Ds bikers et des zombies dans un monde ouvert, il n'en fallait pas plus pour titiller ma curiosité et me donner envie d'essayer Days Gone, grosse sortie de Sony sur PS4 en ce début d'année 2019.

Des personnages sympathiques et bien rendus


Dans Days Gone, on suit les péripéties de Deacon Saint John - un nom que l'on n'est pas prêt d'oublier - et de son pote Boozer. Deux bikers tatoués de partout que l'on découvre en pleine épidémie de zombies.

Après avoir confié sa femme Sarah à l'armée chargée d'évacuer la population (enfin, qui devrait), Deek choisi de rester avec Boozer, qui est blessé.

Bienvenue dans l'apocalypse zombie !
Bienvenue dans l'apocalypse zombie !

Le jeu commence réellement quelques mois plus tard, où l'on retrouve nos deux compères, qui n'ont jamais retrouvé Julia.

Un petit côté Walking Dead


Days Gone s'inspire clairement de la série Walking Dead - ou du comics, si vous êtes un puriste (mais on s'en fout).

Vous devez ainsi survivre face aux zombies, mais il vous faudra également faire face à une partie de l'humanité ayant survécu. Vous évoluerez de camp en camp pour réaliser des missions et faire progresser l'aventure, tout en devant faire face à des factions plutôt belliqueuses et ayant laissé de côté toute trace d'humanité.

Tout en finesse, et surtout en silence.
Tout en finesse, et surtout en silence.

Parce que oui : votre femme, est-elle encore en vie ou pas ? Et ces mecs en combinaisons jaune, c'est qui au juste ?

On suit ainsi plusieurs histoires en même temps, et cela ajoute clairement au fait que l'aventure garde du rythme et évite le côté vide ou redondant de beaucoup de jeux à monde ouvert. A cela s'ajoute le fait que vos "nettoyages" (de camps adverses ou de zombies) influencent également grandement les actions à effectuer dans la zone.

Des missions variées


Les missions de Days Gone sont variées, si bien que l'on ne sait jamais vraiment si on est sur une mission principale ou une mission secondaire.

Les lumières sont vraiment bien rendues.
Les lumières sont vraiment bien rendues.

Toutes bénéficient du même soin scénaristique, ce qui est assez rare pour être souligné. Ici, pas de côté redondant à la Assassin's Creed. Même si les activités sont souvent les mêmes (flinguer des zombes, tuer tous les tarés présents dans un camp), l'ensemble reste très fluide et particulièrement plaisant.

Une approche plutôt axée infiltration


Tout au long du jeu, vous allez faire monter le niveau de confiance des différents camps avec lesquels vous agissez. De là, vous pourrez débloquer des armes à la fois plus pratiques et plus puissantes.

Vous aurez également des accessoires bien utiles, comme les silencieux... mais attention à ne pas trop en abuser, car ils s'usent très rapidement !

Quand il y a trop de zombies, mieux vaut se barrer.
Quand il y a trop de zombies, mieux vaut se barrer.

Vous devez toujours privilégier l'approche discrète - c'est en tout cas fortement conseillé - car au moins bruit, les humains se concentreront sur vous, mais vous devrez également faire face aux zombies qui se dirigeront forcément du côté du bruit.

Récupérer son matos un peu partout


Outre les armes, il vous faudra surtout récupérer des matières premières. Car après une apocalypse zombie, il faut savoir se débrouiller.

Vous allez ainsi devoir fabriquer vous-même vos explosifs et vos armes au corps à corps (très pratiques car silencieuses). Il en va de même pour les flèches de votre arbalète.

Le gros truc de Days Gone, ce sont les hordes : là, vous allez moins faire le malin, forcément.
Le gros truc de Days Gone, ce sont les hordes : là, vous allez moins faire le malin, forcément.

On prend ainsi beaucoup de temps - et de plaisir - a explorer les lieux pour trouver tout ce qui nous manque. On cherche notamment beaucoup de ferraille, qui vaut finalement maintenant presque autant que de l'argent puisqu'elle vous permet de réparer votre moto et vos armes au corps à corps.

Ah oui, parce que comme vous êtes un biker, vous ne vous déplacez que sur votre moto. Une moto que vous pourrez également pas mal upgrader au fil du jeu, histoire de la rendre plus balèze, rapide et endurante.

Face aux hordes, il faut au contraire rentrer dans le tas !


La grande originalité de Days Gone, ce sont les hordes. En général, les zombies ne sont pas vraiment dangereux : vous venez à bout facilement de trois ou quatre d'entre eux... Mais dès qu'il y en a plus, c'est une autre paire de manches.

Petit moment de calme.
Petit moment de calme.

Et comme le bruit les attire, il va souvent falloir ruser, notamment en usant d'appâts sonores.

Mais le plus gros du truc, ce sont les hordes : des zombies par centaines ! Autant dire que, les premières fois que vous les croiserez, vous allez clairement serrer des fesses, parce que pour tous les flinguer, vous n'êtes pas équipé ! Du moins pas pour l'instant...

Techniquement à la ramasse ?


C'est en tout cas ce que je lis partout. J'ai testé le jeu sur une PS4 Pro, et je n'ai pas eu de soucis vraiment gênants.

Certains zombies, s'ils vous voient, vont appeler leurs copains. Et là, c'est carrément pas cool pour vous.
Certains zombies, s'ils vous voient, vont appeler leurs copains. Et là, c'est carrément pas cool pour vous.

Certes, le jeu va freezer de temps à autre, mais cela reste rare. De la même façon, certaines textures vont mettre un peu de temps à s'afficher, mais encore une fois, ce n'est pas bien gênant.

Pour le reste, la réalisation est superbe : ça fourmille de détails dans tous les sens et les jeux de lumières sont régulièrement magnifiques.

On peut également saluer la gestion des conditions climatiques, qui propose des rendus vraiment variés et toujours parfaitement rendus.

Une durée de vie dantesque


Bon ok, c'est un jeu à monde ouvert, il y a donc des myriades de choses à faire, mais tout de même, Days Gone propose un sacré paquet de missions, pour une carte finalement pas si grande que cela.

Et le pire, ce qu'on l'on veut toutes les mener à bien. Il y a des jeux comme ça où l'on se préserve, histoire de les finir le plus tard possible, et faire durer le plaisir. Et pour moi, Days Gone en fait clairement partie. Et ça, si ce n'est pas le signe d'un grand jeu...
culte, indispensable !

Days Gone

Days Gone est une sacrée surprise. Le monde mis en place est profond, ça vit vraiment. L'aventure est longue, et on craint réellement pour les protagonistes. Même si le scénario peut parfois être prévisible, il a le mérite de nous tenir en haleine.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)