Metamor Jupiter fait partie des myriades de shoots disponibles sur le support CD de la PC Engine.

Tout commence par une séquence d'introduction assez longue et bien foutue. De là, on monte dans l'avion pour tâcher de canarder du vilain dans ce shoot horizontal d'assez classique facture mais à l'ambiance plutôt hors norme.

Non pas qu'il se démarque des autres à la façon d'un Cho Aniki par exemple. Sa patte graphique fait penser aux animés japonais des années 80, pour un résultat assez inégal. En règle générale, les graphismes sont assez moyens, souvent ternes et répétitifs. En revanche, les effets visuels sont beaucoup plus présent que dans la plupart des jeux genre.

Metamor Jupiter sur PC Engine CD.
Metamor Jupiter sur PC Engine CD.

Les développeurs ont tâché de donner des effets de relief dans les fonds et les décors, via des scrolling différentiels assez bien vus. Cela fait parfois un peu ramer le jeu, mais rarement trop. Là où c'est plus gênant, c'est que parfois ces effets nuisent à la lisibilité globale.

Votre vaisseau est assez moche, mais il a la particularité de pouvoir se moduler à volonté via une pression sur la touche Select. Vous pouvez ainsi changer de tir à volonté pour ratisser plus large ou au contraire concentrer votre puissance de feu. Le second bouton de la manette est utilisé afin de retourner votre vaisseau et tirer dans le sens opposé.
Votre arme principale évolue au gré des power up, mais ces dernières vous redonnent également de la vie. En ce sens, le système de bouclier est assez particulier, ce qui ajoute une touche étonnante supplémentaire au jeu.

Malheureusement, le tout se révèle très vite lourdingue, la faute à un manque d'intensité flagrant dans l'action, le tout étant assez lent bien que pas particulièrement facile.
Le jeu, de part sa relative rareté, pourra intéresser les collectionneurs.


Un jeu à l'ambiance visuelle atypique.
Un jeu à l'ambiance visuelle atypique.

moyen

Metamor Jupiter

Face à la concurrence énorme qui sévit sur PC Engine, Metamor Jupiter peine à sortir son épingle du jeu. Ni bon ni mauvais, il vaut tout de même le coup d'être essayé, ne serait-ce que pour son côté atypique.

La note : 3/6 (moyen)