, on pourra leur reprocher leur élitisme, puisque ces relatifs points faibles ne sont que des plus pour le joueur lambda.
Quant à la durée de vie, les multiples fins (encore une innovation pour l'époque) poussent le joueur à recommencer plusieurs fois afin d'avoir la meilleure qui soit.
culte, indispensable !

Chrono Trigger

RPG de légende Chrono Trigger n'a pas pris une ride, ou presque. Beaucoup plus accessible qu'un Final Fantasy VI par exemple, il sait proposer un bon paquet de nouveautés tout en restant dans le classicisme des RPG old school. Un chef d'oeuvre intemporel.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)