La sortie d'un nouveau jeu de Suda51, c'est toujours un petit événement. Depuis Killer 7, notre homme a été bombardé figure de proue des "jeux d'auteur ultra-violents voir subversifs". Ouais, rien que ça.

Suda51, on le connait principalement pour le génialement barré Killer 7 (sur Game Cube et Playstation 2) et pour les deux No More Heroes (Wii et Playstation 3). Dernièrement, il nous avait pondu un petit jeu de l'été plutôt agréable mais sans envergure : Lillipop Chainsaw.

Avec Killer is Dead, notre homme et son équipe reviennent pour un jeu à la touche beaucoup plus personnelle. Cela se voit directement dans la patte graphique, qui s'inspire grandement de celle de Killer 7, avec des aplats de couleurs et une dégradation volontaire de la qualité de l'image.

Killer is Dead sur Xbox 360.
Killer is Dead sur Xbox 360.

Le scénario est à l'image du titre : totalement barré. C'est bien simple, on n'y comprend pas grand chose. On incarne Mondo, un jeune homme fraîchement engagé dans une boite de tueurs à gages et qui a la particularité d'avoir un bras robotique. Le reste n'est qu'une succession de scènes WTF.

Chaque niveau est l'occasion d'aller flinguer un gros méchant, dans un univers à chaque fois différent, et souvent particulièrement inspiré. Si la direction artistique - aussi spéciale soit-elle - marque régulièrement des points, il en vaut tout autrement du level design et du gameplay. Le premier est pauvre à en pleurer tandis que le second demande d'arriver à la moitié du jeu pour pouvoir réellement éclore.

En effet, au gré de sa progression, on débloque de nouveaux mouvements, si bien que le côté lourdingue s'estompe peu à peu pour finalement devenir vraiment agréable... dommage que cela ne soit le cas que dans les derniers niveaux !

Des niveaux, Killer is Dead en compte une douzaine, chacun se terminant en environ trente minutes. La durée de vie est donc faiblarde, mais on trouve également pas mal de missions secondaires. On a du classique, avec des missions d'action à la difficulté très relevée, mais également d'autres missions, les "Missions Gigolo", qui vont vous demander de séduire de jolies demoiselles. Plus vous les courtiserez, plus vous profiterez de ce qui se passe dans la moiteur de la chambre par la suite...

Cela reste toujours assez prude, mais il faut reconnaitre que ces phases tapent plus dans le graveleux que dans la finesse. Pas grave, c'est assez marrant et il ne faut pas s'offusquer pour cela.
moyen

Killer Is Dead

Killer is Dead n'est pas la franche réussite que l'on espérait. Bien loin de l'ambiance et la profondeur noires de Killer 7, on se retrouve ici avec un jeu totalement barré, parfois trop, accusant le coup d'un level design minable et d'un gameplay qui manque d'oxygène au début de l'aventure.

La note : 3/6 (moyen)