Red Dead Revolver, que l'on devait déjà à Rockstar en 2004, n'avait pas marqué les foules. Il était pourtant l'un des rares représentants du genre western sur console... Avec Red Dead Redemption, on prend cette fois une claque que l'on n'est pas prêt d'oublier.

La habitués de GTA ne seront clairement pas dépaysé. Malgré l'absence d'immeubles et plus généralement d'ambiance urbaine, on retrouve toutes les ficelles propres au gameplay de la licence phare de Rockstar. Sauf que cette fois, la plupart des soucis ont été corrigés.

Vous incarnez John Marston, un cow-boy au passé visiblement mouvementé. Vous en apprendrez un peu plus au gré du scénario, et sans vous en dévoiler trop, sachez juste que les scénaristes ont su proposer une histoire propre au genre sans tomber dans la redite ou le stéréotype.

Red Dead Redemption sur Xbox 360.
Red Dead Redemption sur Xbox 360.

Toutefois, le déroulement est plus linéaire que dans un GTA classique. Il n'est donc plus possible de faire évoluer son personnage comme on l'entend - ou en tout cas beaucoup moins. Exit les dilemmes que l'on a rencontré avec le quatrième GTA, ici, notre héros est sur la voie de la rédemption, comme le nom du jeu l'indique.

En revanche, on retrouve la patte Rockstar, avec pas mal de choses qui se démarquent du politiquement correct - à ce niveau la fin du jeu est un exemple du genre. Par exemple, lors de l'introduction, on entend une certaine "madame Bush" tenir des propos plutôt salés...

Côté gameplay, c'est un vrai bonheur. Il faut dire que l'univers mis en place se prête parfaitement à l'exercice. Vous étiez frustré de ne pas pouvoir entrer dans chaque immeuble de GTA ? Dans Red Dead Redemtpion, c'est tout à fait possible ! Certes, il y en a beaucoup moins, mais les actions sont tout de même très variées : sauver une femme se faisant battre, un homme attaqué par les loups, une diligence, etc. Toutes ces actions arrivent au hasard et vous feront prendre quelques libertés avec la trame principale.

Pour le reste, on se retrouve régulièrement à contempler les paysages magnifiques qui nous sont offerts. Certes, on passe beaucoup de temps à cheval durant de longs trajets (pas plus de quelques minutes tout de même, rassurez vous), mais in fine on ne s'embête que rarement. Pour les plus pressés, il y a toujours moyen de bivouaquer pour se téléporter dans une ville déjà visitée.

La maniabilité à cheval est excellente, mais ce sont surtout les parties de fight au pistolet que l'on retient. Le fait de pouvoir viser rapidement en appuyant sur la gâchette droite ou encore le bullet time permettant de vider son chargeur en une petite seconde vous prodigueront des sensations particulièrement grisantes.

La durée de vie est plutôt bonne, mais en deçà de ce à quoi nous a habitué Rockstar. Ce n'est absolument pas un problème tant la qualité est présente.
culte, indispensable !

Red Dead Redemption

Red Dead Redemption pousse le concept de l'univers ouvert et bac à sable à son paroxysme. Un modèle du genre, pièce maîtresse d'un Rockstar au sommet de son art.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)