Bioware revient avec la deuxième partie de sa trilogie. Une suite certes plus grand public, mais qui n'a rien perdu de sa superbe.

On retrouve avec plaisir le commandant Shepard, toujours à bord du Normandy. Dès les premières minutes, le scénario évolue vite, vous donnant immédiatement envie de continuer en vous prenant par les tripes. Le rythme de l'action est toujours très soutenu, bien que paradoxalement le scénario en lui-même ne soit pas aussi épais que l'on aurait pu s'y attendre.

En revanche, le travail concernant la caractérisation des personnages a été encore approfondi. Les discussions ont toujours autant de tiroirs vous permettant de mieux connaitre votre équipe ou les différents protagonistes qui inondent le jeu. C'est clairement en cela que Mass Effect 2 se distingue des autres jeux du genre : rarement on aura vu une telle profondeur dans des personnages secondaires !
Il est bien entendu toujours possible de flirter avec vos compagnons, avec cette fois un peu plus de possibilités.

Mass Effect 2 sur Xbox 360.
Mass Effect 2 sur Xbox 360.

Côté gameplay, le tout a été revu de façon à rendre le jeu plus accessible. Du coup, les puristes habitués des RPG à la Bioware en seront pour leurs frais : le côté jeu de rôles a été limité à son strict minimum. Pour ceux qui ne veulent pas se prendre la tête c'est tant mieux, mais ce côté gestion de l'équipement et des compagnons donnait un côté atypique au titre assez bienvenu.
De même, certaines phases du premier épisode, comme les phases en véhicules, lourdes et chiantes comme la mort, on été purement et simplement supprimée. Le résultat est moins varié, mais plus efficace.

On oscille donc entre des phases d'explorations sur différentes planètes et à bord de son vaisseau avec des phases d'action. Le tout est très dirigiste, et ne laisse plus beaucoup de place à l'exploration libre. Tout est scripté. Cela évite de se perdre, mais limite un peu trop le champ d'action.

On le comprend, Mass Effect 2 se différencie grandement de son ainé. Plus simpliste, il n'en reste pas moins aussi accrocheur. A ce niveau, la dernière mission du jeu est un modèle du genre : haletante de bout en bout, vous accuserez cas de conscience sur cas de conscience. Certes, chacun de vos choix n'influence que très peu le scénario du jeu, mais interagi directement avec vos rapports avec vos coéquipiers.

Des personnages d'une profondeur rarement vue dans un jeu vidéo.
Des personnages d'une profondeur rarement vue dans un jeu vidéo.

La durée de vie a été accrue, avec environ 25 heures pour en faire le tour sans trop s'attarder sur les missions secondaires (que l'on fait pourtant avec plaisir, contrairement à beaucoup de jeux du genre, elles sont vraiment intéressantes).
De même, c'est toujours aussi chouette graphiquement, avec des personnages certes assez raides, mais tout de même très expressifs souligné par un doublage français de qualité.

Bien loin d'un Fable II où le manichéisme est de mise, Mass Effect 2 joue la carte de la réalité : il n'y a pas vraiment de bon et de mauvais, juste des gens qui croient en ce qu'ils font. A vous d'y trouver votre place. Et ça fait du bien de voir cette relative complexité dans un jeu vidéo.
culte, indispensable !

Mass Effect 2

Mass Effect 2 a perdu de la complexité et peut-être également de la profondeur du premier épisode. Mais il n'en reste pas moins un grand jeu, de ceux qui marquent réellement le joueur.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)