Alors que je n'en attendais rien du tout, je suis resté scotché à ma console de bout en bout, dans cette aventure certes classique, mais vraiment efficace.

Il y a des jeux comme ça, qui nous donnent un joli coup de coeur. On ne sait pas exactement pourquoi, mais on prend énormément de plaisir à y jouer. Enslaved m'a exactement fait cet effet là.

Alors qu'il se fait emmener par un vaisseau esclavagiste, Monkey - un gros costaud pas très fin - se trouve sauvé in extremis par Trip, une pirate informatique assez douée pour faire crasher l'avion. Enfin, sauver est un bien grand mot puisque, pendant qu'il est dans les vapes des suites du crash, elle lui met une couronne d'esclave qu'elle a préalablement reprogrammée. Le résultat est simple : il ne peut pas s'attaquer à elle et, surtout, si elle meurt, c'en est également fini pour lui. Une bonne motivation pour l'aider dans sa quête qui consiste à retourner à son village.

Enslaved - Odyssey to the West sur Xbox 360.
Enslaved - Odyssey to the West sur Xbox 360.

Le gameplay est efficace, sans toutefois briller par une quelconque inventivité. Ainsi, on mélange du God of War pour le côté baston et de Prince of Persia ou encore Assassin's Creed pour le côté escalade dans un level design clairement alambiqué et surtout magnifique.
En revanche, on peut reprocher un déroulement exclusivement basé sur des scripts qui se déclenchent en temps voulu et des passages de grimpette où on ne risque rien : si vous ne pouvez pas attraper un rebord, Monkey refuse de sauter. Ce n'est finalement pas le but du jeu, ce dernier s'orientant clairement vers le plaisir de la découverte.

Enslaved peut être décomposé en plusieurs étapes que je me garde bien de vous décrire, de peur de vous bousiller le plaisir. Sachez juste que le monde se place 200 ans après une catastrophe guerrière qui se serait passée de nos jours. On débarque donc dans un New York en ruines dans lequel la nature a repris ses droits... et où les robots continuent de tenter d'éradiquer l'humanité.

On trouve ensuite une phase qui s'essouffle carrément. On est alors un peu déçu mais, finalement, le jeu nous fait un joli baroud d'honneur dans la dernière partie, notamment par l'injection d'un nouveau personnage particulièrement drôle.

Car, outre le gameplay efficace et un monde particulièrement intéressant et suintant la nostalgie, c'est surtout le rapport des personnages et l'humour qui m'ont plu. C'est pas fin, typique au possible, mais ça fait du bien d'avoir un divertissement pareil. Mon seul regret, c'est justement la fin, qui se termine un peu vite. On aurait aimé en savoir un peu plus.
Les 14 niveaux du jeu passent donc assez vite, avec une grosse dizaine d'heures pour en voir le bout.
bon petit jeu

Enslaved - Odyssey to the West

Enslaved est une très bonne surprise. Ce n'est pas le jeu du siècle, loin de là, mais il est agréable à jouer. Les aventures de Trip et Monkey vont très certainement vous scotcher à votre manette sans trop de problème.

La note : 4/6 (bon petit jeu)