Une firme mythique, qui a sorti des ordinateurs mythiques. Pour son mérite, son créateur, Clive Sinclair, s'est même fait annoblir, il faut donc désormais parler de Sir Clive.

Sinclair est une société portant le nom de son créateur, Clive Sinclair. Né

en 1940, Sir Marles Sinclair connaît une enfance heureuse auprès de son

frère et de sa soeur. Déjà tout jeune, sa créativité ne demande qu'à éclore,

si bien que durant les vacances, il invente, sur papier puis parfois en

réel, des machines incroyables. Une tradition dans la famille, père et

grand-père étaient ingénieurs.



Très mature, il préfère être entouré d'adultes que d'autres enfants de son
âge, ce qui le mets quelque peu en marge de ses camarades. Mais qu'importe,
sa vie réelle commence lors des vacances, où il peut effectuer toutes les

expériences qu'il veut.

Clive poursuit ses études à Box Grove Preparatory School. Précoce, l'école

choisit de le faire passer au cours supérieur. Mais Clive change souvent

d'école car l'entreprise de son père connaît des problèmes financiers.

L'électronique et la miniaturisation sont deux domaines qui le fascinent. Il

oriente ses recherches d'adolescent se portent dans ce sens. Sa chambre

devient vite une gigantesque jungle où les fils électriques font office de

lianes ! Tout ce matériel lui sert pour faire des essais radio et des

amplificateurs audio. Ses proches testent la qualité. Une de ses inventions

les plus marquantes à l'époque est une calculatrice se basant sur un système

de cartes perforées. Le plus étonnant est que, dans son soucis de faire le

plus simple possible, Clive utilise une base 2, avec des 0 et des 1, il

croit ainsi inventer un concept révolutionnaire ! Il comprendra plus tard

que ce concept est le fondement de l'informatique !

Clive quitte l'école à 18 ans. Malgré de bons résultats, il ne veut tout

simplement pas continuer et préfère apprendre par lui même, comme il l'a

toujours fait. Soucieux de se faire connaître, il envoie un article au

magazine Pratical Wireless, qui lui proposera par la suite un poste de

rédacteur. Rapidement, Clive se retrouve à la tête de ce petit journal

composé de seulement trois personnes, le premier ayant quitté le journal

pour cause de maladie et le second pour cause de stress trop important. Du

haut de ses 18 ans, Clives ne trouve pas le travail trop difficile et prend

même le temps de continuer ses inventions.

Clive monte peu à peu dans le monde de l'édition, si bien qu'il participe à

bon nombre d'ouvrages sur l'électronique. Mais il pense toujours à créer sa

propre entreprise. Son génie vient principalement de son aptitude à

miniaturiser les circuits électriques. Sa première société, Sinclair

Radionics, est fondée en 1961, pour la commercialisation de produits
électroniques de son cru. Le micro-amplificateur plus petit qu'une boite

d'allumette date de 1962, la première télé de poche de 1966... Il commence

avec les amplificateurs et continue par ce que l'on connaît mieux : la

micro-informatique.



La première calculette (Sinclair Executor) date de 1972. La célèbre

Cambridge Calculator sort l'année suivante à £29.95 seulement. Vers la fin

des années 1970, c'est l'explosion de la micro-informatique, les ordinateurs

deviennent plus petits et abordables. Ils peuvent désormais s'adresser au

grand public, c'est le temps des Commodore PET et autres Tandy TRS-80.

1976 est une année difficile pour sa société Sinclair Radionics. Avec plus

de £30000 de pertes, un investisseur entre dans le capital pour presque

moitié. Mais rien n'enraye la chute vers les deux millions de pertes en

1978. Le premier projet d'ordinateur est vendu à Newbury Labs. En 1979, Sir
Clive se retire et fonde Science of Cambridge. Il conçoit le

micro-ordinateur d'apprentissage Mk 14 avec un certain Chris Curry. Ce

dernier ne fera pas long feu et créera sa propre société, Acorn. Le MK-14

est un ordinateur sans boîtier ni sortie vidéo, comme le Rockwell AIM-65 ou

le Commodore KIM-1.

