La 3DS fait suite à la saga de la DS. Cette dernière était une sorte de spin-off de la Game Boy. Lors de la sortie de cette console double écran, Nintendo argumentait en affirmant que la nouvelle venue n’était qu’un « à côté » en attendant la suite de la saga de la Game Boy. Finalement, des années plus tard, force est de constater que vu le succès phénoménal de la DS, la firme au plombier n’a pas jugé bon de donner une suite à la branche Game Boy.

La 3DS, comme son nom l’indique peut-être un peu trop, est l’évolution de la DS. Pourtant, il faut clairement la prendre comme une nouvelle console, à l’image de la Game Boy et de la Game Boy Advance. Certes, elle est rétro-compatible avec la ludothèque DS (y compris avec les cartes de piratage de type R4), mais il serait dommage de ne pas profiter de ce surplus de puissance de la machine avec des jeux qui lui sont spécialement dédiés !

La 3DS de Nintendo ressemble énormément à la DS.
La 3DS de Nintendo ressemble énormément à la DS.

La DS proposait deux écrans dont un tactile (celui du bas). Des originalités propres à la méthode de penser de feu Gunpei Yokoy, l’inventeur de la Game Boy. Son précepte principal était d’utiliser de façon décalée des technologies jugées désuètes (la fameuse « pensée latérale des technologies désuettes » comme ne se lassait pas de le rappeler). Le fait d’utiliser le tactile – déjà très répandu chez les PDA notamment – était un sacré coup de génie. Même chose pour les deux écrans. La 3DS reprend donc ces avancées, tout en dotant l’écran du haut de la possibilité de voir des images en relief.

Et là, les plus connaisseurs de l’histoire de Nintendo se rappelleront immédiatement la Virtual Boy. La fameuse console rouge créée par Gunpey Yokoi (toujours lui) a été très mal comprise à sa sortie. Se destinant principalement au grand public, elle n’a été envisagée que par les hardcore gamers qui se sont retrouvés avec des jeux qui ne leur étaient pas vraiment destinés. Ce qui a fini de tuer commercialement cette console, c’est le fait qu’elle fasse mal aux yeux après à peine quelques minutes d’utilisation – d’où la réputation de « console qui fait gerber ». Pire, elle se traine même l’image de console qui peut abîmer les yeux de nos enfants !

La boîte de la 3DS en Bleu Lagon.
La boîte de la 3DS en Bleu Lagon.

De plus, il est étonnant de voir Nintendo se lancer sur le crédo de l’innovation là où il nous a habitué à jouer la carte de l’originalité et du ludique face à une concurrence basée principalement sur la course à la puissance brute. La console est plus puissante que la DS, mais elle ne rivalise pas avec ce que fait Sony de l’autre côté. C’est tout juste si la 3DS peut rivaliser avec la PSP sortie quelques années plus tôt. Cela reste tout de même très acceptable pour le joueur, la DS montrant régulièrement de sérieux signes de faiblesse dès que les développeurs commençaient à toucher à la full 3D, pour un résultat faisant un peu trop penser à ce que l’on voyait sur Playstation. Reste que voir Nintendo utiliser une technologie aussi récente tranche radicalement avec ce à quoi il nous avait habitués jusque-là.

La 3D relief est-elle dangereuse pour mes enfants ?



Le contenu de la boîte.
Le contenu de la boîte.

Il y a derrière cela une réalité purement médicale : l’être humain n’acquière une vue définitive qu’à partir de huit ou neuf ans. Faire travailler les yeux avant cet âge est aussi néfaste que de faire de la musculation (rappelez-vous les gymnastes russes…). Il faut toutefois relativiser et éviter d’avoir peur trop vite : un enfant qui passe quelques temps sur une 3DS avec la 3D activée ne va pas porter des lunettes toute sa vie, de la même façon qu’un gamin de six ans qui va jouer avec des altères dans une salle de musculation l’espace d’un après-midi ne va pas finir déformé.

Heureusement, Nintendo a pensé à tout. Le contrôle parental permet de bloquer pas mal de choses, à commencer par l’affichage de la 3D relief. Il est également possible de bloquer l’accès aux jeux 3DS en fonction des catégories d’âge PEGI, les achats en ligne, les échanges d’images, les interactions en ligne, la gestion de StreetPass (j’y viens ensuite), l’ajout d’amis ou le téléchargement DS. En gros vous pouvez bloquer les communications de la console afin que votre chère tête blonde reste bien gentiment au bercail physiquement, ludiquement et virtuellement.

La console fermée, on voit bien ses deux petits appareils photos permettant les photos en relief.
La console fermée, on voit bien ses deux petits appareils photos permettant les photos en relief.

