Marcus revient, particulièrement en forme, il se lance dans une nouvelle aventure encore meilleure que la première !

Gears of War premier du nom avait marqué les joueurs. Non pas qu'il était original, bien au contraire. En revanche, il proposait un challenge dont l'efficacité a été rarement vue en terme de gameplay. Comme quoi, faire dans l'original n'est pas l'unique recette du succès.

Dans ce deuxième épisode, la recette est la même. Au niveau du gameplay, on ne trouve pratiquement aucune nouveauté. Quelques détails viennent travailler un peu la manette, mais ce n'est pas du tout ce qui fait la différence avec son aîné.
Par contre, Gears of War 2 n'est pas simplement une suite sans inspiration, bien au contraire.

Gears of War 2, superbe !
Gears of War 2, superbe !

Techniquement, le jeu est encore plus beau. Les décors fourmillent de détails, et il n'est pas rare qu'une fois les hordes d'ennemis temporairement repoussées, on se balade dans le niveau dévasté pour admirer le travail des game designers.

L'autre partie du jeu qui a été grandement étoffée, c'est le scénario. Ce dernier continue l'histoire du premier et reste somme toute assez basique. Ici, tout a été porté du côté des personnages, qui constituent ici l'essence même du jeu, ou en tout cas de son ambiance.
Les Gears, ces fameux soldats à la corpulence presque inhumaine tant elle est grandie et musclée, ne sont plus du tout les gros boeufs du premeir épisode. Entre les interrogations de Marcus à propos de son père et surtout la quête de Dom qui cherche à retrouver sa femme - une séquence de jeu à vous en tirer les larmes des yeux, qui n'a rien à envier à l'intensité des scènes d'un Metal Gear Solid - vous saurez cette fois pourquoi vous vous battez.
Sans compter la fin, ouverte, qui risque bien de faire gamberger les plus philosophe d'entre nous et évitera un manichéisme souvent trop présent dans les jeux vidéo.

Alliez cela à une succession de niveaux très variés dans leurs formes de jeux et à leurs décors - aaaaah l'intérieur du monstre, anthologique - et vous admettrez que vous tenez un jeu d'action parfaitement incontournable sur console.
Ainsi, les phases à pied sont bien entendu les plus nombreuses, mais on aura aussi droit à des passages sur des véhicules, tant au niveau de la conduite que du canardage. Sans parler de séquences démentes où l'on chevauches carrément certains monstres...
culte, indispensable !

Gears of War 2

Avec Gears of War 2, la Xbox 360 s'offre une killer aps, de ces jeux qui peuvent décider de l'achat d'une console face à ce que propose la concurrence.
Les originalités sont minimes, mais chaque aspect du jeu a été amélioré, pour transcender l'expérience du joueur.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)