Durant l'année 1979, Sinclair se fixe l'objectif incroyable pour l'époque de

sortir un micro-ordinateur très peu cher et très peu encombrant. En résulte

le légendaire ZX80 qui sort en 1980. Sinclair réussit son pari avec le

micro-ordinateur complet le plus petit et le moins cher du monde ! Il vend

sa machine toute montée pour £99 ou pour £79 en kit. L'ordinateur est

vraiment minuscule et se base sur des technologies les plus économiques

possibles, comme l'utilisation d'un poste de télévision pour afficher et un

lecteur de cassettes pour sauvegarder les données. Les entrailles de la

machine sont réduites au strict minimum : une ROM de 4 Ko pour un Basic

simpliste, un clavier sensitif médiocre, pas de son ni de couleur...

Avec près de 20 000 machines venues dès la première année, le ZX80 trouve

son public. Des hobbyistes intrigués par la micro-informatique peuvent

s'initier au meilleur prix.

Sinclair sous-traite sa production. Les problèmes de suivi de commandes et

de maintenance colleront à la marque jusqu 'à la fin. Le succès est toujours

plus important car la machine est la seule sur le créneau de la micro à très

bas prix.

Le successeur du ZX80, baptisé logiquement le ZX81, sort au mois de mars

1981. Il corrige les principaux défaut de son aîné. Il possède dorénavant

une possibilité de calcul en virgule flottante, ce qui le rend plus

polyvalent. Grâce à l'intégration des composants, le prix de revient baisse.

La machine est disponible pour £70 monté ou £50 en kit.

Avec un tel succès, le ZX81 est affublé d'accessoires comme une imprimante

thermique ou une extension de mémoire. La machine se vend à plus de 500 000

exemplaires durant l'année 1982 si bien que l'on voit éclore de nombreuses

sociétés spécialisées dans l'édition, la création de logiciels ou de

périphériques.

Le prochain projet de Sinclair, baptisé ZX82, est destiné à proposer

toujours plus pour un prix toujours modeste. Il sort en 1982 sous le nom de

ZX Spectrum. La machine est une réelle évolution. Elle permet d'afficher des

couleurs là ou ses prédécesseurs ne peuvent souvent afficher que du noir ou

du blanc. De plus, le clavier gomme, toujours très médiocre, est beaucoup

plus pratique que les anciens claviers tactiles. Fidèle à sa politique de

faible coût, le Spectrum se vend bien, malgré l'émergence de plus en plus de

concurrents. 15000 machines par semaine sont vendues autours de Pâques 1983.

Comme pour le ZX81, des éditeurs se lancent dans l'édition de logiciels

dédié uniquement à cette machine.



En 1984, Sinclair promet monts et merveilles à nouveau. Le Quantum Leap est

la nouvelle machine à base de 68000. Clive est quelque peu déçu de voir son

Spectrum n'être utilisé que pour des utilisations familiales ludiques. De

plus, le plan informatique de la BBC ne prend pas en compte sa machine.

Sinclair est amer car il n'avait quasiment placé que quelques ZX-81 en 1981

dans l'enseignement. Le QL est présenté comme une machine professionnelle à

un prix familial. Les compromis technologiques pour faire baisser les prix,

comme Sinclair l'a toujours fait, place le QL dans un créneau bancal. La

machine se fera trop longtemps attendre. Les premiers exemplaires sont

buggués et mal supportés commercialement. Lancé en Janvier 1984, les

premières machines sont livrées fin avril ! 100 000 machines seront

finalement vendues. Ce n'est pas un échec, mais bien peu en comparaison des

précédentes productions.



En parallèle, le Spectrum est légèrement amélioré pour noël 1984. Le modèle
« Plus » est un rhabillage dans le style du QL, offrant le même clavier

presque correct. Il se vend bien pour les fêtes mais les ventes tombent dès

janvier. En février 1986, le nouveau Sinclair Spectrum 128 est prêt. Il est

d'abord vendu en Espagne ou il est produit, pour que le Royaume-Uni puisse
écluser les stocks importants de Spectrum Plus. Le 128 est plus innovant que

les anciens Spectrum, mais il est tardif.



