Sorti totalement inaperçu durant le mois de novembre 2010, ce jeu qui s'inspire beaucoup de Zelda aurait mérité un peu mieux comme couverture médiatique.

Vous incarnez un jeune garçon qui a l'aptitude de parler avec les animaux. L'humanité s'est fourvoyée avec les ténèbres qui dévorent peu à peu la nature. Vous devez alors aller sauver une créature légendaire qui va pouvoir vous aider à tout remettre dans l'ordre : le Majin. Pourtant, une fois libéré, il s'avère que ce dernier n'a plus ses pouvoirs d'antan, et que, peu à peu, il va falloir les récupérer.

Et c'est parti pour l'aventure ! Comme vous le voyez, le scénario n'est pas un modèle d'originalité. Ce n'est pas un problème, car ce sont finalement les mécaniques de jeu et surtout les personnages qui donnent envie de continuer l'aventure. Le personnage du Majin est vraiment attachant, avec sa force énorme et son caractère débonnaire un peu pataud.

Majin And The Forsaken Kingdom sur Xbox 360.
Majin And The Forsaken Kingdom sur Xbox 360.

Le gameplay se base sur l'alliance entre les deux personnages. Votre petit voleur, Tepeu (prononcez "Tépéou", ça fait tout de même plus classe), n'est clairement pas très fort. Il doit alors donner des ordres au Majin et l'épauler. Ainsi, on passe son temps à "finir" les ennemis que le Majin a assommé et mis à terre.
Par la suite, le tout se simplifie puisque Tepeu augmente de niveau à la manière d'un RPG. Pour le Majin, il va falloir lui trouver diverses plantes qui lui donneront à chaque fois de nouvelles aptitudes dont je vous laisse la surprise. Il est également possible de faire augmenter son endurance et sa force.

Et c'est là que le jeu marque des points : là où un Zelda joue pas mal sur l'exploration, Majin joue surtout sur la réflexion. On résonne clairement en terme de salle, chacune comprenant son lot d'énigmes à résoudre. Ces dernières ne sont jamais redondantes, et la quinzaine d'heures que demande le jeu pour en voir le dénouement ne fait jamais retomber l'intérêt du joueur.

Là où c'est par contre plus épineux, c'est au niveau de la maniabilité. Dès que la difficulté augmente (cette dernière n'étant pas spécialement bien dosée), les combats deviennent assez compliqués. Il faut bien entendu faire preuve de stratégie, mais finalement, certaines fois il faudra un peu de chance. Heureusement, ce défaut ne se fait réellement sentir que vers la fin du jeu.

Un dernier mot sur la réalisation, assez moyenne. Graphiquement, c'est plutôt limité, le jeu abuse des flous et fait un peu daté. Toutefois, la direction artistique en elle-même tient la route, et c'est bien là le principal.
Concernant les musiques, c'est très écoutable, chaque mélodie se veut discrète tout en correspondant bien à l'action en cours.
bon petit jeu

Majin And The Forsaken Kingdom

Majin And The Forsaken Kingdom est une très bonne surprise. Attachant et finalement assez original, il est vraiment dommage qu'il n'ait pas été un peu plus connu lors de sa sortie, car il vaut vraiment le coup.

La note : 4/6 (bon petit jeu)