Il aura fallu attendre pas loin de deux ans pour voir arriver le fameux Streets of Rage sur une Master System alors particulièrement vieillissante.

Tous les ingrédients du jeu sont présents. Tout est juste un peu moins [remplacez par le superlatifs de la version Megadrive : beau, fun, écoutable, etc.].
Pourtant, ce portage est particulièrement intéressant. Grand âge de la console oblige, les développeurs maîtrisent maintenant le support. Du coup, les graphismes sont plutôt fins pour de la Master System et savent retranscrire l'ambiance nocturne de Streets of Rage version 16 bits, avec ses contrastes et ses couleurs vives. Le tout reste très lisible et les ralentissements sont peu nombreux.

Les musiques sont peut être ce qui a le plus pris cher. C'est à peine si on reconnaît le fameux générique de fin de niveau tant il est défiguré.
Mais malgré ces pertes, tous les ingrédients sont là : les trois personnages, Axel, Blaze et Adam, les cinq niveaux, les boss, et surtout la maniabilité. C'est un peu plus saccadé, mais moins que dans beaucoup de productions de la 8 bits de Sega. Même la super attaque, celle qui permet de faire intervenir des bagnoles de flics pour tout dézinguer à l'écran a été maintenue.

Streets of Rage sur Master System.
Streets of Rage sur Master System.

Mais tout cela a un prix qui se paye cher : on ne peut y jouer que seul. Impossible de jouer avec un pote, ce qui était l'un des principaux points forts de l'opus original. On imagine bien que ce terrible manque vient des capacités réduites de la console, mais c'est tout de même vraiment dommage.

Au final, ce Streets of Rage s'avère être une excellente surprise. C'est une version light de l'opus Megadrive, un Streets of Rage du pauvre en quelque sorte, mais cela a permit a certains joueurs les moins fortunés de goûter aux délices de ce beat'em all mythique.


Un incontournable du beat'em all.
Un incontournable du beat'em all.

culte, indispensable !

Streets of Rage

Ce Streets of Rage version Master System est une vraie réussite. Très bien réalisé et surtout très fidèle à l'original, on lui pardonnera l'absence de mode deux joueurs pour pouvoir se lancer une fois de plus dans l'aventure... en version light.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)