Avec Warriors : Legends of Troy, Koei change radicalement l'ambiance de son beat'em up à grande échelle : place à la Grèce antique !

Koei est surtout connu pour ses jeu de baston au nombre d'adversaires démesuré. Les Dynasty Warriors nous plongeaient au coeur de combats dans un Japon féodal plutôt bien rendu, mais finalement pas forcément évident à suivre pour nous autres non japonisants qui n'étions pas baignés dans cette culture depuis notre plus jeune âge.

Avec Warriors : Legends of Troy, vous allez revivre la prise de la ville de Troies, le tout développé par Tecmo Koei Canada. De quoi combler tout ceux qui avaient du mal à suivre les épisodes d'origine.

Warriors : Legends of Troy sur Xbox 360.
Warriors : Legends of Troy sur Xbox 360.

Une fois la manette en main, on se rend compte qu'une fois de plus la recette est exactement identique. La réalisation est peut-être un cran au dessus, mais on persiste dans les mêmes problèmes : personnages tous identiques, ou presque, animations limitées et finalement redondance outrageuse qui ne conviendra qu'aux fanatiques du genre.

A part ça... ça va. Enfin presque, puisque la durée de vie est particulièrement courte. Remarquez, le scénario est bon, et la façon de raconter l'histoire est plutôt bien maitrisée (et avec des voix en français pour une fois !). Le soucis, c'est qu'une fois les missions terminées, on peut ranger définitivement le jeu, le replay value frôlant le zéro. On débloque bien de temps à autre de nouveaux combattants (pour arriver à une petite dizaine en tout), mais comme ils se manient exactement de la même manière, cela n'a finalement que très peu d'intérêt. De ce côté là, on est vraiment déçu lorsque l'on voit la profondeur des Dynasty Warriors. Cela donne à l'ensemble de Warriors : Legends of Troy un côté inachevé plutôt désagréable.
moyen

Warriors : Legends of Troy

Warriors : Legends of Troy est à la fois agréable à jouer, mais très court et vite très limité. Il faut donc se le procurer à très bas prix pour en avoir pour son argent. Mais dans ce cas, cela vaut tout de même le coup.

La note : 3/6 (moyen)