Après un premier volet bon mais bourré de promesses de gameplay non tenues, le RPG de Peter Molyneux revient en cette fin d'année particulièrement dense. Le jeu génial qu'on attendait en 2004 est-il cette fois au rendez-vous?

L'histoire prend place plusieurs centaines d'années après le premier opus. Vous dirigez votre héros (garçon ou fille) lors de son enfance, guidé par votre soeur Rosa dans les vieux quartiers poussiéreux de Bowerstone. Après l'obtention d'une boîte à musique prétendue magique, vous êtes conviés par Lucien, seigneur d'Albion, homme tourmenté par la mort de sa femme et sa fille. Mais alors qu'il découvre votre appartenance aux héros d'Albion, il assassine votre soeur sous vos yeux et vous laisse pour mort. Dans quel but? Votre enfance passée, vous pourrez commencer votre quête de vengeance.
Vous l'aurez compris, le scénario de Fable II est plutôt classique. Mais si ce n'est pas l'atout principal du jeu de Lionhead, il se laisse savourer avec plaisir (malgré une fin beaucoup trop vite expédiée).

Le jeu se présente, tout comme son prédécesseur, comme un Action-RPG. A la fin de chaque combat, votre héros gagnera de l'EXP, que vous pourrez redistribuer dans trois types de capacités : Force, Adresse et Volonté. En cas de défaite, votre personnage ne mourra pas, mais il écopera d'une cicatrice disposée aléatoirement sur son corps.

Le très attendu Fable II sur Xbox 360.
Le très attendu Fable II sur Xbox 360.

L'aspect le plus jouissif de Fable II est sans aucun doute la gestion du comportement de votre personnage. Tout comme dans le premier, vous pourrez choisir entre être un vrai héros au coeur pur, ou un véritable boucher totalement corrompu et dénué de morale. Tout ceci se répercutera sur votre apparence physique, sur le royaume d'Albion, et sur la perception que les villageois auront de vous. Ils jugeront vos actions sur trois critères : Amour/Haine, Humour/Peur et Beauté/Laideur. Un méchant verra les habitants fuir par sa seule présence, un homme bon et beau verra des cohortes de femmes et de bambins aux portes de sa maison, demandant des autographes !
Le nombre de possibilités d'interaction avec les PNJ est juste étourdissant. Vous pourrez les faire rire, leur faire peur, les draguer (sachez que vous pouvez vous marier, avoir des relations sexuelles et donc des enfants), leur demander de vous suivre, connaître leurs centres d'intérêt et l'opinion qu'ils ont de vous, vous faire offrir des cadeaux utiles ou non etc. Vous pouvez également vous faire un nom correspondant à votre style de jeu en l'achetant à un crieur public.

Le jeu comporte également une partie gestion. Si vous démarrez le jeu avec pour seule maison une roulotte de gitan, vous pouvez vite devenir un véritable magnat de l'immobilier. Toutes les propriétés peuvent s'acheter dans Fable II, des maisons aux commerces. Vous pouvez obtenir des ristournes si le propriétaire vous aime bien, ou au contraire, si vous tuez les anciens occupants. Il est aussi possible de meubler vos propriétés à votre guise.

Graphiquement, le jeu s'en sort avec les honneurs. C'est beau, coloré, fluide, un des grands points forts du soft. C'est un vrai plaisir de se balader dans les paysages d'un Albion beaucoup plus vaste et dangereux que dans le premier. Au sujet de la durée de vie, la quête principale se torche en une douzaine d'heures. Plutôt court certes, mais il serait stupide de rusher le jeu face à la multitude de quêtes secondaires qui s'offrent à vous ! Et si ce n'est pas assez pour vous, sachez qu'une extension est prévue pour Décembre sur le Xbox Live !

Et bien non, malgré les grandes qualités du titre, quelques défauts subsistent. Ce fameux chien par exemple qui vous suit dans vos moindres faits et gestes. Si on s'y attache au bout d'un moment ("Ouh qu'il est beau le toutou, qu'il est gentil, va chercher la baballe ! Bon chien !"), on ne peut que regretter que ses fonctionnalités se résument à achever vos ennemis ou à se transformer en détecteur de métaux. D'autres défauts subsistent comme quelques bugs bien relous, ou encore une interface très complète mais qui manque parfois d'ergonomie (il m'est déja arrivé de lancer un sort alors que je voulais simplement saluer une gente dame !).
Excellent !

Fable II

Fable II est le plus imparfait des chefs d'oeuvre. Mais la grande richesse du gameplay, la possibilité de jouer en co-op et son ambiance nous font vite oublier les bugs, l'histoire un peu bâclée, et ses petits défauts. Un must-have de cette fin d'année sur Xbox 360.

La note : 5/6 (Excellent !)