Bienvenue dans le monde de la Renaissance, où les connaissances vont mener à des inventions décisives pour l’évolution de l’humanité ! Serez-vous assez efficace pour vous attirer les faveurs de Léonard de Vinci en personne ?

Des ouvriers et des connaissances


Leonardo Da Vinci est un jeu de placement d’ouvriers. Toutefois, comme on est en pleine renaissance, on va préférer les nommer “apprentis”. On va dire que ça rentre plus dans le thème.

Vous devez donc placer vos apprentis dans les différentes parties de la ville de Florence afin de réaliser diverses actions :
- Le Conseil : permet de récupérer des améliorations spécifiques, prendre les florins présents à la banque, re-déplacer un apprentis dans une zone de la ville, regarder les 4 premières cartes du paquet inventions ou encore payer un florin pour acheter un composant de son choix.
- L’Atelier : permet de récupérer un laboratoire (si on n’en a pas déjà deux), prendre un automate (qui va faire un travail d’ouvrier dans votre laboratoire), upgrader son laboratoire (c’est à dire retourner la carte de l’un de ses laboratoires).
- L’académie : prendre un apprenti supplémentaire.
- Les boutiques : on en dénombre cinq, correspondant à autant de composants différents (fer, verre, bois, brique, corde).

Il est également possible de placer ses ouvriers sur l’un de ses laboratoires afin de faire avancer la résolution de ses inventions.

Car tout l’intérêt de Leonardo Da Vinci, c’est de réaliser des inventions en utilisant des composants que l’on aura préalablement collecté. Au début de son tour, le joueur peut placer secrètement un certain nombre de cartes correspondant à l’une des inventions présentes sur le plateau. C’est ce côté secret qui donne tout l’intérêt au jeu.

Le plateau de jeu de Leonardo Da Vinci, assez peu esthétique.
Le plateau de jeu de Leonardo Da Vinci, assez peu esthétique.

Une partie se déroule en 7 tours de jeu. Lors des deux derniers, il n’est possible que de poser des apprentis sur ses laboratoires (et donc plus en ville). Cela permet de terminer ses inventions. Il faudra alors bien anticiper afin d’optimiser le travail à effectuer.

Un système d’enchères assez malin


Le jeu se base sur une sorte de système d’enchères. Si plusieurs pions des joueurs se trouvent à un même endroit de la ville, c’est le joueur qui a le plus grand nombre d’apprentis dans le quartier qui commence. Le jeu se déroule alors selon quatre étapes :

- Le premier joueur est celui qui dispose du plus d’apprentis dans cette zone de la ville, il peut alors effectuer une action gratuite correspondant à ce qu’offre le quartier. Il reprend alors l’un de ses ouvriers présents dans la zone.
- Le deuxième joueur est celui qui dispose maintenant du plus d’apprentis dans la zone. Il peut effectuer une action correspondant au quartier en payant deux florins à la banque. Il prend alors l’un de ses ouvriers présents dans la zone.
- On passe au joueur ayant alors la majorité suivante, qui peut alors effectuer une action pour trois florins.
- Même chose, mais pour quatre florins.

Le système est original, et prend en compte le nombre d’apprentis mais également l’ordre de placement. Cela donne au jeu une belle dose de stratégie et d’anticipation.

Lorsque l’on réalise une invention, on récupère un certain nombre de florins. A la fin de la partie, c’est bien entendu l’inventeur le plus riche qui remporte la partie !

L'espace du joueur, avec ses cartes et ses laboratoires.
L'espace du joueur, avec ses cartes et ses laboratoires.

Un asymétrie assez étonnante


Ce qui est étonnant dans Leonardo Da Vinci, c’est qu’en début de partie, les joueurs ne partent absolument pas avec les mêmes éléments. Certains joueurs partent même avec un seul laboratoire !

C’est assez déstabilisant, mais on s’y fait sans problème. De plus, cela force chaque joueur à changer sa stratégie à chaque partie, ou tout du moins lors des premiers tours. Ensuite, on s’adapte aux inventions disponibles.

Le début de la partie n’est pas palpitant. On a le choix entre améliorer ses équipements, collecter des composants, et commencer à réaliser des inventions. Le début de partie est donc assez chiant, puisqu’il faut à chaque fois recommencer les mêmes actions. Certes, la phase préparatoire est présente dans tout jeu de gestion, mais je la trouve ici assez lourde et redondante.

Un jeu old school


Leonardo Da Vinci est un jeu de la vieille école, typiquement à l’allemande. Le thème est donc un peu plaqué, même si les mécaniques collent plutôt bien au thème de la Renaissance et des inventions. Le tout reste très classique.

Le plateau de jeu est assez spartiate, de même que le reste du matériel. Cela fait le travail, mais cela ne donne pas vraiment envie d’y jouer. C’est d’autant plus dommage que vu la qualité des artistes qui ont sévi pendant la Renaissance italienne, il aurait été logique d’avoir un jeu de société avec une bien plus belle allure. Ici, on pourrait presque dire que c’est moche.

Leonardo Da Vinci primé


Le jeu a pas mal fait parler de lui lors de sa sortie en 2006. Il a même été Tric Trac d’argent cette même année. Mais bon, le passage du temps ne lui ayant pas fait du bien, le jeu souffre encore plus de ses défauts : il est moche et austère.


Leonardo Da Vinci, un jeu pour 2-5 joueurs, édité par Tilsit pour des parties d'environ 90min.
Age conseillé : 12+.
moyen

Leonardo Da Vinci en quelques mots

Leonardo Da Vinci n’est pas mauvais. Simplement, il est un bel exemple de l’évolution du monde du jeu de société. Un jeu qui semblait vraiment bien en 2006 ne l’est plus forcément en 2016. Le temps passe, et certains en souffrent plus que d’autres. En ce qui concerne Leonardo Da Vinci, on va dire qu’il a pris cher.

La note : 3/6 (moyen)