Présenté comme une killer-app sur Playstation 3, Heavenly Sword fait partie de ces jeux qui misent tout dans leur somptueuse réalisation, pour en oublier ce qui fait la base du jeu vidéo : le plaisir.

Dans un Japon médiéval aux tendances mystiques et surtout guerrières, vous incarnez Nariko, qui devra empêcher la disparition de son clan que le grand méchant de service essaie d'éradiquer par tous les moyens.
Pour parvenir à vos fins, vous utiliserez Heavenly Sword, une épée de légende qui vous rend ultra puissant, mais qui en revanche vous bouffe votre énergie peu à peu.

Voilà pour le scénario, assez basique et qui ne sert que de prétexte pour aller casser du vilain. Beaucoup de scènes intermédiaires viennent toutefois le consolider, pour proposer au final quelque chose de très classique qui peine à intéresser le joueur.
Vous voilà balancée au milieu de la bataille, avec votre seule épée pour tenter de survivre. La maniabilité fait beaucoup penser à God Of War : deux boutons pour les coups (moyen et fort), et des gâchettes pour utiliser des coups spéciaux. La gâchette de gauche vous permet de lancer une attaque à distance tandis que celle de droite lance des attaques plus lentes, mais beaucoup plus puissantes. Le tout répond parfaitement bien. La garde se fait automatiquement dès que vous arrêtez de donner des coups.

Le très décevant Heavenly Sword.
Le très décevant Heavenly Sword.

Mais voilà, si les premiers niveaux sont plutôt sympathiques, on se lasse très vite, et surtout on s'énerve. Heavenly Sword, une épée de légende ? Il faudra repasser, tant les combats sont vite laborieux. Vos ennemis ne font que parer, et ce ne sont pas vos roulades qui vont aider à casser la garde. On ne ressent donc aucune impression de puissance, matériel de base dans le plaisir procuré par un beat'em all.
Les combats contre les boss se résument tous à la même chose : du corps à corps, une séances d'évitement de ses attaques pour se retrouver à nouveau au corps à corps. Le tout découpé en trois barres de vie bien trop longues pour ne pas finir par bailler.

De temps à autre, vous incarnez Kai, l'autre héroïne du jeu, en opposition totale avec Nariko. Vous aurez cette fois des armes à distance, avec une nouveauté de gameplay visiblement uniquement présente pour utiliser les capacités de détection de mouvement de la Sixaxis. Lorsque vous lancez un projectile, si vous restez appuyé sur la touche de tir, vous pourrez diriger votre tir en bougeant la manette. C'est un gadget très vite laborieux, et on va bien vite dans les options pour faire du pilotage par stick, beaucoup plus précis.
moyen

Heavenly Sword

Heavenly Sword ne mérite clairement pas sa réputation (si tant est qu'il en ait une). Enervant au possible, le jeu ne propose pas une once de plaisir de jeu. Ce n'est finalement qu'un faire-valoir technique pour une Playstation 3 alors en mal de jeux phares. Reste une réalisation excellente qui vous en mettra plein les mirettes, mais c'est loin de suffire pour faire un bon jeu. Kratos, revient !

La note : 3/6 (moyen)