Tiens, ça faisait longtemps que je n'avais pas joué à un Ghost Recon. Bon, en fait, c'était aussi bien.

Monster Ghost Creed Cry : un patchwork de gameplays


Ghost Recon Breakpoint est un jeu typiquement Ubisoft, dans le sens où il pioche des éléments de gameplay dans tout un tas de ses jeux. Mais pas seulement.

A Assassin's Creed, il emprunte le système d'équipement, que l'on peut faire évoluer. Le soucis ici, c'est que l'on ne peut pas garder une arme et la faire évoluer, du coup on change sans arrêt de jouet, sans pour autant ressentir quelque chose de différent d'une arme à une autre. Ou alors j'ai raté quelque chose.

Vous pouvez totalement customiser votre look.
Vous pouvez totalement customiser votre look.

A Far Cry, il reprend le côté bac à sable, où il faut se trimballer sur la carte (open world oblige) pour aller d'un objectif à l'autre. Sauf que là non plus ça ne fonctionne pas, le côté plus réaliste de Ghost Recon n'est pas vraiment compatible avec le côté fun de Far Cry. Du coup, même les déplacements sont souvent une gageure. Si bien que je me suis récupéré un hélico et que je ne me déplaçais plus que comme cela. Et tant pis pour l'exploration.

Et la dernière grosse influence de Ghost Recon Breakpoint, c'est Monster Hunter. Oui, un jeu qui n'est pas d'Ubisoft. Mais on retrouve pas mal de choses. Notamment le hub central où tous les joueurs se retrouvent, ainsi que les recettes de bouffe à se préparer afin de booster temporairement ses statistiques. Mais je n'irait pas plus loin puisque le côté multi ne m'intéresse pas.

Pour résumer, Ghost Recon Breakpoint emprunte des morceaux de gameplays aux gros jeux du moment, sans jamais arriver à la cheville de ces derniers.

Un hub central à la Monster Hunter. Pas de quoi être sur le cul...
Un hub central à la Monster Hunter. Pas de quoi être sur le cul...

Connexion Internet obligatoire


Si tu lis cet article bien installé dans ton appartement citadin, le fait d'être constamment connecté ne te posera pas de problème.

Le soucis, c'est que de mon côté, j'habite dans une zone où Internet est sinistré. La fracture numérique, tout ça, je la prend en plein gueule avec ma connexion qui ne dépasse jamais le 0,2 mega et qui me demande environ une nuit pour charger 3 Go.

Sans parler des déconexions intempestives qui me font sans arrêt sortir du jeu. Alors que le online sur ce Ghost Recon, je m'en bas les couilles avec une porte fenêtre ! Ce qui m'intéresse, c'est l'aventure, l'histoire. Mais là encore, je ne vais pas être aux anges.

Le scénario - insipide - se présente sous forme de flashbacks.
Le scénario - insipide - se présente sous forme de flashbacks.

Dans tous les cas, le jeu est totalement inutile pour les collectionneurs puisqu'il impose une connexion aux serveurs Ubisoft. Et dans quelques années, ces serveurs n'existerons plus, vous n'aurez plus qu'à jeter le jeu... ou à acheter en dématérialisé une version mise à jour sur les consoles du moment. Beurk.

Un scénario oui, mais insipide


On pouvait reprocher au précédent Ghost Recon, Wildlands, de ne pas avoir de scénario. Ici on en a un, mais il est tellement nul que c'est à peine mieux.

Il est ici question de transhumanisme, de l'évolution de la technologie, bref, un sujet très porteur pour tous les amateurs de SF, mais qui est ici traité de façon totalement niaise et insipide.

On passe beaucoup (trop) de temps à aller d'un point à un autre... Les méfaits de l'open world.
On passe beaucoup (trop) de temps à aller d'un point à un autre... Les méfaits de l'open world.

On le sait, le scénario n'a jamais été le fort des jeux Ubisoft, et c'est une fois de plus bien dommage.

En revanche, rien que le scénario principal vous demandera une vingtaine d'heures de jeu. Et les missions secondaires sont particulièrement nombreuses. Donc rien qu'en solo, le jeu promet une excellente durée de vie.

Salement addictif


Pourtant, malgré ses nombreux défauts, Breakpoint est addictif. On a du mal à lâcher la manette. Le truc, c'est que l'on est happé par le leveling. On veut toujours enchaîner une autre mission (aller, une dernière et j'arrête), histoire d'aller voir comment on peut faire évoluer son personnage.

Heureusement, l'hélicoptère est bien pratique, mais tant pis pour l'exploration.
Heureusement, l'hélicoptère est bien pratique, mais tant pis pour l'exploration.

En gros, c'est un trait typiquement Ubisoft, où l'on prend beaucoup de plaisir à faire monter ses stats. Comme quoi, je n'arrête pas de hurler comme un putois, mais le jeu a tout de même ses bons côtés.


Les combats sont efficaces. L'un des rares points positifs du jeu.
Les combats sont efficaces. L'un des rares points positifs du jeu.

à peine moyen

Ghost Recon Breakpoint

Vous l'avez compris, Ghost Recon Breakpoint m'a déplu. Aucune originalité et un patchwork de gameplay piochés dans les gros jeux du moment. Un jeu qui respecte un cahier des charges mais à qui il manque le principal : une âme.

La note : 2/6 (à peine moyen)