Dissidia : Final Fantasy est un jeu à part. Il fait partie de ces fameux jeux basés sur le fan service et qui n'ont d'autre but que de faire jubiler les amateurs d'une série.

Et il faut dire qu'avec les Final Fantasy, il y a de quoi alimenter une bonne dose de fan service. Le résultat est quelque chose de très bizarre, et vraiment déstabilisant lors des premières heures de jeu.

Dissidia est un mix entre un jeu de baston et un RPG. Le scénario n'est que prétexte à mettre en place une dizaine de gentils contre une dizaine de méchants issus des dix premiers épisodes de Final Fantasy.
Chaque personne aura son scénario, qui s'inspirera du jeu dont il est tiré. Ce qui est assez fort, c'est que la trame scénaristique sait s'adapter au style de narration d'origine. Pour les connaisseurs, c'est de l'or en barre.

Final Fantasy Dissidia sur PSP.
Final Fantasy Dissidia sur PSP.

En revanche, pour ceux qui ne sont pas fans de la série, ou pire, qui ne la connaissent pas, vous allez rapidement passer les cinématiques, car on est vite largué.

Ensuite, chaque combat est entrecoupé de parties tactiques. Comprenez que vous évoluez sur une carte et vous déplacez au case par case. Vous pouvez vous déplacer autant que vous voulez, mais chaque action vous coûte des Points d'Action, que vous avez en quantité très limitée en début de niveau. Si vous arrivez à en garder quelques uns, vous aurez droit à des bonus très intéressants.
Sur le damier, vous pouvez combattre des adversaires, ouvrir des coffres, récupérer des items et, pour terminer le niveau, battre l'icône du mal. Cela se traduit par une petite animation, mais parfois également par un boss à combattre.
Lorsque vous combattez, vous pouvez directement enchaîner sur le combat suivant si d'autres ennemis se trouvent sur les cases adjacentes. Le tout est alors de provoquer le plus de réactions en chaine possible pour pouvoir terminer le niveau en utilisant le moins d'AP possible.

Et bien entendu, vous augmentez de niveau au gré de vos combats, vous donnant plus de puissance à chaque fois.
Le déroulement des combats est très particulier. Nous avons affaire à un VS Fighting, et absolument pas à un RPG, mais il n'en reste pas moins que le gameplay est des plus atypiques.
Il va être difficile ici d'en décrire toutes les finesses. Mais sachez juste que les combats sont extrêmement dynamiques, le tout se déroulant dans des arènes vraiment grandes faites de nombreuses courses poursuites.

Un jeu de baston hors du commun.
Un jeu de baston hors du commun.

En plus de vos points de vie, vous disposez de Points de Bravoure. Ces points définissent votre force de frappe. Vous pouvez ainsi utiliser deux attaques : celles qui vont enlever des points de vie, et celles qui vont voler des points de bravoure. Lorsque la jauge de PB tombe à zéro, le personnage est beaucoup plus faible, et parfois un simple enchainement l'enverra ad pâtres.
A cela s'ajoute une bonne dose de quick time events, permettant notamment de casser la garde adverse ou de rejoindre votre adversaire à vitesse grand V.
Chaque scénario vous impose le personnage principal, ayant des aptitudes qui lui sont propres. Cecil par exemple, héros de Final Fantasy IV, est très bon au corps à corps.

Tout cela demande une bonne dose d'apprentissage pour le joueur, sans compter les longues périodes passées à gérer son équipement et tout le bardas, comme dans pas mal de RPG.
La durée de vie est excellente pour un jeu de ce genre, avec ses 20 à 30 heures de jeu, il est difficile de trouver plus long dans ce style de jeu.
bon petit jeu

Dissidia : Final Fantasy

Dissidia : Final Fantasy n'est clairement pas un jeu pour le grand public. Au contraire, il s'adresse aux amateurs de RPG, sachant avoir la patience d'apprendre à l'apprivoiser. Les autres ne comprendront pas ses élucubrations scénaristiques trop manichéennes et sa jouabilité très exigeante et parfois brouillonne.

La note : 4/6 (bon petit jeu)