Aller buter des rednecks intégristes dans les forêts du Montana, ça vous dit ?

Buter des américains intégristes, tout un programme


Quand on voit les annonces et les trailers de Far Cry 5, on se dit que le jeu, outre ce côté bac à sable jubilatoire, lorgne vers une certaine critique de la société.

Car des intégristes américains, il y en a certainement beaucoup plus qu'on ne pourrait le penser (en tout cas vu de notre petite Europe). Ici, on ne se fout pas de la gueule de quelques barbus qui de toute façon ne joueront pas au jeu, ici on parle d’américains, de ceux qui peuvent acheter le jeu.

La nature une pelle à la main, elle est pas belle la vie ?
La nature une pelle à la main, elle est pas belle la vie ?

Une fois la manette en main et quelques dizaines d'heures de jeu, le constat est beaucoup plus mitigé.

Les intégristes sont présentés de façon tellement extrême qu'on ne les assimile plus qu'à de la chair à canon.

Ce n'est pas forcément étonnant, Ubisoft n'ayant jamais été connu pour ses prises de position politique. Ici, on se contente de singer la société en envoyant des tonnes de stéréotypes.

Bon, visiblement, il s'est passé quelque chose de pas cool ici...
Bon, visiblement, il s'est passé quelque chose de pas cool ici...

Et ça marche ! Le résultat est fun, les personnages sont souvent totalement cramés de la tête (qu'ils soient vos alliés ou non).

Pas vraiment de prise de position donc, mais Far Cry reste ce qu'il est : un vaste bac à sable où l'objectif, c'est de se faire plaisir, de se marrer. Se détendre quoi. Pas vraiment un truc propice pour vous faire la leçon, ou tout simplement passer une idée sérieuse et profonde.

Le Père, un méchant particulièrement charismatique


Comme tous les Far Cry, ce cinquième opus s'architecture autour de son gros méchant de service. Ici un gourou d'une secte. Et l'homme est particulièrement charismatique et réussi.

Techniquement, c'est vraiment magnifique.
Techniquement, c'est vraiment magnifique.

Au début du jeu, vous arrivez pour l'arrêter (oui, vous êtes flic). Sauf que, forcément, rien ne va se passer comme prévu.

Pour pouvoir l'atteindre, vous allez devoir commencer par dessouder ses deux frangins, Jacob et John, ainsi que Faith, sa petite protégée.

Chacun d'entre eux contrôle, à sa façon, une partie de l'aire de jeu. Votre rôle ? Foutre la merde dans leurs installations en allant reprendre des villes, en butant leurs chefs, sabotant leur convois, etc.

Quand ça fume comme ça, c'est pas bon.
Quand ça fume comme ça, c'est pas bon.

Une grande liberté d'action


Les premiers pas dans Far Cry 5 peuvent être gerbants. Gerbants dans le sens où il y a trop de choses à faire, trop d'objectifs sur la carte, trop de trucs à l'écran.

Après quelques temps, on s'y fait, et on se fait son jeu. Son jeu, car il est trop long et surtout inutile de réaliser tous les objectifs, toutes les missions. Car pour déloger le gros méchant, il faut faire monter une barre de progression. A chaque crasse que l'on fait dans son secteur, cette barre progresse. Une fois remplie à fond, c'est l'heure de la confrontation.

C'est simple et efficace. Cela vous permet en outre de faire un peu ce que vous voulez : vous ne voulez pas prendre de force certains bastions ? Attaquer un convoi en route vous semble trop compliqué ? Pas de soucis, il y a largement de quoi faire ailleurs !

C'est qui le bon chien à son pèpère hein ? C'est qui ?
C'est qui le bon chien à son pèpère hein ? C'est qui ?

Un arsenal bien fourni


Pour vous aider dans votre tâche, vous aurez un arsenal qui va s'étoffer au gré de l'aventure.

Les armes sont classiques : corps à corps, mitraillette, fusil à pompe, bazooka, sniper. Vous pourrez en transporter jusqu'à trois, il faudra donc faire des choix.

Dans les boutiques; vous pourrez faire vos emplettes et changer votre équipement sans avoir à tout racheter à chaque fois (ce qui est acheté vous appartient définitivement). Toutes les armes peuvent être boostées avec divers accessoires, dont des silencieux.

Un tracteur avec un broyeur à l'avant. Des rednecks intégristes. Hasard ? Je ne crois pas...
Un tracteur avec un broyeur à l'avant. Des rednecks intégristes. Hasard ? Je ne crois pas...

Car Far Cry 5 vous propose de jouer la carte de l'infiltration à grands coups de batte de baseball ou d'arc. On retrouve alors des sensations éprouvées avec Far Cry Primal.

Un arbre de compétences qui vous oblige à varier les gameplays


Au gré de l'aventure, vous allez récupérer des points qui vous permettront de débloquer de nouvelles compétences ou d'en améliorer d'autres : plonger plus longtemps, emporter plus de matos, etc.

Ce qui est intéressant, c'est que ces points se débloquent soit en réalisant des missions où il va vous falloir trouver l'entrée de planques, soit en réalisant des objectifs bien particuliers.

On n'est pas bien à la maison ?
On n'est pas bien à la maison ?

Ces objectifs sont multiples : tuer X personnes avec tel type d'arme, utiliser tel type d'accessoire X fois, et, surtout, en chassant. C'est d'ailleurs la seule utilité de la chasse - ça et le fait que les peaux peuvent se revendre à bon prix.

Vous allez vous faire de nouveaux amis


Le truc le plus sympa dans Far Cry 5, c'est très certainement vos acolytes.

Le jeu peut être joué en coopération avec un autre joueur, mais vous pouvez également progresser avec d'autres personnages gérés par la console.

La vue est souvent très sympa.
La vue est souvent très sympa.

Des personnages, mais aussi des animaux : un chien qui va vous permettre de locker plus facilement les adversaires, une panthère qui va les éliminer discrètement, un ours qui va au contraire être le centre de toutes les attentions.

Les alliés humains sont également souvent très hauts en couleurs : du maniaque du lance flamme au débile avec son bazooka en passant par l'asociale à l'arc, il y a largement de quoi faire.

Durant l'aventure, deux d'entre eux pourront vous accompagner... La plupart s'entendent bien, mais attention, car d'autres ne peuvent pas se piffrer. Dans tous les cas, cela donne lieu à des dialogues souvent bien foutus et drôles.

Les débiles de la secte ont tout de même des goûts un peu douteux...
Les débiles de la secte ont tout de même des goûts un peu douteux...

La durée de vie ? Bah, le jeu est long


Difficile d'en dire plus sur la durée de vie de Far Cry 5, puisque tout dépend de ce que vous voulez en faire.

En ligne droite, le jeu doit prendre 12à 15 heures je pense, mais la plupart du temps, on y passe bien le double, histoire de profiter de la superbe réalisation qui rend si bien les paysages du Montana.


Petite balade dans le lac, avec mon chien et mon puma. Tout est normal.
Petite balade dans le lac, avec mon chien et mon puma. Tout est normal.

Excellent !

Far Cry 5 en quelques mots

Far Cry 5 est un bon jeu bac à sable, qui fait honneur à la série à laquelle il appartient. Pas vraiment de message politique comme on pouvait s'y attendre, voir même l'espérer, mais au final, ce n'est pas le propos du jeu. Le propos du jeu, c'est de buter des conards. Et là, on est en plein dedans.

La note : 5/6 (Excellent !)