Versailles, comme son nom le laisse entendre, vous propose de construire le château de Versailles. Carrément. Sauf que construire un château, ben c’est long. Très long...

Une belle boîte


La boîte de Versaille propose une très belle illustration, bien très classique classique. Cela ne sera pas du goût de tous et laisse présager un peu jeu à l’allemande. Ici, on sait bien qu’on ne va pas se marrer, mais que l’on va au contraire faire tourner ses méninges.

Une fois que l’on a ouvert la boite, on découvre un plateau très grand et dans la même tonalité graphique. L’ensemble est très lisible et tout aussi agréable à regarder que pratique à utiliser.

On trouve également des tuiles en bois, du même format que celles de Carcassonne, qui serviront à construire le château, des ressources (du marbre, du bois et de l’or) ainsi que pas mal de meeples (9 meeples d’une même couleur par joueur).

Principe de jeu


Votre objectif dans Versailles, c’est de construire le fameux château, en suivant les plans des différents architectes. Parce qu’il y en a eu un paquet d’architectes, de Philibert Le Roy (architecte de Louis XIII) à Ange-Jacques Gabriel (architecte sous Louis XVI) en passant par Louis Le Vau (celui qui posa les bases du fameux château de Louis XIV), on en compte plusieurs dizaines...

Le plateau est carrément chouette.
Le plateau est carrément chouette.

Sauf que, ici, il est question de le construire uniquement, vous n’avez pas non plus la prétention d’être un architecte de renom, n’est-ce pas ? Vous êtes un ouvrier, avec d’autres ouvriers sous vos ordres, et allez tenter d’attirer l’attention du roi en tâchant de faire le meilleur boulot possible.

Le centre du plateau de jeu propose un cadriage qui va servir de base à la construction du château. Vous devrez donc acquérir des tuiles Palais puis devrez les construire en en payant les ressources nécessaires.

On dispose de deux types de ressources : les matières premières (l’or, le marbre et le bois) matérialisées par des cubes en bois ; et des tuiles Décoration (beaucoup plus petites) qui devront s’acheter avec des matières premières.

Chaque tuile Palais que vous construisez vous rapporte immédiatement un certain nombre de points. En fin de partie, celui qui a le plus de points devient le favori du roi (ou du Roy comme on disait à l’époque).

Un système de déplacement original


Versailles ne vous permet pas de poser vos ouvriers pour activer des actions, mais plutôt de les déplacer. Au début de la partie, les ouvriers sont placés sur les lieux d’action du plateau selon un ordre prédéfini et en fonction du nombre de joueurs.

Plutôt qu'un jeu de placement d'ouvriers, Versailles est un jeu de déplacement d'ouvriers.
Plutôt qu'un jeu de placement d'ouvriers, Versailles est un jeu de déplacement d'ouvriers.

Lors de votre tour, vous ne pouvez déplacer qu’un seul de vos ouvriers, et activer le lieu sur lequel il arrive (et ainsi bénéficier des bénéfices de cette action).

Vous disposez de deux bonus appelé Doubles Déplacements : vous pouvez les activer un par un pour doubler votre déplacement : soit déplacer votre ouvrier de deux lieux, soit déplacer deux ouvriers d’un même lieu vers un même autre lieu à une case d'intervalle.

Mais attention, si ces deux Doubles Déplacements ne sont plus disponibles, vous devrez vous rendre à certains lieux du plateau afin de les réactiver et pouvoir à nouveau en bénéficier.

Les différentes actions


Pour arriver à construire votre palais, vous allez donc devoir activer différents lieux. Mais apporter un de vos ouvriers sur un lieu ne suffit pas à profiter de tous ses bienfaits : le nombre de vos ouvriers présents sur ce lieu définira les actions que vous pouvez réaliser.

Voici un petit résumé des différentes actions :
Les Carrière de marbre, Scierie et Mine d’or. Ces trois lieux vous permettent de récolter respectivement du marbre (cube en bois blanc), du bois (cube en bois marron) ou de l’or (cube en bois jaune).

