Après un Radirgy plus que moyen, Milstone rallonge un peu le champ du signe de la Dreamcast avec Karous, connu également sous le nom de Krows.

Le principe et la représentation restent globalement les mêmes que pour Radirgy, sorti l'année précédente. Cette fois, le cell shading est toujours présent, mais les couleurs vives laissent la place à des niveaux de gris, collant parfaitement à l'ambiance "dernier shoot de la Dreamcast", étiquette que de nombreux joueurs ont donné à ce shoot sorti sur le tard dans la vie de la 128 bits de Sega.

Le système de power up a également été revu. Il reprend le principe des items que l'on change en tirant dessus, comme on l'a connu sur Twinbee. Très peu apprécié des joueurs, Milestone a eu la bonne idée de changer un peu le système : dans Karous, vous ferez changer l'item non pas en tirant dessus, mais en utilisant l'arme épée - reprise dans Radiant Silvergun. Vous pouvez ainsi choisir d'augmenter la puissance de votre tir, votre barre de vie ou encore la vitesse de votre vaisseau.

Très particulier, Karous ne plaira pas à tout le monde.
Très particulier, Karous ne plaira pas à tout le monde.

La difficulté est plutôt bien dosée. Très progressive, elle montera tout de même assez vite en puissance, notamment contre les boss qui vous inonderont littéralement de boulettes !
C'est à ce moment qu'il vous faudra utiliser l'incantation bouclier. Ce dernier se présente comme une sorte de cerveau, ou comme un cercle d'incantation. Ce dernier absorbe tous les tirs ennemis durant un court instant, vous rendant invincible quelques courtes secondes. Cette protection dispose d'une jauge qui augmente en fonction des tirs ennemis qu'elle absorbe. A vous de l'utiliser au bon moment pour pouvoir la régénérer le plus rapidement possible !

D'autres options sont disponibles, comme le fait de mêler des éléments de RPG, faisant monter vos niveaux en fonction des points que vous faites et des ennemis de que vous descendez. Le tout est assez difficile à comprendre, rendant le jeu un peu trop obscur et compliqué pour être vraiment apprécié par les non japonisants.
Radirgy manquait énormément de punch, finalement Karous n'est pas beaucoup mieux. On n'arrive pas vraiment à accrocher tant le jeu est monotone.
Et cet adjectif peut également être utilisé pour désigner les graphismes, jolis mais trop fades (mention spéciale aux fonds particulièrement vides et creux), ainsi que les musiques, qui font très "ascenseur". Aucune intensité, ce qui accentue le côté soporifique du titre.
moyen

Karous (Krow)

Au final, Karous n'est pas la bombe annoncée. Ceux qui ont joué à Radirgy s'en doutaient, et le constat est malheureusement présent : un peu mieux que son prédécesseur, le jeu de Milestone ne casse pas trois pattes à un canard, même pour les fans du genre.

La note : 3/6 (moyen)