Allez, c’est parti pour une troisième saison de Zombicide. Quoi, nous, des moutons ? Oui, et avec joie !

Kickstarter encore explosé


Ce n’était pas une surprise, les premiers Zombicide avaient déjà tout explosé en termes de chiffres. Zombicide Rue Morgue fait encore mieux, avec un total de 28,5 millions de dollars collectés par son éditeur, Cool Mini or Not (CMON). La machine à cash marche donc toujours aussi bien !

Pour l’anecdote, les 100 000 dollars fixés au départ pour cette campagne Kickstarter ont été atteints en sept petites minutes. Mais le plus étonnant c’est peut-être le montant moyen dépensé par chacun des quelques 12 000 bakers : $237. Certes, les stretch goals étaient très nombreux, mais le jeu est tout de même vendu 90 € dans le commerce non ?

La recette fait donc toujours des merveilles sur le roi des sites de financement participatif : un principe de jeu simple, des zombies, et des tonnes de figurines.

Quoi de neuf dans cette version ?


Le premier Zombicide mettait en place un principe de base, un jeu en forme de boîte à outils aux règles simples et au gameplay addictif.Les 10 scénars présents dans la boîte permettaient déjà de se faire très largement plaisir.

Une fois de plus, il y a de quoi en mettre plein la table !
Une fois de plus, il y a de quoi en mettre plein la table !

La deuxième fournée de Zombicide, nommée Zombicide Prison Outbreak, proposait quelques nouveautés, comme les portes de prison ou encore de nouveaux zombies et de nouvelles armes. Le tout avec de nouveaux personnages à incarner et 10 nouveaux scénarios à suivre.

Avec Rue Morgue, Zombicide continue sur sa lancée et ajoute quelques éléments sans toutefois dénaturer les mécaniques de bases. Les mauvaises langues avanceront que c’est un peu léger pour le genre. Mais bon, merde, quand on aime…

Des zombies plus coriaces


L’une des nouveautés les plus importantes, ce sont les zombies. On retrouve toujours le panel de walkers, fatties, runners et l'abominable abomination, mais également des crawlers.

Ces petits cons rampants remplacent certains zombies lorsque, lors d’un combat, vous faites un 1. Cela a pour résultat de faire monter plus vite votre niveau d’expérience - et donc la difficulté - mais aussi de ralentir votre extermination des hordes de zombies qui foncent sur vous.

Au passage, on récupère des dés jaunes assez moches, mais personnalisés, avec une tête de zombie à la place du 1 et un cocktail molotov à la place du six. Pour cette dernière valeur, je me demande bien ce qu’elle fout là car le cocktail molotov se récupère comme dans les précédents épisodes, c’est à dire en trouvant une bouteille et un bidon d'essence.

Les cartes d'action d'équipe, une des nouveautés de Zombicide Rue Morgue.
Les cartes d'action d'équipe, une des nouveautés de Zombicide Rue Morgue.

Un mode compétitif


L’un des secret de la réussite de Zombicide, c’est certainement son mode coopératif. Rue Morgue reste principalement sur ce modèle, mais propose également deux missions où deux équipes de joueurs vont pouvoir se foutre sur la gueule au milieu des zombies.

Il est donc toujours question de coopération puisque l’on joue en équipe. Ce n’est donc pas du chacun pour soi. L’objectif est d’être l’équipe qui va emporter le plus d’objectifs à la fin de la partie.

Cela déséquilibre énormément le jeu, puisque l’on se retrouve avec des joueurs qui vont monter leurs niveaux beaucoup plus vite que d’autres, faisant radicalement augmenter la difficulté. Et c’est voulu ! Le résultat est bordélique à souhait, mais également très fun, bien que copieusement chaotique.

Un phase de zombies encore plus anxiogène


Plus anxiogène, car dorénavant, les zombies n’arrivent plus forcément à partir des mêmes endroits ! Lors de la phase zombies, on lance un certain nombre de dés (en fonction du nombre de joueurs). Ce sont les résultats des dés qui définieront sur quelles bouches d’arrivées les zombies doivent être placés.

Du coup, avec un peu de chance, vous n’aurez pas à vous battre au tour suivant, si les zombies arrivent à l’autre bout du plateau. Au contraire, dans un accès de malchance, vous pouvez vous retrouver face à une horde de salopards qui vous foncent dessus !

Pas moins de 12 nouveaux personnages !
Pas moins de 12 nouveaux personnages !

Un jeu conçu pour avoir beaucoup de monde autour de la table


L’autre atout de Zombicide Rue Morgue, c’est qu’il propose 12 nouveaux personnages, chacun ayant ses capacités propres et sa figurine. Les 12 sont surtout utilisés lors des missions compétitives, mais les missions coopératives sont pensées pour au moins six personnages, ce qui permet d’avoir pas mal de monde autour de la table.

Il est régulièrement assez complexe de trouver des jeux de société autres que des party games pour jouer à 7. Eh bien maintenant, vous pourrez trimbaler Zombicide Rue Morgue sans problème chez vos (nombreux) amis.

Et en plus, il y a un hélicoptère


L’hélicoptère peut même être piloté, si on dispose d’un personnage qui en est capable dans son équipe. En revanche, les voitures ont disparu de la boîte de jeu. Heureusement, elles restent parfaitement compatibles, tout comme l’ensemble des boites de Zombicide.

L’hélicoptère n’est pas utilisé dans toutes les missions, et sert le plus souvent de point de repère, seule une mission l’utilise de façon réellement intelligente, c’est un peu dommage.

Après, il y a encore d’autres nouveautés, comme les actions d’équipe, qui permettent (deux fois par partie) d’effectuer une action bonus pour tout le groupe de joueurs, ou encore des cartes tentes que l’on peut explorer sur le terrain, et qui permettent surtout faire poper des zombies supplémentaires.


Zombicide Rue Morgue, un jeu pour 1-12 joueurs de Raphaël Guiton, Jean-Baptiste Lullien et Nicolas Raoult, illustré par Nicolas Fructus, Édouard Guiton, Mathieu Harlaut et Eric Nouhaut, édité par Edge pour des parties d'environ 60-180min.
Age conseillé : 14+.
culte, indispensable !

Zombicide Rue Morgue en quelques mots

Zombicide Rue Morgue apporte plus de nouveautés que Prison Outbreak. Certes, les détracteurs trouveront que ce n’est pas assez, mais cela a le mérite de nous faire jouer avec de nouveaux personnages à de nouvelles missions, avec des mécaniques qui ont été sensiblement retouchées. Bref, quand on aime, on ne sera pas déçu.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)