Les problèmes financiers ont toujours été présents. La voiturette C5

produite depuis 1985 fait un mégaflop. Juin 1986 sonne le glas pour

Sinclair. Clive revend pour cinq millions de livres la branche informatique,

sa technologie, la marque Sinclair et son logo au nouveau rival Amstrad PLC.

Cette dernière a le vent en poupe avec ses CPC qui se basent sur la même

politique que Sinclair : le très bas prix. De nouvelles machines sortent,

gardant le nom de Sinclair, les Spectrum+2 et +3, qui ne connaissent que peu

de succès. Ces machines reprennent pour beaucoup l'allure et certaines

caractéristiques des CPC, comme le la forme générale avec lecteur de

cassette intégré. Le QL passe à la trappe.



De son coté, Clive Sinclair continue un temps avec le portable Z88, qui est

censé révolutionner l'approche bureautique. Ses autres réalisation ne

concerneront plus l'informatique.



On comprend qu'en quelques années, Sinclair a révolutionné la

micro-informatique, chose que le nouveau continent oublie vite. Le paysage

micro-informatique doit beaucoup pour la démocratisation qu'a apporté

Sinclair. Elle est bien plus réelle que celle revendiquée par Apple.





Chronologie des ordinateurs de Sir Clive:

1978 Newbury Labs Projet 1 (prototype d'ordinateur) construit ?

1979 Science of Cambridge MK14 (ordinateur en carte)

Février 1980 ZX80 - (ordinateur)

Septembre 1980 ZX80 16K RAMpack - (extension mémoire)

Mars 1981 ZX81 - (ordinateur)

Mars 1981 ZX81 16K RAMpack - (extension mémoire)

Septembre 1981 ZX Printer - (imprimante)

Avril 1982 ZX Spectrum - (ordinateur)

Juillet 1982 Timex Sinclair TS 1000 - (ordinateur ZX81 en version

américaine)

Juillet 1982 Timex Sinclair TS 1016 16K RAMpack - (extension mémoire)

Juillet 1983 Timex Sinclair TS 1500 - (ordinateur ZX81 en version américaine

dans un boîtier de Spectrum)

Juillet 1983 Timex Sinclair TS 2000 - (ordinateur avorté pour cause de

mévente)

Juillet 1983 Timex Sinclair TS 2040 - (imprimante)

Juillet 1983 Microdrive - (lecteur de bandes)

Juillet 1983 Interface 1 - (périphérique Spectrum)

Septembre 1983 Interface 2 - (périphérique Spectrum)

Novembre 1983 Timex Sinclair TS 2048 - (prototype d'ordinateur compatible

Spectrum pour le marché américain)

Novembre 1983 Timex Sinclair TS 2068 - (ordinateur compatible Spectrum pour

le marché américain)

Janvier 1984 QL - (ordinateur)

Octobre 1984 Spectrum Plus - (ordinateur)

Novembre 1984 ICL One Per Desk - (ordinateur compatible QL construit par

ICL)

Février 1986 Spectrum 128 - (ordinateur)

1986 "Loki" - (prototype d'ordinateur)

1987 Spectrum +2 - (ordinateur, gris - Amstrad)

1988 Spectrum +2a, +2b - (ordinateur, noir - Amstrad)

1988 Spectrum +3 - (ordinateur, noir - Amstrad)

1988 PC 20 - (ordinateur, clone du PC1512 format Atari ST, couleur crème,

pour le marché américain - Amstrad)

1988 PC 200 - (ordinateur, clone du PC1512 format Atari ST, couleur noire -

Amstrad)

1988 PC 500 - (ordinateur, clone du PC1512, pour le marché américain -

Amstrad)

1988 Cambridge computers Z88 - (ordinateur notebook )