En 2009, Avatar, le film, a fait beaucoup parler de lui.

Pour faire autant parler de lui, Avatar a réuni de nombreuses choses. Déjà, c'est un film de James Cameron, maintenant beaucoup plus connu pour Titanic que pour Terminator. Ensuite, il propose des images de synthèses parfaitement maîtrisées. Enfin, il propose ce qui allait devenir une mode énorme dans les salles obscures : la 3D... Enfin, la vision en relief.

Vu le tapage médiatique, il n'est pas étonnant que le film - au résultat bien meilleur que ce à quoi je m'attendais - ait été suivi rapidement d'une adaptation vidéoludique.
C'est Ubi Soft qui s'y colle ; l'éditeur français n'en est pas à son coup d'essai dans le genre, avec notamment l'adaptation du King Kong de Peter Jackson.

James Cameron's Avatar sur Xbox 360.
James Cameron's Avatar sur Xbox 360.

Avatar (le jeu), c'est avant tout le gros blockbuster d'Ubi Soft en cette fin d'année 2009. Autant dire qu'il était énormément attendu. Le résultat n'est pas mal, mais in fine, il n'est absolument pas digne d'un tel battage. La critique sera moyenne, et le jeu sera un échec commercial, mettant Ubi Soft dans une position financière délicate.

Et là, on se heurte au problème classique des adaptations : le manque de temps fait que les développeurs ne peuvent pas peaufiner leur bébé comme il le devraient. Ensuite, le manque d'informations concernant le film - rappelons que le jeu est développé alors que le fim n'est pas encore sorti - fait que son déroulement va parfois aller à l'encontre de l'intrigue du film, ou tout du moins de ses idées.

Le jeu ne reprend donc pas directement la trame du film. Vous commencez par incarner un militaire qui va "enfiler" son costume d'Avatar et partir dans de nombreuses missions. Dans sa globalité, le jeu suit l'intrigue du film, mais comme une aventure parallèle.
Le soucis, c'est que si les décors sont aussi enchanteurs que ceux du film, l'action et surtout le scénario sont beaucoup trop simplistes pour donner envie de continuer. Les missions se résument souvent à : "va chercher ci" ou "va réparer ça". L'évolution du scénario est également très limitée et souvent bancale. Pourtant, le principe de proposer les deux points de vue (côté militaire et côté Na'vis) pouvait être intéressant.

Côté gameplay, c'est du classique, aucun risque n'a été pris, mais il faut avouer que ça fonctionne plutôt bien. Principalement, on a de la bonne grosse action, mais avec un petit côté aventure et des phases d'action qui peuvent varier.
moyen

James Cameron's Avatar

Avatar rate complètement son objectif. Il manque de profondeur et de finitions pour pouvoir donner les frissons offerts par la vision du film de James Cameron. Le résultat est donc moyen, et se joue comme un petit jeu. Sans plus.

La note : 3/6 (moyen)