Seulement voilà, la DS s’est en grande partie vendue auprès du public des jeunes enfants, de moins de sept ans donc. Le pari est ainsi risqué, d’autant que la bagatelle de 250 euros que demande la console est autrement plus élevée que ce que coûtait la DS à sa sortie (soit 150 euros).

Et pour les adultes ?



Le press kit et les lunettes unitiles envoyées à la presse pour la présentation de la console en France.
Le press kit et les lunettes unitiles envoyées à la presse pour la présentation de la console en France.

Pour eux, c’est assez simple : une molette permet de régler la force du relief. Cela permet en gros de régler sa vue, un peu comme on réglait le contraste sur sa Game Boy première génération. On compte plusieurs types de personnes qui réagissent d’autant de façons différentes au relief. C’est la même chose pour la vague de 3D qui inonde les salles de cinéma durant les années 2010 : tout le monde ne le perçoit pas de la même façon. Une minorité ne perçoit tout simplement pas l’effet de relief ! Dans tous les cas, il est conseillé de faire une pause toutes les heures, voir toutes les demi-heures histoire de se reposer un peu les mirettes.

Heureusement, pour ceux que cela gêne, il est possible de couper cet effet de relief, ce qui peut s’avérer bien pratique et plus reposant en fonction du type de jeu utilisé. Reste que l’effet est saisissant, bien que pas totalement nouveau. Cela reste une nouvelle technologie, certes, mais elle est déjà disponible dans quelques appareils photos numériques qui permettent aux particuliers de toucher aux prémices du relief sans se ruiner.

Etat des lieux : ouverture de la boite



Assez de relief. C’est l’argument massue de la campagne de pub qui sévi un peu partout sur les écrans, mais finalement, est-ce bien important pour le joueur ? Car la 3DS a bien d’autres atouts dans son sac pour être adoptée : puissance accrue, gyroscope (comme sur iPhone), caméras, stick analogique, etc.

Dans la boite, on trouve la console (heureusement), une carte SD de 2 Go (déjà insérée dans la console), un socle qui permet de la poser et la brancher, l’adaptateur secteur (qui est le même que celui des DSi et DSi XL, une excellente chose), des cartes RA et une documentation que l’on aura rarement vu aussi épaisse. Rien d’exceptionnel donc, en dehors de ces six cartes à jouer bien énigmatiques…

Ces cartes RA correspondent tout simplement à des petits jeux de Réalité Augmentée. En gros vous posez la carte sur une surface plane, et sous vos yeux ébahis, des caisses et autres mini-jeux vont prendre vie sur l’écran, le tout avec un effet de relief bien foutu. Tout cela est finalement très limité : on ne compte que six mini-jeux (du tir, un jeu de bille, de la pêche et des outils pour prendre des photos avec de la réalité augmentée intégrée, et notamment des héros de Nintendo), mais l’idée est clairement de nous montrer ce que la console a dans le ventre et de surprendre l’utilisateur. Ce n’est une fois de plus pas nouveau, puisque ce genre de chose existait déjà sur PSP avec des jeux comme Eye Pet et Invizimals, mais l’effet recherché est toujours bel et bien présent : on est sur le cul !

L’appareil photo permet de prendre des clichés en relief, pour un résultat vraiment bluffant. Par contre, copiées sur un ordinateur, on se rend vite compte que l’appareil photo numérique est vraiment à chier, et qu’il vaut mieux garder ses images sur sa 3DS. Il y a aussi les nombreux gadgets rigolos qui permettent de jouer avec les photos.

On trouve également le Studio Son Nintendo 3DS, qui permet d’enregistrer des mémos, de jouer avec la voix ou encore d’écouter de la musique stockée sur la carte SD. Le résultat est très gadget, bien loin de l’utilisation d’un lecteur MP3 portable plus classique.

Les Mii font leur apparition sur 3DS, avec des créations à l’image de ce qui se fait sur Wii. Ils peuvent ainsi être amenés à faire des apparitions remarquées dans certains jeux. Mais ce qui fait clairement la différence, c’est le StreetPass. Cette nouvelle fonctionnalité est totalement dédiée aux interactions de la console avec l’extérieur. Il est maintenant possible, lorsque la console est en veille, de la laisser « discuter » avec les autres consoles croisées dans la rue, sans que l’on s’en rende compte ! Cela donne lieu à des mini-jeux fournis avec les titres commerciaux, mais également à deux mini-jeux disponibles dans la console. Ces deux jeux, extrêmement limités, ne vont certainement pas vous scotcher. Sachez tout de même qu’il est également possible de jouer avec des pièces que l’on récolte en marchant… Oui, le podomètre de la 3DS est également utilisé pour générer une sorte d’expérience qui vous permet d’alimenter les mini-jeux, comme c’était déjà le cas dans certaines versions de Pokemon.

