Le premier Dragon Age, sans révolutionner le genre, avait posé de belles bases pour cette future licence. Malheureusement, avec ce deuxième épisode, le soufflet retombe sensiblement.

Le premier Dragon Age était classique. Trop classique pour certains, mais néanmoins excellent. Le second épisode laisse un peu sur sa faim, et ce pour deux raisons : principalement, c'est le système de combat qui peine. En suite, on regrette une quasi absence de l'aspect épique qui sied à toutes les bonnes productions heroic fantasy.

Le scénario de Dragon Age II est bon, voir très bon. Simplement, vous ne pouvez plus incarner qu'un humain, Hawk.
Il fait suite au premier, tout en prenant place dans une région différente, et avec des protagonistes différents. Toutefois, vos choix effectué dans le premier opus peuvent être repris. Sauf que cette fois, il n'est pas question de sauver le monde mais de vivre sa vie dans la ville, quitte à monter les échelons. Du coup, le côté chevaleresque en prend un coup, et le jeu joue clairement la carte politique au détriment du côté épique. Cela se révèle en revanche vraiment intéressant, car il n'y a finalement pas de grand méchant dans le jeu, juste des factions persuadées de faire ce qui est bien. Ce sera également le cas pour vos équipiers, que vous enrôlerez au gré de votre aventure.

Dragon Age II sur Xbox 360.
Dragon Age II sur Xbox 360.

Ces derniers disposent d'une jauge de confiance, qui influencera leur choix face à l'évolution du scénario, lui-même basé sur vos choix à vous. Et croyez-moi, vous aller avoir de sacré dilemmes ! Bien loin d'un Fable et son manichéisme qui ne convient absolument pas, Dragon Age II sait proposer un juste milieu et une dimension humaine à son aventure. Et c'est clairement ce qui le sauve.

Car, à l'opposé, son gros point faible, c'est son système de combat. Autant pour Mass Effect II - l'autre grand jeu de Bioware - le fait de simplifier le gameplay fonctionne parfaitement bien, autant dans Dragon Age II cela se révèle catastrophique.
C'est tellement simplifié que l'on passe à un mauvais hack'n slash... Bourré de points faible, le système de jeu n'est clairement pas ce qui vous donnera envie de continuer l'aventure.

De même, la réalisation n'est pas le point fort du titre. Certes, elle est un cran au dessus de celle du premier épisode, mais elle reste vraiment nivelée par le bas. Graphiquement, ça manque de détail, mais c'est surtout la réutilisation des environnements qui pose problème. En ville par exemple, tous les manoirs sont sur le même plan ! Dommage, cela nuit un peu à l'immersion.

Moins épique que le précédent épisode, mais toujours une bonne profondeur scénaristique.
Moins épique que le précédent épisode, mais toujours une bonne profondeur scénaristique.

Pourtant, malgré cela, j'ai scotché quelques trente heures sur ce titre, tout simplement parce que dans un jeu de rôle, ce qui me fait avancer, c'est le scénario, les discussions et les choix qui en découlent. Et là, malgré quelques déceptions, j'ai tout de même trouvé ce qui m'a fait passer des heures et des heures.
moyen

Dragon Age II

Dragon Age II n'est pas ce que l'on peut appeler une réussite, surtout face à l'épisode précédent (et encore moins face à des titres mythiques comme Baldur's Gate). Clairement un cran en dessous, il reste tout de même très jouable, car malgré son système de combat totalement raté, on retrouve un scénario profond et des choix toujours aussi intéressants.

La note : 3/6 (moyen)