Une jolie petite blonde habillée en cheerlander qui massacre des zombies avec sa tronçonneuse, le tout dans une ambiance rose bonbon totalement décalée, il n'en faut pas plus pour que les fans du genre s'approchent, la bave aux lèvres.

Aux commandes de ce jeu improbable, il y a Suda 51, l'homme a qui l'on doit déjà les particulièrement barrés Killer 7 sur Playstation 2 et GameCube ainsi que les No More Heroes sur Wii. Personnellement, je ne suis pas fan de son univers graphique si particulier. Je suis donc très content de trouver une représentation plus classique, avec une légère dose de cellshading très réussie.

Lollipop Chainsaw vous plonge dans la vie d'une lycéenne pas comme les autres, quelque part entre Dead Rising et Buffy Contre les Vampires. Le titre ne fait pas dans la fioriture et vous plonge immédiatement au coeur de l'action. Tant mieux, parce que les temps morts, dans un beat'em all, ce n'est pas ce qui se fait de mieux.
On progresse donc assez vite, tout en savourant l'humour potache dont le jeu suinte de partout. Enfin, on essaie, parce que ce ne sera certainement pas du goût de tout le monde, certains réflexions étant juste très grasses, et pas forcément drôles. Personnellement, j'ai bien aimé, cela va bien avec l'ambiance générale... Délivrer un mec qui s'en va en courant en balançant un "Alors là, si je m'attendais à être sauvé par une telle paire de seins !", moi ça me fait rire.

Lillipop Chainsaw sur Xbox 360.
Lillipop Chainsaw sur Xbox 360.

Ce qui fait le succès du jeu, c'est donc bien entendu son ambiance vraiment barrée, que tous les amateurs de cinéma bis voir Z apprécient... Et c'est clairement ce qui m'a fait poursuivre l'aventure jusqu'à son terme. Il faut bien l'avouer, le gameplay, sans être totalement dénué d'intérêt, reste tout de même très limité.

Ce qui fait triper, ce sont les situations improbables de cette jeune fille se trimballant avec ses sucettes, sa tronçonneuse... et la tête de son petit ami accrochée à la ceinture, juste au dessus de la culotte...

Il faut dire aussi que la communication autour du jeu a été bien orchestrée par son éditeur, Warner Interactive, qui a su jouer la carte de la dérision pour mettre en avant son jeu. De plus, lors des différents salons, ils ont trouvé en la personne de Jessica Nigri, une cosplayeuses aux formes aussi généreuses que celles du personnage de Juliet, une ambassadrice de choix...
moyen

Lollipop Chainsaw

En gros, Lollipop Chainsaw est le jeu typique de l'été : il ne vous laissera certainement pas un souvenir impérissable, mais il aura le mérite de vous faire passer un bon moment, grâce à un monde totalement barré et fun à souhait. Après, il faut aimer le gras, parce que là, ça tâche.

La note : 3/6 (moyen)