Oui, j’adore les jeux de dés, alors une belle boite noire avec de jolis yeux rouges qui promet des dés qui brillent dans le noir, moi ça me donne envie d’essayer.

Survivre à l'ennui


La boite annonce fièrement un “Survivre à la nuit”, car Chupacabra se base sur une légende du folklore latino-américain. Le Chupacabra est une sorte de vampire qui tue les animaux et les vide de leur sang durant la nuit. D’où le nom de Chupacabra, qui veut dire “suceur de chèvre”.

Ceci n’est qu’un prétexte pour proposer un jeu de dés totalement insipide.

Dans la boite, on trouve 24 dés Chupacabra de très belle facture, un jeton de départ, une carte de référence et une règle qui tient sur une double petite page.

Des règles simplistes


Les dés peuvent avoir les résultats suivants : Chupacabra (les deux yeux rouges), un taureau, une chèvre, une poule, ou deux poules.

Les dés sont pourtant vraiment chouettes !
Les dés sont pourtant vraiment chouettes !

Chaque joueur commence par prendre six dés. Ensuite, tout le monde lance ses dés. En commençant par le premier joueur, chacun va pouvoir attaquer, s’il possède des dés sur la face Chupacabra.

Chaque joueur aura préalablement groupé ses troupeaux. Car pour attaquer un troupeau, il faut être sûr de pouvoir tuer tout le troupeau. Et forcément, il est plus facile de tuer une poule qu’un taureau !

Le principe est donc le suivant :
- Un Chupacabra peut tuer jusqu’à deux poules
- Un Chupacabra peut tuer une chèvre
- Deux Chupacabra peuvent tuer un taureau

Lorsque vous abattez l’un des troupeaux d’un adversaire, vous mettez les dés près de vous. Vous les ajouterez au tour suivant à votre main.

Qui gagne gagne


Vous l’avez compris : on récupère des dés quand nos attaques arrivent à vaincre les adversaires. Donc si on gagne, on a plus de dés, et donc d’autant plus de chances d’avoir des dés sur la face Chupacabra, et donc de pouvoir piquer encore plus de dés.

Les règles sont ultra simples.
Les règles sont ultra simples.

Et si on a plus de dés, nos troupeaux seront plus grands, ce qui les rendra très difficiles à abattre par les joueurs qui ont moins de dés.

Bref, plus on gagne, plus on gagne, et plus on perd, plus on perd. Cela a toutefois le mérite de donner lieu à des parties très courtes d’environ 10 minutes.

Le tout est en plus basé à 100% sur la chance, ou presque. A deux, c’est juste de la chance. A quatre, il est intéressant d’affaiblir ses adversaires, ce qui donne un micro-semblant de stratégie. Mais cela ne va pas bien loin.

C’est nul, mais il y a des jolis dés


Et en plus, ils brillent dans le noir ! Chouette, les gamins vont pouvoir jouer avec. Parce qu’après quatre ou cinq parties de 5 à 10 minutes chacune, on en a fait le tour et on souhaite passer à autre chose.

Même entre deux jeux plus “sérieux”, c’est trop limité pour donner envie d’y revenir.

En fait, c’est juste un petit jeu à boire


Je ne vois pas trop comment on peut prendre autrement Chupacabra. Mais bon, cela ne serait pas très compliqué de l’adapter à des dés classiques. Même si c’est sûr que cela serait encore moins fun.

En plus, quand tu commences à voir un petit coup dans le nez, le fait de jouer dans le noir avec les dés phosphorescents, ça doit être marrant. Enfin, seulement si on n’est pas chez soi, parce que pour nettoyer derrière, c’est autre chose…


Chupacabra, un jeu pour 2-4 joueurs de David Blanchard, Brian Frodema et John Jacobsen, illustré par Alex Fernandez, édité par Edge pour des parties d'environ 15min.
Age conseillé : 8+.
ils le vendent ça ?!?

Chupacabra en quelques mots

J’avoue ne pas comprendre ce qui est passé par la tête des gens de chez Edge pour avoir édité un jeu aussi insipide. On ne joue que sur la chance, ou pratiquement. A deux, l’intérêt est totalement nul, à quatre c’est un poil plus varié, mais cela reste incroyablement limité.

La note : 1/6 (ils le vendent ça ?!?)