Un jeu basé sur des passages de la Bible, voilà quelque chose qui n'est pas banal. Rassurons-nous, point d'évangélisation sauvage dans tout cela.

Enfin, pas vraiment la Bible, puisque le Livre d'Hénoch sur lequel se base (vaguement) l'intrigue d'El Shaddai est un manuscrit apocryphe, c'est à dire non reconnu par les autorités suprêmes de l’Église.

L'idée de base est relativement simple : Enoch est envoyé sur Terre afin d'aller botter le cul d'une tripotée d'anges déchus descendus s’acoquiner avec l'humanité. Les développeurs ont pris énormément de libertés face au matériel originel, cela est notamment souligné par l'orthographe du protagoniste qui se modifie elle aussi. Les deux personnages principaux, Enoch et Lucifer, ont des rapports très particuliers, jouant clairement sur la corde de l'homosexualité, le tout saupoudré d'un humour très décalé.

El Shaddai : Ascension of the Metatron sur Xbox 360.
El Shaddai : Ascension of the Metatron sur Xbox 360.

Une fois cela transposé à l'écran, on est bien loin du texte d'origine et on fini par ne plus y prêter attention puisque le scénario est totalement barré et alambiqué à souhait, si bien que ce n'est pas l'histoire qui va nous donner envie de continuer puisque l'on n'y comprend rien, tout simplement !

Non, ce qui va nous donner envie d'aller plus loin, c'est de voir quelles trouvailles visuelles les développeurs de chez Ignition ont bien pu implémenter dans le niveau suivant. Car c'est bien en cela qu'El Shaddai tire son épingle du jeu ; en proposant des environnements à la patte graphique tantôt déconcertante, tantôt éblouissante, il va toucher un certain nombre de joueurs, de ceux qui aiment l'originalité et pour qui la direction artistique dans un jeu vidéo n'est pas chose à négliger.

En revanche, les autres souffriront de ce gameplay beat'em all plutôt bien vu, mais beaucoup trop redondant pour scotcher plus d'une heure ou deux. Non, clairement, il faut s'émerveiller des graphismes et de l'ambiance générale d'El Shaddai, sous peine de tomber dans un ennui profond. Le fameux "c'est beau mais on se fait chier" si typique des films d'auteur trouve ici son écho pixélisé. Une sorte de jeu d'auteur ? Certainement, d'autant que le jeu est dû à Takeyasu Sawaki, un ancien du studio Clover à qui on doit Okami, un autre jeu à la patte graphique hors du commun... Sauf que Okami proposait une aventure beaucoup plus dense et enchanteresse.
moyen

El Shaddai - Ascension of the Metatron

El Shaddai - Ascension of the Metatron est un jeu atypique, auquel il faut y avoir joué pour pouvoir se faire son avis. D'un point de vue jeu pur, il est vraiment moyen ; d'un point de vue artistique il mérite vraiment le coup d'oeil.

La note : 3/6 (moyen)