Votre objectif : construire le château de Versailles.
Votre objectif : construire le château de Versailles.

La Guilde des Architectes. Dans ce beau château se trouvent les architectes, qui mettent à votre disposition différents plans, matérialisés par les tuiles Palais. Il vous est également possible de défausser certaines tuiles Palais, histoire de pourrir la vie de vos petits camarades (oui, on le sait, vous êtes un fourbe).

L’Atelier. C’est dans l’atelier que vous pourrez, en payant le nombre de ressources nécessaires, faire construire les tuiles Décoration.

La Guilde des Alchimistes. Ces inventeurs de génie sont là pour vous faciliter la vie : grâce à eux, vous pourrez améliorer votre productivité (c’est à dire récupérer plus de matières premières quand vous en produisez) ou même mutualiser le tour des autres joueurs (c’est à dire activer vos ouvriers lorsqu’un joueur active un lieu où ils se trouvent).

Le Chantier. C’est le nerf de la guerre : c’est là que vous construirez vos tuiles Palais. Attention alors à les poser de façon à ce qu’elles correspondent au reste des autres tuiles déjà posées !

Les Faveurs du Roi. Le roi est là, et surveille la construction. Dans un premier temps, il fait cela de loin, mais dès que l’on passe par ce lieu, il descend d’une case. S’il arrive sur le chantier, la partie se termine. Mais le roi prend son temps, du coup, il est assez rare qu’il arrive sur le chantier avant la fin de la partie. En revanche, en ce lieu, vous pourrez réactiver vos Doubles Déplacements et récupérer jusqu’à deux ouvriers supplémentaires pour le reste de la partie. Parce qu’il est comme ça le roi, il donne des coups mains.

Construire un château, c’est long...


C’est même très long, et c’est d’ailleurs le principal problème du Versailles qui nous intéresse ici. Les parties durent environ 1h30. En soi, ce n’est pas forcément très long, mais le vrai problème de Versailles, c’est son manque de rythme.

En soi, on a un jeu de société de gestion et de construction tout ce qu’il a de banal. Simplement, le système de déplacement des ouvriers - on est ici dans un jeu de déplacement d’ouvriers plutôt que de pose d’ouvrier - change pas mal la donne.

Le soucis, c’est qu’ils ont vite tendance à s’empiler sur la droite du plateau… Et comme les déplacements sont très limités, cela crée des temps morts. Certes, avec un peu d’habitude, cela peut s’atténuer, mais cela ne suffit pas pour briser le manque de rythme du jeu.

Il est pas un peu bizarre ton château ?


D’autre part, votre château de Versailles aura régulièrement une sale gueule… Ou tout du moins une gueule bizarre et pour le moins alambiquée. La faute aux tuiles que l’on aura construites et qui alternent bizarrement les jardins des habitations.

Cela peut, en fin de partie, faire qu’il est impossible de terminer la construction. On se fixe alors sur les matières premières, qui rapportent quelques points en fin de partie, et on attend que la pile de tuiles arrive à la fin ou que le roi arrive au bout de sa piste.

Mais dans ce cas, le temps semble encore plus long que dans une partie normale… Il est donc important pour les joueurs de la jouer fairplay et de ne pas poser des tuiles qui bloqueront par la suite la construction du château.

Versailles manque donc de finition… Un comble quand on connaît les exigences qui ont mené à la construction du château auquel ce jeu de société emprunte son nom !


Versailles, un jeu pour 2-5 joueurs de Andrei Novac, illustré par Agnieszka Kopera, Loïc Muzy et Odysseas Stamoglou, édité par NSKN Games pour des parties d'environ 90min.
Age conseillé : 12+.
moyen

Versailles

Versailles sent un peu la naphtaline. Il lui manque un peu de polissage pour pouvoir être réellement fluide sans perdre de rythme, car finalement, on s’ennuie un peu dans cette construction de château un peu longuette.

La note : 3/6 (moyen)