L'Atari 800XE est un modèle 8 bits sorti sur le tard. Il est très peu connu par chez nous puisqu'il n'est sorti qu'en Europe de l'Est (en Pologne et en Allemagne de l'Est principalement).

Extérieurement, la machine reprend la coque d'un 130XE. Par contre au niveau hardware, d'après les commerciaux d'Atari, c'est plutôt celle d'un 800XL qui est prise. L'un dans l'autre, le nom de 800XE était donc tout trouvé. Cela est tout de même très simplifié car en réalité le hardware est plus proche d'un 130XE light (avec moins de mémoire), qu'un 800XL...
Cela a certainement été fait pour souligner la parenté du 800XL sur toute la gamme XE.

L'Atari 800XE, une version venue des pays de l'Est.
L'Atari 800XE, une version venue des pays de l'Est.

La principale différence entre le 800XL et le 800XE est la présence d'un chip dédié, nommé Freddie, chargé de mieux gérer la mémoire. Capable d'adresser jusqu'à 128 Ko de mémoire vive, il permet aussi de meilleurs échanges avec ANTIC, un des chips dédiés au graphisme. A noter qu'on le trouve aussi sur les 65XE et 130XE. Concernant les autres puces dédiées, on peut compter sur GTIA pour l'autre partie de la vidéo et POKEY pour les entrées / sorties et le son.
Difficile de s'y retrouver dans tous ces noms dont les lettres et les chiffres semblent interchangeables. Pour schématiser, nous dirons que :
le 65XE est une évolution du 800XL
le 65XE est une version low cost du 130XE
le 800XE est un dérivé du 130XE
On peut imaginer que, Atari étant extrêmement bien implanté en Allemagne, il aura sorti cette dernière version sur le tard pour lui permettre d'écouler le stock de matière première pour micros 8 bits qui lui restait. Une autre hypothèse serait que la machine est sorti pour permettre de le proposer à un prix au niveau de toutes les bourses.

Le 800XE embarque 64 Ko de mémoire vive, mais cette dernière peut facilement être étendue à 128 Ko par l'ajout de barrettes dans les deux slots disponibles à l'intérieur de la machine.
Au niveau du branchement, comme pour toutes les autres machines de la gamme, l'alimentation est externe. Concernant la vidéo, c'est du simple composite, assez cheap mais finalement pratique pour brancher sur une télé ou un moniteur.
Du côté des autres extensions, on trouve un port cartouche, deux ports Joystick en DB9, un port d'extension et un port SIO permettant de brancher un lecteur de cassettes, une imprimante, un modem, etc.

La boîte est un classique : très sobre.
La boîte est un classique : très sobre.

Au niveau de la compatibilité, même si la machine est très proche d'un 130XE et que la plupart des softs dédiés tournent, elle n'est tout de même pas parfaite. Par contre pour le 800XL il vaut mieux carrément oublier, puisqu'elle est extrêmement réduite voir nulle – ce qui renouvelle encore une fois la question du pourquoi avoir utilisé le chiffre 800 dans 800XE. On trouve aussi pas mal de jeux développés spécialement pour le 800XE.

Le 800XE est une machine étonnante. Sortie tardivement par rapport à la gamme 8bits d'Atari, elle a permit aux Pays de l'Est d'avoir des micros de qualité à un prix plus accessible.
Par contre, au niveau de la date de sortie, il est assez difficile de dire. Certains avancent 1985. Sur ma documentation, un des documents date de 1987 alors que l'autre est estampillé de 1993 ! A priori, la machine date de 1987 et a été manufacturée jusqu'en 1992. Le modèle avec la doc datée de 1993 signifierait simplement que les stocks n'ont pas été totalement écoulés au cours de la dernière année de production.


La notice de l'Atari 800XE... Pas très facile à comprendre pour nous autres français.
La notice de l'Atari 800XE... Pas très facile à comprendre pour nous autres français.

Atari 800XE côté technique

Microprocesseur : MOS 6502C à 1.79Mhz
Mémoire vive : 64 Ko extensible à 128 Ko
Mémoire morte : 24 Ko
Vidéo : Mode texte max 40x24 ; mode graphique max 320x192 en 16 couleurs
Son : 4 voies sur 3.5 octaves