Vous aimez Goldorak et tous ces héros qui, dès qu'il y a du danger, enfourchent leur robot géant là où monsieur tout le monde monte sur sa mobylette pour se tracer comme un pourri ? Alors Kiaidan 00 est peut-être fait pour vous.

Je dis bien peut-être, car pour apprécier Kiaidan 00 sur PC Engine, il faut accepter certains pré-requis. Le premier, c'est bien entendu d'être fan de Goldorak ou encore Evangelion. Ça, c'est la condition sine qua non. L'autre condition, c'est de savoir lire le japonais. Parce que c'est bien beau tout ça, mais encore faut-il pouvoir comprendre tout ce que l'on vous raconte dans le micro pendant que l'on combat vaillamment contre le boss du niveau.

La dernière condition, c'est de ne pas être trop exigeant au niveau de ce que peut donner ce shoot'em up au niveau de son gameplay. Le scrolling est horizontal. Avec le bouton principal, on tire, avec un auto-fire intégré, ce qui s'avère bien pratique. Avec l'autre bouton, on peut changer son tir, histoire de trouver celui qui nous convient le mieux... Car il n'est pas vraiment nécessaire de changer de tir en fonction de l’action, cette dernière étant trop molle pour réellement accrocher le joueur.

Kiaidan 00 sur PC Engine CD.
Kiaidan 00 sur PC Engine CD.

Et c'est bien là la principale faiblesse de Kiaidan 00 : sa mollesse. Certes, les musiques sont entrainantes et l'ambiance épique à souhait, mais au niveau du jeu proprement dit, il n'y a vraiment pas grand chose, si bien qu'on l'essaiera l'espace de quelques parties, histoire de voir ce qui peut bien se passer au niveau du scénario - qui ne semble pas lui non plus démontrer une originalité impressionnante - pour finalement remettre le jeu dans sa boite et finir fièrement dans votre collection de shoot'em up.


Encore un bon gros jeu de méchas.
Encore un bon gros jeu de méchas.

à peine moyen

Kiaidan 00

Kiaidan 00 se destine aux amateurs des séries de méchas japonais. Malheureusement, le gameplay est tellement plat que cela ne suffit pas pour donner envie d'y rejouer de partie en partie.

La note : 2/6 (à peine moyen)