La série des Apple II a connu un grand succès. En 1986, lorsque Apple lance son Apple IIGS sur le marché, il est attendu au tournant. Après dix ans de bons et loyaux services, les Apple II, qu'ils se nomment Apple IIe ou Apple II europlus n'ont finalement pas vraiment évolué.
Le IIGS change radicalement la donne en proposant un ordinateur compatible avec le 6502, tout en proposant de réelles innovations comme un processeur 16 bits.

Le projet est né des cendres d'un projet préalablement abandonné, celui de l'Apple IIx. De ce projet, on gardera l'architecture organisée autour d'un processeur 16 bits, le 65C816. Le nom de code du projet sera logiquement nommé Phoenix.
Bien entendu, les recherches s'organisent principalement autour de la rétro-compatibilité avec les anciens modèles d'Apple II. Le processeur intègre donc un mode d'émulation 65C02.
Au niveau des capacités, la machine n'a pas vraiment à rougir face aux nouvelles machines de type 16/32 bits comme les Atari ST et autres Commodore Amiga. Avec ses 16 voies mono, il se révèle bien meilleur que n'importe quel concurrent au niveau sonore. Il en est par contre tout autre au niveau des capacités graphiques, ce qui est fort dommage.
L'Apple IIGS a connu plusieurs évolutions. Au départ, la mémoire vive fournie est de 256 Ko, mais les revendeurs ne tardent pas à la muscler à 512 Ko voir 1 Mo pour le rendre encore plus véloce.

L'Apple IIGS dans toute sa splendeur...
L'Apple IIGS dans toute sa splendeur...

Pour améliorer la compatibilité avec la gamme Apple IIc, la carte mère du IIGS dispose d'une puce nommée Mega II. Contenant l'ensemble du jeu d'instructions de l'Apple IIc, elle permet de profiter de son immense logithèque. La machine fonctionne avec un lecteur de disquettes 3.5 pouces, mais pour permettre d'utiliser les anciens softs, il est aussi possible de brancher un lecteur 5.25 pouces.
Au niveau des extensions, outre le port DB19 qui permet de brancher les lecteurs de disquettes, on trouve deux RS422 permettant de brancher par exemple un modem, une imprimante, ou de connecter la machine à un réseau de type Apple Talk. On trouve aussi le fameux slot d'extension qui avait disparu sur l'Apple IIc. La machine inaugure le format ADB. Ce format permet de brancher plus facilement un clavier et une souris. Contrairement aux autres Apple II, le IIGS est donc le premier à disposer d'un clavier séparé, ce qui est beaucoup plus confortable.

Les différentes versions se différencient principalement par leur version de rom :
ROM 00 : sortie entre 1984 et 1987, elle a encore quelques bugs. Apple proposera d'ailleurs de la changer gratuitement.
ROM 01 : apparue à partir de septembre 1987. Le contrôleur vidéo a été amélioré, les effets de moirage disparaissent et les gris n'ont plus une teinte rosée.
ROM 03 : apparue à partir de août 1989. A noter qu'il n'existe pas de ROM 02, tout simplement parce que la ROM 03 est la troisième rom à sortir... Un peu tiré par les cheveux. La carte mère a été légèrement modifiée. La ROM fait maintenant 256 Ko tandis que la mémoire vive proposée en standard sur la carte mère est de 1 Mo. Les Sticky Keys permettent maintenant, à l'instar de l'Atari ST, de déplacer la souris avec les touches de direction du clavier. Enfin, la gestion du son a sensiblement été améliorée.
ROM 04 : apparue à partir de octobre 1991. Elle n'a jamais été officiellement distribuée. Le nom du projet est Mark Twain. La nouvelle machine doit embarquer un disque dur au format SCSI de 40 Mo, un lecteur de disquettes 800 Ko et 2 Mo de mémoire vive, mais Apple stoppera la commercialisation de la gamme Apple II avant qu'elle ne puisse commencer à être vendue. Toutes fois, quelques exemplaires de pré-série existent.

Si la machine a très bien marché aux Etats-Unis, en France c'est une autre histoire. Les revendeurs ont préféré inonder l'hexagone de Macintosh plutôt que d'Apple IIGS. Devant le succès américain, Apple sorti une édition limitée à 10 000 exemplaires de sa machine, la fameuse Woz Edition. Estampillée de la signature du légendaire ingénieur co-fondateur d'Apple avec Steve Jobs, la machine est même accompagnée d'un certificat d'authenticité et d'une lettre de remerciement de Steve Wozniak lui-même.
Le temps passe et la machine se fait littéralement bouffer par les Amiga et ST. Apple laissera même tomber totalement sa gamme Apple II pour se recentrer sur le Macintosh en 1992. Les éditeurs, après un engouement au début de la vie de la machine, se font de moins en moins prolixes sur IIGS.
Contrairement à l'Apple II original, la machine n'est absolument pas orientée bidouilleurs. Le Basic n'a pas évolué d'un poil et il est donc impossible de disposer de la puissance sonore et graphique de la machine avec le Basic fourni.

Apple IIGS côté technique

Microprocesseur : Western Digital Center 65C816 2.8 Mhz (1 Mhz en mode 65C02 pour la compatibilité Apple II)
Mémoire vive : 256 Ko extensibles à 8 Mo par slot propriétaire
Vidéo : rocesseur VGC. Modes graphiques : 280 X 192 en 6 couleurs, 140 X 192 en 16 couleurs, 560 X 192 monochrome, 320 X 200 16 couleurs parmi 4096, 640 X 200
Son : 16 voies en mono
Prix d'origine : 10 000 francs environ