Disney Infinity, ou la revanche de Disney face au succès de Skylanders.

Contre toute attente, Skylanders a connu un succès considérable. Quand on sait que, rien que pour convaincre les revendeurs de prendre autant de place afin de mettre en avant des figurines, il faut se lever tôt, on se dit que personne d'autre que Disney ne pouvait entrer dans ce petit marché au gros chiffre d'affaire qu'est celui des jeux vidéo utilisant des figurines.

On avait bien eu le phénomène Pokémon, mais ce dernier se basait sur des cartes à jouer, et ne proposait aucune interaction avec le jeu vidéo proprement dit. Ici, les figurines, il faut les mettre sur un socle pour les voir apparaître à l'écran.
Dans le genre qui marche bien on a aussi les jeux de Casino, qui ramassent pas mal. Si vous voulez en savoir plus, consultez ce petit Guide COF des jeux de casino en ligne

Disney Infinity sur Playstation 3.
Disney Infinity sur Playstation 3.

Le concept de Disney Infinity repompe donc sauvagement ce principe de figurines à acheter pour les intégrer dans le jeu, mais propose un gameplay très différent du hit d'Activision. Il faut dire aussi que les héros de l'univers Disney ont largement de quoi apporter aux joueurs, petits comme grands. Sur le papier, Disney Infinity cible clairement les plus jeunes, en proposant divers modes de jeu constituant au final une sorte de bac à sable géant ou chacun peu s'amuser un peu comme il veut, dans l'univers qu'il veut.

Dans la boite, on trouve donc trois univers : Monstres Academy, Pirates des Caraïbes et Les Indestructibles. En achetant d'autres figurines et objets spéciaux dans le commerce, on peut débloquer des mondes comme Toy Story ou Cars. On remarque au passage que, le jeu s'adressant avant tout aux plus jeunes, ce sont les licences Disney / Pixar les plus récentes qui nous sont ici proposées.

Le premier épisode de Skylanders avait joué la carte des mondes à acheter à part. Déjà présents sur la galette, ce principe du DLC totalement fictif avait fait grincer bien des dents, si bien que les épisodes suivants ne proposaient que des figurines, et non plus des mondes. Ici, la puissance marketing de Disney fait des (anti)merveilles en propose à la fois des personnages, mais également des mondes et même des sortes de cartes à collectionner. Mercantilisme, quand tu nous tiens...

Une fois la manette en main, la recette ne prend pas vraiment. Le contenu est dense, certes, mais finalement rapidement redondant et surtout bordélique au possible. On se retrouve régulièrement à ne pas savoir quoi faire, ni où aller pour continuer.
Autre déconvenue, il n'est pas possible de jouer avec des héros qui ne font pas partie du monde en cours. Exit donc Jack Sparrow chez les Indestructibles, le jeu ne vous le permettra pas !

De plus, les différentes aventures sont très inégales en termes de qualité. Pirate des Caraïbes propose un vrai scénario, Toy Story propose un humour génial, mais Cars parait bien fade à côté, sans réel but à atteindre.

On peut aussi parler de la Toy Box, sorte de boite à jouets géante où l'on peut construire son monde, et même le partager aux autres joueurs. Malheureusement, n'est pas Little Big Planet qui veut. Et si cela ne vous suffit encore pas, vous pouvez vous rabattre sur les jeux de Casino. Plus de 100 casinos en ligne testés. Parait que ça rapporte.
moyen

Disney Infinity

Disney Infinity est un bon cran en dessous de Skylanders. Outre des méthodes mercantiles que les détracteurs de Mickey apprécieront à leur juste valeur, le jeu est trop bordélique, et finalement mal adapté aux enfants, qui auront certainement du mal à s'y retrouver.

La note : 3/6 (moyen)