Pandemic vous propose de partir à la chasse aux maladies qui risquent d’infecter le monde entier. Tout un programme, pas forcément très banal pour un jeu de société.

De Pandémie à Pandemic


Pandemic est d’abord sorti sous le nom de Pandémie en France, en 2008. En 2013, le jeu ressort dans une réédition reprenant son nom original anglais, Pandemic. Il faut dire qu’entre temps il a fait son petit bout de chemin dans les critiques, pour se tailler une belle réputation chez les joueurs.

Au passage, le jeu se refait une toilette, en proposant des visuels un peu plus sexy. Ils sont plus travaillés, mais l’ensemble reste assez clinique - un comble pour un jeu sur le sujet ! C’est finalement assez vieillot, tout en collant parfaitement bien au thème.

Cela a donné lieu à la création de nombreuses extensions et autres stand alone, au point qu’il n’est pas toujours évident de s’y retrouver. Dans tous les cas, adopter la dénomination “Pandemic” pour l’ensemble de la gamme n’était pas une mauvaise idée.

La chasse aux maladies


Le thème, parlons-en justement. Il est tout de même étonnant de voir un jeu de société - généralement censé être divertissant - aborder le thème de maladies qui peuvent conduire le monde à sa perte. D’autant que le sujet est cruellement d’actualité, à une époque où l’on découvre régulièrement de nouvelles maladies. Pour l’anecdote douteuse, sachez juste que Pandemic est sorti un peu avant l’apparition du virus H1N1.

Le plateau de jeu de Pandemic.
Le plateau de jeu de Pandemic.

Pandemic est un jeu coopératif. On gagne ensemble ou on perd ensemble. Il se veut très accessible. Les règles sont simples, et conviennent à tous, du joueur aguerri au total notice du jeu de société.

Au début du jeu, on choisit l’identité de ses personnages au hasard, parmis sept possibles. Chercheuse, répartiteur, médecin, scientifique ou encore expert aux opérations, chacun dispose de pouvoir spéciaux : trouver un remède plus facilement (il aura besoin de moins de cartes), traiter plus facilement les maladies et autres contagions, etc.

Pandemic : le principe de jeu


Lors de son tour, un joueur dispose de quatre actions : se déplacer, construire une station de recherche, traiter une maladie, partager des connaissances (c’est à dire échanger des cartes), et surtout découvrir un remède (en défaussant 5 cartes ville de la même couleur).

Pandemic est donc un jeu de collection, où chaque joueur va tâcher d’accumuler les cartes nécessaire à la création de l’un des quatre remèdes nécessaires pour remporter la partie.

A la fin de son tour, on pioche deux cartes joueur. Les cartes proposent des villes, avec des couleurs différentes en fonction du continent sur laquelle elles se trouvent. Mais attention, tout le sel du jeu, c’est que le paquets des cartes joueurs contient des cartes “épidémie”, savamment réparties dans le paquet !

Les fiches des personnages que l'on peut incarner.
Les fiches des personnages que l'on peut incarner.

Lorsque l’on pioche une carte épidémie, la maladie s’accélère. Les petits pions correspondant aux maladies sur le plateau se multiplient et rendent la partie un peu plus difficile à chaque tour.

Et enfin, on finit par piocher des cartes propagation. Le nombre de carte piochées dépend de la vitesse de propagation, et donc de l’avancée dans la partie. Chaque carte correspond à une ville sur laquelle il faudra ajouter un pion maladie.

Si vous devez poser un pion maladie sur une ville qui dispose déjà de trois pions maladie, vous assisterez à une éclosion. L’éclosion, c’est l’événement le plus abominable de Pandemic !

Lors d’une éclosion, vous devez disposer EN PLUS un pion maladie sur chaque ville liée à la ville souffrant de l’éclosion. Réjouissant non ?

Et ça marche !


Peu importe la configuration de joueurs - de deux à quatre - Pandemic fonctionne merveilleusement bien.

Les fameuses cartes épidémie.
Les fameuses cartes épidémie.

Certes, comme souvent dans les jeux de société coopératifs, le côté redondant atténue un peu la durée de vie. On le ressent entre chaque partie. Mais une fois à nouveau plongé dans l’action, on se remet en apnée, espérant éviter les éclosions et tâchant d’optimiser au mieux nos déplacements afin de trouver le plus rapidement possible le remède qui nous mènera vers le sauvetage de l’humanité et la victoire.

Les sept personnages différents apportent des gameplay très différents et forcent à adapter sa stratégie. Ils influencent notablement sur la difficulté.

Côté difficulté, c’est assez équilibré, avec trois niveaux. On passe rapidement du niveau facile au niveau normal, où là, le challenge est déjà plus corsé. Et pour les plus hardcore, le niveau difficile mettra encore plus de cartes épidémie en jeu, et vous fera multiplier les éclosions, si bien que vous ne saurez rapidement plus où donner de la tête.

Le principal soucis de Pandemic, outre sa relative redondance, c’est l’effet leader. En fonction de la personnalité des joueurs autour de la table, l’un d’entre eux peut facilement donner des ordres aux autres, ce qui va assez rapidement bousiller le plaisir des autres joueurs. Il faut donc bien prendre garde à discuter et échanger.


Détail des pions.
Détail des pions.



Pandemic, un jeu pour 2-4 joueurs de Matt Leacock, édité par Filosofia pour des parties d'environ 30-90min.
Age conseillé : 8+.
Excellent !

Pandemic en quelques mots

Pandemic est un grand classique du jeu coopératif. Son sujet peut paraître rebutant, mais une fois en jeu, on plonge totalement. Immersif au possible, profond et intéressant, Pandemic est clairement une valeur sûre.

La note : 5/6 (Excellent !)