Naughty Dog (Crash Bandicoot), et Insomniac (Spyro le Dragon) ont toujours été potes, c'est bien connu. Il n'est donc pas très étonnant de voir débarquer des jeux mêlant leurs univers respectifs.

Les univers en question, c'est Spyro le Dragon et Crash Bandicoot. Chaque développeur y étant allé de son essai sur la Game Boy Advance. Ici, on s'attardera donc quelques minutes sur Crash.

Le principe est donc simple : mettre chaque héros dans l'univers de l'autre. Mais finalement, on se rend vite compte qu'en dehors du level design et du héros en question, il n'y a pas de grandes différences entre Crash Bandicoot Fusion et Spyro Fusion. Reste l'idée, assez rare dans le jeu vidéo pour être soulignée.
Cela explique certainement l'apparition de tels jeux sur la portable de Nintendo. Face aux consoles de salon, le coût financier - et donc la prise de risque - est moindre.

Crash Bandicoot Fusion sur Game Boy Advance.
Crash Bandicoot Fusion sur Game Boy Advance.

On incarne donc notre marsupial dans quatre mondes découpés chacun en plusieurs niveaux. Entre ces derniers, on peut débloquer pas mal de mini-jeux, qui ne sont pas toujours super bien pensés ni vraiment intéressants. Le reste se contente d'être un jeu de bonne facture, mais en dessous des épisodes Game Boy Advance que l'on connait déjà que sont Crash Bandicoot XS et Crash Bandicoot 2.

Il sait tout de même confronter le joueur à différents gameplays, certes courts, mais efficaces. Afin de renforcer une durée de vie clairement faiblarde, les développeurs ont inclus un système de cartes à collectionner. Elles permettent de débloquer de nouveaux mini-jeux. Pokemon est passé par là... Et tant qu'on y est, en jouant en link avec Spyro Fusion, on peut également débloquer d'autres mini-jeux.


Tout cela manque un peu d'originalité...
Tout cela manque un peu d'originalité...

moyen

Crash Bandicoot Fusion

Crash Bandicoot Fusion sent la facilité à plein nez, ou tout du moins l'absence totale de prise de risque. C'est visiblement un jeu à petit budget, fait par des développeurs qui connaissent leur affaire mais qui n'ont pas vraiment voulu s'en donner la peine ici. Dommage, l'idée de partager un univers entre deux héros de jeu vidéo était une bonne idée.

La note : 3/6 (moyen)