Et voilà, ça devait arriver : vous êtes perdu sur une île déserte… Armez vous de courage, car survivre ne va pas être une partie de plaisir.

En fait, vous n’êtes pas vraiment seul


Robinson Crusoé est un jeu collaboratif. Rien à avoir avec la poubelle qu’est Koh Lanta donc, puisqu’ici on gagne ensemble ou on perd ensemble. Il n’est pas question d’écraser ses petits copains pour marquer des points. On est là pour survivre, point.

Mais du coup, il n’y a pas que Robinson et son pote Vendredi, mais finalement quatre joueurs qui auront chacun leurs spécificités : le cuisinier, le chasseur, le menuisier et l’explorateur. Mesdames, les choses ont également été pensées pour vous puisque vous pouvez retourner chaque fiche personnage afin de jouer son alter-ego féminin.

Vous trouverez également deux personnages de soutien, qui permettent de faciliter les parties ou de permettre de jouer seul : Vendredi et le Chien. A ce sujet, le fait de jouer seul passe vraiment très bien, rien ne manque.

Immergez-vous dans le monde de Robinson Crusoé


Il est souvent question, dans le monde du jeu de société, de différencier les mécaniques de jeu du thème. Parfois, ce dernier est juste plaqué - bienvenue dans le monde merveilleux des jeux à l'allemande, avec plein de cubes en bois.

Les différents scénarios.
Les différents scénarios.

Avec Robinson Cruosé, la question ne se pose pas, tant le thème se mêle parfaitement avec les mécaniques de jeu mises en place.

Créé par Ignacy Trzewiczek en Pologne, Robinson Crusoé a souffert dans sa version initiale de règles assez approximatives. Heureusement, la version française éditée par Filosifia corrige la plupart des problèmes et donne plus de certitudes quant à certains points de règles. Toutefois, l’ensemble reste parfois encore un peu flou, et il faudra régulièrement fouiller un peu lors de certaines situations.

Pour l’anecdote, Ignacy avoue détester les jeux coopératifs. Il a créé Robinson Crusoé pour s’essayer au genre et créer un jeu qui lui plaise. C’est peut-être pour cela que ce jeu est si atypique dans son déroulement comme dans sa mise en place.

Le matériel


Il y a pas mal de choses dans la boite. Déjà, le plateau est de toute beauté, avec un effet de carte qui, une fois de plus, colle parfaitement au thème et vous mettra sans problème dans l’ambiance survivaliste du jeu.

Outre le plateau, on trouve tout un tas de cartes, de dés, et tout plein de petits cubes en bois permettant de matérialiser de la nourriture, du bois et des peaux de bêtes. Au départ assez intimidants, ces nombreuses pièces finiront par devenir parfaitement normale après quelques tours de jeu.

Les personnages disponibles, recto pour la femme et verso pour l'homme.
Les personnages disponibles, recto pour la femme et verso pour l'homme.

Le principe de jeu


Un partie de Robinson Crusoé se déroule en six phases.

Phase événement
On tire une carte événement. Le plus souvent, c’est funeste et va, dès le début, nous mettre des bâtons dans les roues.

Phase moral
Puisque l’on est sur une île déserte, le moral a une grande importance. On fait donc le point sur le niveau de moral et on applique des bonus ou malus qui en découlent.

Phase production
Vous récupérez quelques vivres issues de la tuiles sur laquelle votre camp est posé. Ouf, enfin quelque chose de positif !


C’est la phase principale du jeu, où vous pouvez effectuer les actions suivantes :
- Aller à la chasse (et récupérer de la nourriture et des peaux de bêtes)
- Construire : un abri, un toit, une palissade, améliorer vos armes ou construire une invention
- Récolter : du bois ou de la nourriture
- Explorer l’île : ajouter de nouvelles tuiles sur l’aire de jeu
- Organiser le camp : permet de récolter du moral et des poins de détermination (à utiliser comme bonus)
- Se reposer : et récupérer de la santé

Le plateau de jeu, très travaillé.
Le plateau de jeu, très travaillé.

Phase météo
Forcément, sur une île déserte, ce n’est pas vraiment le paradis. En fonction du résultat des dés météo et du scénario choisi, vous devrez faire face à des intempéries qui mettront à rude épreuve votre toit ou votre palissade, vous privant régulièrement de précieux bois et nourriture.

Phase nuit
Ce n’est pas le tout, mais il faut bien manger ! Si à la fin du tour, vous n’avez pas un pion de nourriture à donner à tous les personnage en jeu, chaque personnage qui jeûne souffrira de deux points de vie en moins.

Un c’est pas sûr, deux c’est certain


Toute la finesse des mécaniques de jeu tient en ce petit adage. En effet, chaque joueur dispose, lors de son tour de jeu, de deux jetons de sa couleur, qu’il peut utiliser comme il veut. Ainsi lorsque vous désirez effectuer une action (explorer, construire ou récolter principalement), vous avez le choix entre utiliser un ou deux pions. Pour chasser, c’est certain, il vous faut deux pions, parce que c’est déjà bien assez dangereux comme ça...

En posant deux pions, vous vous assurez de la réussite de votre entreprise. Si vous n’en posez qu’un, vous devrez lancer les dés. Vous vous exposerez ainsi à l’échec, mais en plus risquerez de vous blesser ou de titrer une carte dont le résultat est rarement positif pour votre petit groupe.

A noter que les autres joueurs peuvent également vous soutenir en mettant un de leur jeton pour assurer la réussite d’une action.

La foire aux inventions


Les inventions sont au centre de Robinson Curosé. Au début de la partie, les inventions sont posées sur le plateau de jeu sur leur face invention. Lorsque vous les construisez, vous retournez la carte concernée et bénéficiez de ses effets bénéfiques. Par exemple, la marmite va vous permettre d’utiliser de la nourriture pour récupérer des points de santé.

De plus, les inventions sont souvent liées entre elles (pour fabriquer un collet, il faut déjà avoir la corde), et liées à vos explorations (pour fabriquer un remède, il faut avoir exploré une plaine).

Tout dans Robinson Crusoé s’imbrique parfaitement pour constituer un tout totalement cohérent.

Attention à l’effet leader


Attention aux personnes autour de la table, car Robinson Crusoé souffre d’un gros effet leader. Vu qu’il faut énormément s’entraider, on va beaucoup palabrer autour de la table, ce qui est une excellente chose pour un jeu collaboratif. Toutefois, certaines personnes pourront également rapidement émerger et donner des directives aux autres joueurs : “toi, tu vas chercher du bois, toi, tu peux construire le feu, et moi je vais à la chasse”. Ce n’est heureusement pas catastrophique.


Robinson Crusoé : Aventures sur l'île maudite, un jeu pour 1-4 joueurs de Ignacy Trzewiczek, édité par Filosifia pour des parties d'environ 120 min.
Age conseillé : 14+.
culte, indispensable !

Robinson Crusoé : Aventures sur l'île maudite en quelques mots

Robinson Crusoé est un excellent jeu collaboratif. Original de part son thème comme de part ses mécaniques, il vaut vraiment le coup d’être essayé. Certes, les règles sont parfois un peu rudes, mais une fois comprises, tout roule tout seul. De plus, les six scénarios disponibles dans la boite sont très différents et bénéficient d’une excellente rejouabilité.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)