Il est des jeux dont c'est la suite que l'on retient... Sengoku en fait partie, avec un premier épisode plutôt moyen.

Le scénario est simple : il y a 400 ans, un vilain démon a été bouté par deux héros. De nos jour, il revient pour se venger. C'est simple, efficace, et surtout, cela permet au jeu de proposer des choses assez originales.

En effet, tout au long de chacun des cinq niveaux (terminés par un sixième qui se résume au combat contre le boss final), vous alternerez entre une ville contemporaine en ruine et des passages plus mystiques, très axés japon. Cela se sent également lors des combats puisque si votre personnage se bat avec des poings, beaucoup de ses adversaires sont armés de katanas.

Sengoku est un beat'em all très technique.
Sengoku est un beat'em all très technique.

C'est d'ailleurs lors de ces combats que l'on se rend compte que le gameplay est totalement différent des beat'em all auxquels nous sommes habitués.
Ici, cela ne sert à rien de tapper dans le tas, il faut le faire en finesse car lorsque vous frappez l'ennemi, l'instant d'après il est invincible (il clignote), il faut donc bien attendre le bon moment pour lui mettre une autre baffe. De même pour les ennemis armés d'épées, si vous frappez au bon moment, vous arrêtez la lame avec les mains et pouvez la casser, ce qui rend la suite du combat plus équitable.

Mais il vous est également possible de récupérer une arme. Cela se fait par l'intermédiaire des boulettes que lâchent certains personnages lors de leur dernier souffle. Les vertes permettent de récupérer un point de vie, une fois que l'on en a attrapé dix. Autrement les rouges, bleues et jaunes permettent d'avoir des armes blanches très efficaces contre la racaille.
Lors de combats contre des demi-boss, vous libèrerez même les âmes de combattants que vous pourrez incarner (il vous suffit d'appuyer sur C pour choisir le personnage). Attention toutefois à ne pas vous endormir dessus puisqu'au bout de 60 secondes, le personnage disparait et vous reprenez votre apparence normale.

Vous pouvez ainsi incarner tour à tour un chien, un ninja ou un guerrier aux katanas particulièrement efficaces.
Les boss ne sont pas très impressionnants, mais demandent une bonne finesse de jeu pour en venir à bout. La maniabilité date par contre clairement du début des années 1990, et aurait mérité d'être moins rigide. On apprécie toutefois de pouvoir frapper plusieurs fois pendant un saut.
Les niveaux sont certes variés, mais très redondant, de même que les ennemis. D'autre part, les amateurs de bourrinage repasseront, car Sengoku demande d'être bien maitrisé pour être vraiment fun.
bon petit jeu

Sengoku

Sengoku est à l'opposé d'un Final Fight, tant dans l'esprit (Japon Vs USA) que dans le gameplay (technique Vs bourrinage). A vous de choisir votre camp.

La note : 4/6 (bon petit jeu)