Killzone 2 est LE jeu de Playstation 3... Enfin, c'est ce qu'annonçait Sony avant la sortie de la Playstation 3 puisque c'est sur ce jeu que ce sont basées les premières campagnes publicitaires autour de leur nouvelle console.

Rassurons-nous : Killzone 2 est bon. Excellent même. A l'époque, on se demandait si les graphismes présentés dans la vidéo étaient le jeu ou juste l'introduction en image de synthèse. Le temps a passé (quatre ans !), et entre temps nous nous sommes habitués aux graphismes dits next-gen. C'est graphiquement superbe, clairement sur le dessus du panier des productions actuelles, mais on n'en est plus à la claque visuelle de l'annonce de la Playstation 3. On reprochera même certaines approximations. Par exemple, les protagonistes bougent les lèvres durant la plupart des cut-scènes, mais n'ouvrent pas la bouche durant certaines autres scènes. De même, si le jeu est très beau, on le paie par le biais de temps de chargements assez présents.

Vous incarnez Sev, un soldat de l'ISA qui va devoir prendre part aux combats sur les terres mêmes des helgast : sur Helgan. Le but est de trouver Visari, le charismatique leader helgast, pour l'empêcher de nuire.
Vous retrouvez des personnages connus, avec particulièrement Templar, le héros des premiers épisodes, qui est cette fois aux commandes.
Le scénario est plus accessible que dans les précédents épisodes. Les imbroglios politiques des précédents opus se font ici plus simples, permettant de ne pas décrocher de l'histoire. Par contre, on est bien loin de l'impact scénaristique d'un Gears of War 2 : c'est bien ficelé, mais ça manque encore cruellement d'empathie.

Le tant attendu Killzone 2 sur Playstation 3 tient ses promesses.
Le tant attendu Killzone 2 sur Playstation 3 tient ses promesses.

Si le scénario n'est pas le point fort de Killzone 2 - sans en devenir un point faible - c'est au niveau de l'ambiance qu'il puise toute sa force.
Vous évoluez dans des décors massacrés par une guerre qui dure depuis trop longtemps, évoluant dans des niveaux très bien pensés, avec un level design torturé permettant au joueur de choisir plusieurs passages - et donc plusieurs stratégies - pour progresser. De plus, cachez-vous derrière un poteau, et les tirs adverses finiront parfois par bousiller complètement votre cachette, renforçant encore un peu plus le sentiment d'insécurité ambiant.

Votre progression n'est vraiment pas évidente. Le maitre mot régnant sur Killzone 2 est "guérilla". Des ennemis arrivent de toute part. Vos armes ne sont pas spécialement précises, vous forçant régulièrement à balancer à l'aveuglette. C'est assez déstabilisant au départ, surtout quand on est amateur de headshots. Mais on s'y fait, et très bien même. L'intensité des bataille n'aura que rarement été aussi communicative.

Le jeu compte 10 niveaux, tous assez longs. Sony annonçait en grande pompe 50 minutes pour chacun d'entre eux, et finalement on n'en est pas loin, ce qui fait une durée de vie dans la moyenne de ce genre de jeu. La difficulté est plutôt relevée, mais fait un pic lors du dernier niveau... certainement pour rallonger un peu le jeu, dommage.


Visari, un gros méchant plutôt charismatique.
Visari, un gros méchant plutôt charismatique.

Excellent !

Killzone 2

Killzone 2 est enfin le FPS à la hauteur sur Playstation 3. Bien loin des finalement très fades Resistance, le jeu de Sony peut enfin se confronter aux ténors du genre que sont la série Gears of War (même si ces derniers sont en vue à la troisième personne). Un jeu excellent, avec une ambiance bien foutue et un gameplay classique, mais efficace.

La note : 5/6 (Excellent !)