En vrac, on trouve également un gestionnaire des amis, le navigateur Internet (disponibles un mois ou deux après la sortie de la console), des notifications à l’image de celles que l’on trouve sur la Wii, des stats d’utilisation, y compris celle du podomètre intégré, résidu du logiciel à l’utilité douteuse Marche avec Moi, qui est cette fois gratuit (pas la peine d’acheter la cartouche).

Parmi les petites nouveautés intéressantes, on trouve un logiciel permettant de prendre des notes, y compris pendant les jeux. Pratique pour noter des informations dans un RPG par exemple.

Tout de même quelques défauts…



Alors, parfaite la 3DS ? Pas tout à fait. On peut lui reprocher une plus petite taille que celle de la DSi XL. La nouvelle venue est à comparer avec une DS Lite classique en termes de taille d’écran, bien que l’écran du haut soit un peu plus large. Pas vraiment une régression, et de toute façon on s’y habitue très vite.

Concernant la compatibilité DS, tout fonctionne parfaitement, mais il faut admettre que, la résolution des écrans n’étant pas la même, les jeux DS apparaissent un peu flous, ce que ne manqueront pas de noter les plus exigeants. Pire, le maniement au stick analogique n’est vraiment pas pratique tandis qu’utiliser la croix directionnelle se révèle encore moins aisé tant elle est mal placée. Cette dernière est, à l’image de celle de la Xbox 360, destinée à une usage secondaire, et non principal, sous peine de se faire mal au pouce.

Pour rester dans ce stick analogique (très pratique avec les jeux développés pour), on peut aussi en demander plus : un deuxième de l’autre côté de l’écran aurait été bien utile, surtout pour les FPS. Heureusement, le stylet permet de pallier ce souci.

Malheureux corolaire du surplus de puissance offert, l’autonomie est également un sujet de querelles. Bien entendu, la durée d’une batterie 3DS chargée varie énormément en fonction du jeu utilisé, de l’activation du Wifi, de la luminosité de l’écran ou encore du volume sonore, mais globalement, il faut compter entre 3 et 5 heures, ce qui est bien loin de ce que proposait la DS.

La sortie de la Nintendo 3DS



Au Japon, la console sort le 26 février. Un peu moins de 400 000 consoles sont mises en vente. 375 000 seront vendues la première semaine. Les réapprovionnements se font discrètement, mais régulièrement, la console trustant le haut des charts japonais durant les semaines qui suivent son lancement avec 585 000 unités vendues à peine deux semaines après sa sortie.

La sortie européenne intervient environ un mois plus tard, le 25 mars. Pour la France, ce sont environ 100 000 consoles qui sont disponibles (comparativement, on aura 185 000 pour le Royaume Uni et 50 000 pour l’Allemagne). La console est disponible en deux couleurs : Noir Cosmos et Bleu Lagon.

Les objectifs de Nintendo sont optimistes : 1.5 million au japon et 4 millions cumulés dans le monde d’ici la fin du mois de mars !

Quelques jours après la sortie de la 3DS, les chiffres avancés par Nintendo sont plutôt bons : 303 000 consoles ont trouvé preneur durant les deux premier jours de vente, dont 50 000 en Allemagne et surtout 113 000 sur le sol anglais, ce qui en fait le meilleur lancement de portable pour la firme au plombier sur les terres de la Reine (pour info c'était 92 000 pour la DSi et 87 000 pour la première DS).
Au niveau mondial, c'est correct, mais sans plus. Du coup, on se trouve bien loin des 4 millions espérés par Nintendo...

Le linup de sortie



Les jeux phares disponibles à la sortie française sont Nintendogs + Cats, Pilotwings Resort, Super Street Fighter IV 3D Edition, PES 2011 3D, Lego Star Wars III et Ridge Racer 3D. Pour le très attendu remake de Zelda Ocarina of Time, originellement sorti sur Nintendo 64, il faudra attendre le début de l’été 2011.

Bien entendu, cet article sera étoffé au gré de la vie de la console…

Nintendo 3DS côté technique

Microprocesseur : ?
Mémoire vive : ?
Mémoire morte : ?
Vidéo : 2 LCD : 1 relief de3.53 pouces en 800 x 240 et un tactile de 3.02 pouces en 320 x 240
Son : ?
Prix d'origine : 249 euros