Ah, qui n’a jamais rêvé d’élever des cochons ? Sauf qu’en vrai, ça pue grave et ça bouffe comme pas permis… Sans parler des plaintes des voisins, surtout si vous vivez en appartement. Du coup, Happy Pigs vous permet de réaliser votre rêve sans pourrir tout le monde. Elle est pas belle la vie ?

Un jeu de société chinois


Sur la boite, on découvre que l’auteur est un certain Kuraki Mura. Finalement, ce n’est pas une personne mais un studio de développement de jeux de société chinois, qui a sorti le jeu qui nous intéresse ici en 2013.

L’éditeur français Iello a donc été chercher assez loin son jeu. Et quand on voit l’édition originelle et son visuel ultra classique, on se dit que le travail de Biboun pour cette édition française est particulièrement bienvenu !

C’est simple : cela donne envie d’ouvrir la boîte et de découvrir quelle tronche ont ces fameux cochons carrés. Donc n’attendons plus, et ouvrons la fameuse boite.

Une petite boite bien lourde....


Si les japonais font dans le minimalisme, visiblement ce n’est pas le cas des chinois. La taille de la boîte est sensiblement la même qu’un Big Book of Madness. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle pèse son poids !

Votre plateau personnel, pour élever vos cochons.
Votre plateau personnel, pour élever vos cochons.

Il faut dire qu’elle regorge de carton, avec notamment des dizaines de cochons. 196 exactement. Les amateurs de figurines en seront par contre pour leurs frais : les cochons sont représentés sur des tuiles. Ils ne sont donc pas en 3D. Mais vu le tarif de Happy Pigs, il ne fallait pas rêver non plus. Avec des figurines, le jeu aurait valu plus cher qu’un Zombicide.

En dehors de nos charmants cochons, on trouve également des pièces et des billets (toujours en carton), des tuiles d’action, des tuiles objets et des plateaux de joueurs. Pour finir, on trouve 24 cartes qui permettront de faire alterner les saisons.

Prend ta fourche, on joue !


Happy Pigs est un jeu de programmation, une mécanique héritée de Puerto Rico et Race For The Galaxy. Au début du tour, on commence par dévoiler une carte saison. Chaque carte indique le nombre maximum de chaque action réalisable.

Ensuite, les joueurs vont jouer secrètement leur actions parmis les quatre disponibles :

Nourrir : vous permet de faire grossir l’un de vos cochons d’une taille.

Le marché, avec les tarifs d'achat et de vente.
Le marché, avec les tarifs d'achat et de vente.

Acheter : vous permet d’acheter un cochon, un objet (pour booster vos actions) ou un pré (une extension de votre plateau personnel pour pouvoir élever plus de cochons).

Reproduire : un de vos cochons en âge de se reproduire (c’est à dire pas un bébé) donne naissance à un bébé que vous ajoutez dans votre pré.

Vendre : vendez l’un de vos cochons au prix indiqué sur le marché.

Vous pouvez donc réaliser autant d’actions d’un type que défini sur la carte saison en cours. Par exemple, si la carte marque 6 pour l’action nourrir, vous pouvez nourrir jusqu’à 6 de vos cochons (si vous avez choisi de jouer l’action nourrir pour ce tour, bien entendu).

Là où ça se corse, c’est que si plusieurs joueurs ont choisi la même action, ils se partagent les actions !

Le but dans Happy Pigs ? Avoir le plus d'argent !
Le but dans Happy Pigs ? Avoir le plus d'argent !

Après quatre saisons, la partie se termine, et c’est le joueur le plus riche qui remporte la partie.

Idéal pour les débutants


Vous êtes passionnés de Scythe et autres Agricola mais votre cercle d’amis en est encore à comparer les jeux que vous sortez au Monopoly ? Puerto Rico est trop long et Race For The Galaxy trop complexe pour eux ? Happy Pigs et ses parties d’environ 30 minutes est idéal pour initier les joueurs novices aux joies des jeux de gestion.

Déjà, son côté hyper coloré et son look mignon tout plein à grands coups de cochons cubiques en fera craquer plus d’un.

Ensuite, ses règles sont simples : on part des animaux les plus petits pour les échanger à son tour contre de la bouffe. Simple et efficace.

ça manque un peu de piquant


Simple et accessible, c’est cool, mais le soucis, c’est que ça manque un peu de rythme. Venant d’un jeu chinois, on se disait que la différence de culture pouvait apporter des mécaniques innovantes et différentes. Ce n’est absolument pas le cas.

Vos actions personnelles : vous pouvez en jouer une seule et unique par tour.
Vos actions personnelles : vous pouvez en jouer une seule et unique par tour.

Cela ne veut absolument pas dire que le jeu est mauvais, bien loin de là ! Seulement, c’est un jeu de programmation finalement assez classique… Il reste parfaitement recommandables car les jeux de ce genre ne sont pas légion.

Happy Pigs est plaisant à jouer, mais manque un poil de rythme. Il n’y a pas vraiment de différence d’intensité de jeu en début et en fin de partie, malgré les saisons qui s’égrènent et apportent leur lot de bonus / malus. Mais comme les parties sont rapides, ça passe tout seul.


Les cartes saison vont définir quel est le nombre d'actions pour chaque tour de jeu.
Les cartes saison vont définir quel est le nombre d'actions pour chaque tour de jeu.



Happy Pigs, un jeu pour 2-6 joueurs de Kuraki Mura, illustré par Biboun, édité par Iello pour des parties d'environ 45min.
Age conseillé : 8+.
moyen

Happy Pigs

Happy Pigs manque de rythme et reste un jeu de gestion somme toute classique. Mais son look totalement adorable et l'accessibilité de ses règles font que vous pouvez l’utiliser assez facilement comme Cheval de Troyes auprès de vos amis non joueurs.

La note : 3/6 (moyen)