Après une descente aux enfers, la série Tomb Raider a connu un renouveau assez sympathique mais finalement trop timoré. En cette époque de reboot de série, Lara Croft se paye un bain de jouvence. Et putain, la claque !

Tomb Raider : une licence vieillissante ?


Tomb Raider Legend et Tomb Raider Underworld, sans oublier le génial remake du premier épisode nommé Tomb Raider Anniversary, ont eu le mérite de rassembler tous les fans de la série. Les jeux proposés ont su garder l'esprit de la franchise tout en évitant les mauvais souvenirs rencontrés sur Playstation 2.

Toutefois, ce n'était pas encore assez pour rassembler le grand public. Lara Croft, icône des jeux vidéo de la fin des années 1990, n'est plus aussi bancable qu'avant, et ce malgré le succès des films où Angélina Jolie prête vie au personnage.

Tomb Raider sur Xbox 360.
Tomb Raider sur Xbox 360.

Crystal Dynamics continue donc sur sa lancée. Après les trois épisodes cités ci-dessus, nos petits gars qui ont repris avec brio le travail initié par Core Design (à l'origine des premiers épisodes). Il ont alors le lourd travail de moderniser la série. Et nous voilà partis dans un developpment hell qui va durer pas mal de temps avant de donner la merveille pixélisée que nous tenons entre nos mains.

Lara Croft, une survivante est née


Pour un reboot, quoi de mieux que de parler des jeunes années de Lara Croft ? Avec Tomb Raider Sur les traces de Lara Croft, on en avait déjà appris un peu plus sur la jeunesse de la belle. L'ensemble ne constituait toutefois qu'un prétexte pour faire rempiler notre aventurière.

Ici, on fait table rase : Lara est jeune, avec toutes ses faiblesses, et son personnage bénéficie d'une réelle profondeur. Elle va atterrir sur une île où elle va découvrir, dans la douleur, ce que c'est que de survivre. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle va morfler la douce et jeune Lara ! Le jeu en abuse même parfois, faisant montre d'une violence que l'on n'avait jusque là jamais vue dans la série.

La Survival Edition de Tomb Raider.
La Survival Edition de Tomb Raider.

Mais la jeune fille va prendre du poil de la bête, pour poser les bases de la personnalité icônique que l'on connait depuis 1996. C'est à ce sujet la progression du personnage, bien visible à l'écran, qui constitue l'un des succès de ce Tomb Raider.

Tout dans Tomb Raider est une réussite. Le level design est un modèle du genre : chaque niveau fourmille de bonus à récupérer, incitant le joueur à jouer la carte de l'exploration. C'est bien simple, moi qui pourtant ne m'attarde guère à la chasse aux bonus annexes, j'ai effectué toutes les recherches, récupéré tous les items, juste histoire de faire durer le plaisir de jeu ! Il faut dire aussi que l'on se balade dans tous les sens, et que même les niveaux les plus petits cachent leurs lot de trouvailles inventives.

Quant au scénario, s'il est classique, il a le mérite d'être bien écrit et de donner envie d'en voir la suite... Et de surtout savoir ce qui peut bien se passer sur cette putain d'île !
Lara dispose d'un armement qui s'étoffe très largement au gré de l'aventure. L'arc est l'arme maîtresse, mais les classiques flingues, fusil et fusil à pompe sont également de la partie, bien entendu. Le côté infiltration, que l'on peut jouer à tout moment ou presque (les autres préfèreront rentrer dans le tas), est particulièrement bien rendu.

Il est également possible de faire monter ses capacités grâce à de l'expérience récupérée durant vos pérégrinations. Tout cela fait que l'on progresse avec délices dans ces décors aussi dépaysants qu'enchanteurs... et souvent mortels.
culte, indispensable !

Tomb Raider

Tomb Raider est une petite merveille. On fait les niveaux, on continue, et on fini par revenir dans les niveaux précédemment traversés histoire d'en découvrir tous les secrets. Et ça, seuls les grands jeux peuvent me pousser à de tels extrémismes.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)