Dans la série "Les adaptations ratées" je demande Doom sur 32X. Et ça pour du ratage, c'est un beau ratage.

Tout le monde connait Doom. Dans le monde des FPS, lui et Wolfenstein 3D font figure d'ancêtres. Les longues heures passées à buter des monstres dans les couloirs à coup de shotgun, la fausse 3D gerbante au possible avec sa belle bouillie de pixels rouges et gris et ses monstres tous plus moches les uns que les autres.

Carton planétaire à sa sortie (en partie grâce au système astucieux du shareware), Doom à été très logiquement porté sur bon nombre de supports de l'époque, un peu comme Lemmings en son temps. Certaines adaptations étaient pas trop mal, sympathiques à jouer pour la plupart, mais je vais ici vous parler d'une des pires, histoire de (parce que mine de rien c'est bien de se défouler sur les jeux nuls de temps en temps, ça permet de mieux apprécier les bons jeux après coup).

Doom et sa très mauvaise adaptation sur 32X.
Doom et sa très mauvaise adaptation sur 32X.

Alors que faut-il retenir de Doom sur 32X ? Haem, c'est difficile à dire mais commençons par le commencement, la première chose qui vous saute aux yeux, en l'occurence plutôt aux oreilles : la musique. Les programmeurs se sont lâchés sur ce coup là et nous proposent des versions réduites, tant au niveau de l'effectif musical qu'au niveau de la qualité. C'est insipide, ça écorche les tympans, bref c'est caca... Niveau bruitages c'est idem, même la Nes ferait mieux. Si il n'y avait que ça, ça irait encore, mais ils ont poussé l'horreur plus loin.

Deuxième chose qui vous saute cette fois-ci aux yeux (et à la gorge) : les graphismes. Certes meilleurs que sur SNES (ou on ne reconnait carrément plus rien), ils ont quand même pris un sacré coup, et le fenêtre de jeu s'en trouve réduite. Les couleurs également sont sales et carrément baveuses, soit trop ternes au niveau des murs, soit trop flashy au niveau de tout le reste (particulièrement l'acide et la lave qui décollent joyeusement la rétine avec des teintes tektonik rouge et vert fluo).

Le genre de truc à vous coller un mal de tète en deux minutes chrono, encore pire que sur PC. Et moi qui ai pourtant une résistance assez forte aux agressions visuelles (je crois être une des rares personnes à pouvoir jouer au Virtual Boy une heure de suite sans devenir aveugle), ce jeu me donne immanquablement envie de vomir au bout de quelques minutes, effet garanti (expérience amusante, testez ça avec vos amis et une bouteille de rhum, et space mountain peut aller se recoucher).

Et au final la durée de vie est ridicule puisque ramenée à une petite quinzaine de niveaux, du grand art (si vous avez déjà la force de finir les 5 premiers je vous paye un verre).
ils le vendent ça ?!?

Doom

En bref c'est un grand moment de nullité, raté à tous les niveaux et gerbant au possible. Pourtant j'aime bien Doom mais là... À réserver pour ceux qui collectionnent les jeux 32X, les autres peuvent passer leur chemin, à moins qu'ils ne veulent se rendre malades pour la semaine.

La note : 1/6 (ils le vendent ça ?!?)