A une époque où intolérance et communautarisme sont trop souvent associés aux religions, Toledo 1085 nous propose de revenir vers une période de l’histoire dont on devrait certainement s’inspirer.

Toledo 1085, la ville des trois cultures


Pas question de prosélytisme dans Toledo 1085, mais un retour sur une période de l’histoire de Tolède (ville espagnole) qui mérite d’être contée.

Le 25 mai 1085, la ville de Tolède est reprise par le roi Alphonse VI de Castille, qui en fit la capitale de son royaume. La ville avait été gagnée pacifiquement, grâce à un accord passé avec les musulmans qui stipulait la reddition de la ville à la condition que rien ne serait fait aux habitants, quelle que soit leur religion.

Il s’en est suivi une période de paix entre les trois religions, entraînant un développement culturel sans précédent. Le roi Alphonse VI a d’ailleurs encouragé ce développement en subventionnant ceux qui aidaient les trois religions.

Un look moyenâgeux du plus bel effet


Toledo 1085 aborde un look très typé Moyen-Age, les illustrateurs ont fait un travail remarquable qui contribue à plonger les joueurs dans l’ambiance de la ville de Tolède à l’époque d’Alphonse VI.

Le visuel des cartes est très plaisant.
Le visuel des cartes est très plaisant.

Le reste du matériel est très limité, puisque nous avons ici un simple jeu de cartes. Les pions pour miser sont en plastique grossier. C’est moche, mais au moins c’est pratique à utiliser.

Des enchères pour la culture


Dans Toledo 1085, vous incarnez donc l’un de ces nobles désirant faire avancer la culture. Le but du jeu est donc d’obtenir le plus de points de prestige à la fin de la partie.

Le jeu se compose de 116 cartes et de 32 pièces qui serviront pour les enchères. Car il est bien question d’enchères dans Toledo 1085 : on est là pour faire pour faire avancer la culture, mais on est également là pour se couvrir de gloire. C’est là que le jeu nous fait un peu sortir de son contexte, pour revenir à une bassesse typiquement humaine : gagner.

Chaque carte vous octroie un nombre de points (de 1 à 4) et correspond à la fois à un domaine d’influence (science, commerce, culture, religion et joker) et à une religion (Chrétien, Juif et Musulman). Vous devez disposer vos cartes en quatre colonnes, correspondant aux quatre domaines d’influence. Notez que les cartes joker peuvent être placées dans la colonne de votre choix.

Le premier à avoir dix points dans chacune des colonnes (c’est à dire dans chacun des domaines d’influence) marque la fin de la partie.

Et pour récupérer des cartes, il va falloir les gagner aux enchères. On commence par poser un certain nombre de cartes face visible devant les joueurs, puis chaque joueur va jouer l’une de ses cartes, face cachée.

On passe ensuite aux enchères. Chacun mise, et c’est celui qui aura terminé avec la mise la plus haute qui empoche la carte. Les autres récupèrent leur mise.

Lorsque l’on arrive aux cartes face cachée, on les retourne face visible une par une, juste avant leur mise aux enchères.

A la fin de la partie, un bonus est alloué à celui qui a terminé ses quatre colonnes le plus vite. On a ensuite un bonus ou un malus en fonction du nombre de colonnes qui disposent de cartes des trois religions. On est ainsi, une fois de plus, encouragé à mêler les trois religions ensembles, ce qui ajoute une dimension supplémentaire à la stratégie à mettre en place.

Des cartes pour pourrir la vie de ses adversaires


Et ce n’est pas tout ! Il existe aussi cinq types de cartes qui permettent d’apporter un peu plus d'interaction aux parties de Toledo 1085. Ces cartes permettent par exemple de piquer une pièce de cuivre à l’un des joueurs en début de partie, ou encore d’échanger une carte avec une carte de faible valeur. De quoi rendre les parties beaucoup plus tendues et interactives. Cela donne également un côté fourbe aux parties.

Toutefois, la mécanique principale de Toledo 1085 reste son système d’enchère. A deux, c’est un peu limité, car on manque d’échange avec les joueurs, et le tout révèle une fois de plus beaucoup plus stratégique qu’à trois ou quatre joueurs, mais également moins fun.

Le postulat est donc clair : il faut aimer les enchères et la complexité qui en découle, car la maîtrise totale est forcément impossible, puisque l’on doit anticiper les réactions humaines.


Toledo 1085, un jeu pour 2-4 joueurs de Javier Jésus Domínguez Cruz, illustré par Antonio Bravo, Esther Sanz et María Corredera, édité par Edge pour des parties d'environ 45min.
Age conseillé : 12+.
moyen

Toledo 1085

Toledo 1085 est un jeu d’enchères dont le thème colle bien avec les mécaniques. Son côté Moyen-Âge - époque que j’adore - m’a beaucoup plu. Après, il faut aimer les enchères qui vous permettront de choisir les cartes à mettre en avant, le tout avec le côté fourbe de certaines cartes spéciales.

La note : 3/6 (moyen)