Quand F-Zero rencontre Starwing, voilà à quoi fait penser ce Hyper Zone... Mais le résultat n'est clairement pas à la hauteur.

Pourtant, inutile de parler de plagiat, puisque F-Zero comme Starwing ne sont sorti qu'après Hyper Zone.

Le jeu fait la part belle au fameux mode 7 de la Super Nintendo. Ce mode permet d'afficher des effets de profondeur et de vitesse saisissants pour l'époque, donnant un bel avantage technique à la console face à la concurrence, et particulièrement la Megadrive.

Hyper Zone sur Super Nintendo, plus une démo technique qu'un réel jeu...
Hyper Zone sur Super Nintendo, plus une démo technique qu'un réel jeu...

On évolue donc en voyant notre vaisseau de dos, et en avançant en profondeur dans l'écran. L'effet de vitesse est vraiment bien rendu, et le tout est très fluide.
On se prend vite à massacrer ce pauvre bouton de tir afin de dézinguer un maximum d'adversaires et faire monter son score. Au départ, ce ne sont que des blocs qui gênent le passage. Par la suite, certains adversaires se mettront à tirer.

On termine assez vite le premier niveau en bousillant un boss tout sauf charismatique et on se dit que ça commence à bien faire.
Eh oui, aucun tournant, juste des réductions de largeur dans la route. Pas de murs verticaux non plus, puisque le mode 7 ne permet pas d'en afficher. Le tout reste toutefois très lisible. On dispose d'une barre d'énergie, ce qui permet de se faire toucher un bon paquet de fois avant de crever. De plus, certains passages permettent de récupérer de la vie.

Au final, c'est vite soporifique, les ennemis sont peu variés, et même en passant les niveaux, on se rend compte que seul le décor change. Les boss ne demandent aucun apprentissage, il suffit d'éviter leurs tirs - tous les tirs sont identiques - et de canarder dans le tas. On change bien de temps à autre de vaisseau, mais à part la couleur des boulettes, rien ne change.
à peine moyen

Hyper Zone

Hyper Zone partait sur de bonnes bases. Mais finalement, le titre tient plus de la démonstration technique que du réel jeu vidéo. Les développeurs de chez Halken ont oublié le principal dans ce shoot : le fun.

La note : 2/6 (à peine moyen)