Zaxxon est le représentant emblématique de la 3D isométrique. Vous savez, cette espèce de vraie/fausse 3D utilisant la fameuse "perspective cavalière" (souvenez vous, on dessinait des polygones avec cette méthode en primaire). Elle servait le plus souvent à donner l'illusion de la troisième dimension sur des systèmes n'en étant pas capables. Ainsi, ce Sonic 3D est un exemple de 3D isométrique comme il y en a peu.

Dès l'allumage on comprend l'étendue des dégâts. L'habituelle voix "SEGAAAAA" du démarrage à été remplacée par un borborygme bref mais indistinct proféré par un rappeur enroué aux lèvres gercées un jour de novembre où la température devait être carrément polaire. Dur. Puis on est accueilli par une mini vidéo d'introduction gravement pixellisée mais, oh surprise, toute en 3D (il faut quand même saluer l'exploit technique pour l'époque, je n'ose même pas imaginer le temps qu'il a fallu à l'équipe de développement pour coder cette seule séquence de 15 secondes et demi). Bref, passons.

La musique du menu étripe allègrement les tympans. Abrégeons nos souffrances, appuyons sur Start tous ensemble, mais vite. Le jeu démarre après une intro en images fixes où Robotnik fait encore des siennes (comme d'hab, niveau scénar c'est d'une originalité folle). Au premier abord, on se dit que c'est d'une rare mocheté mais après un rapide examen on se rend compte qu'en réalité c'est pas si mal que ça... La palette de couleurs est certes réduite au strict minimum (en l'occurrence les tons Stabilo, on y reviendra) mais les graphismes sont plutôt agréables à l'œil et tous les petits éléments du décor sont pas mal détaillés et dotés d'un design acidulé qui, si il ne plaira pas à tout le monde, a l'avantage de coller parfaitement à l'univers du jeu...

Ouais, je sais rouler par terre en 3D !
Ouais, je sais rouler par terre en 3D !

Sonic se contrôle bien. Enfin relativement, car il est vrai que comparé aux versions 2D, la 3D isométrique est loin d'être un modèle de précision, et ici la maniabilité souffre un peu du syndrome "patinage artistique" (ce qui est encore bien pire dans le niveau enneigé). Mais bon, on s'y fait, car on a vu bien pire, même si sauter sur des plateformes mouvantes reste un calvaire sans nom (surtout au dessus d'un précipice dangereux, lancers de manette en perspective, prévoyez un stock de 15).

Bon par contre, le gros point noir du jeu : les couleurs. Les développeurs étaient visiblement défoncés au LSD pendant la phase de colorisation, ce qui se traduit visuellement par une débauche de teintes du plus mauvais goût, surpassant Art Alive dans le domaine. Des palmiers vert pomme-acide aux carreaux sur le sol (je tiens d'ailleurs à signaler que ces carreaux, de deux couleurs différentes par niveaux, ont une certaine tendance à vous donner un mal de tête en moins de deux, comme si ils utilisaient des couleurs complémentaires à chaque fois, l'horreur) en passant par les monstres utilisant exclusivement les coloris les plus violents de la palette de la Megadrive.

Le jeu se finit relativement peu rapidement, la faute à une difficulté en dents de scie, qui passe du "fingers in the nose" au "fist in the ass" (et merde à la censure) entre les niveaux. Les boss sont d'une facilité déconcertante mais se corsent un peu vers la fin, alors que les niveaux sont globalement moyennement faciles mais surtout très longs. Sans compter que c'est Old School jusqu'au bout des papattes puisque pas de sauvegarde ni de password (Sonic 3 était pourtant passé par là, m'enfin). Il faut donc un poil d'entrainement pour le finir (sans compter le boss final caché, comme d'hab)...

On a retrouvé Pourpre avec des tentacules en plus...
On a retrouvé Pourpre avec des tentacules en plus...

Les musiques sont, par contre, un point intéressant, puisqu'elles sont totalement sujettes à débat : certains les trouvent plutôt sympathiques (je suis de ceux là) et d'autres les trouvent à gerber. À voir, mais personnellement je trouve que dans l'ensemble le processeur sonore de la console n'est pas trop mal exploité, le seul niveau où la musique est vraiment ratée étant Spring Stadium (oui, c'est l'époque ou tous les noms des niveaux de Sonic se composaient de deux mots commençant par la même lettre, allez savoir pourquoi).


La boîte de Sonic 3D.
La boîte de Sonic 3D.

bon petit jeu

Sonic 3D Flickies Island

Semi-réussite mais en même temps semi-échec, ce Sonic 3D est donc un cas à part dans la série. Il ne restera qu'a vous forger votre propre opinion... Il est pour moi loin d'arriver à la cheville des opus 2D sur la même machine mais reste quand même un titre honorable, qui tient la route techniquement (malgré des couleurs baveuses) et qui a l'avantage de ne coûter quasiment rien, en broc ou ailleurs.

La note : 4/6 (bon petit jeu)