Limbo, c'est l'un des jeux indépendants les plus marquants de sa génération. Court mais aussi intense que graphiquement impressionnant, il constitue un indispensable. Tout simplement.

Quand on commence une partie de Limbo, on s'étonne. Déjà, visuellement, c'est en noir et blanc, ou plutôt en niveaux gris et de noir. Jouant sur les ombres, les graphismes accusent paradoxalement un niveau de détail très élevé, le tout relevé par une animation aussi fluide qu'agréable à l’œil.

Cet aspect graphique angoissant est magistralement souligné par des bruitages à la fois discrets et nombreux, donnant de l'épaisseur au monde mis en place ; le tout souligné par une bande son respectant le même principe : à la fois discrète et énigmatique.

Limbo sur Xbox 360.
Limbo sur Xbox 360.

Une fois passé cette claque visuelle et auditive, on avance. Notre petit garçon, représenté par une ombre dont seuls les yeux blancs ressortent, ne peut que courir, sauter et effectuer une action (tirer, actionner un levier, etc.).

On teste, et là, c'est l'horreur : notre petit personnage vient de se faire bouffer par une sale bête, broyer par une caisse ou encore déchiqueter par des scies géantes. Derrière ses côtés énigmatiques et sombres se cache un jeu violent et saignant... tout en restant irrémédiablement en niveaux de gris.

Le faible nombre d'actions disponibles est déjà bien suffisant aux développeurs pour nous proposer un jeu de puzzle plate-formes dont le level design relève souvent du génie, tant de part sont originalité que par sa faisabilité. Oui, Limbo est difficile. Mais en cherchant un peu, vous pouvez trouver la solution qui vous permettra de passer à l'étape suivante.

On progresse. On bloque, et continue d'avancer. Il est d'ailleurs vraiment intéressant d'y jouer à plusieurs, chacun apportant des éléments de réflexion.
Les check points sont très nombreux - il faut dire que l'on meurt à tout bout de champ, de façon souvent très gore. Le plus étonnant, c'est que l'ensemble de l'aventure tient sur un niveau géant, que l'on termine en seulement trois à cinq heures. C'est court, très court. Mais peu importe.

A noter, pour les détracteurs du dématérialisé (dont je fais partie), que Limbo est disponible dans une compilation Triple Pack sur Xbox 360 aux côtés des tout aussi géniaux Splosion Man et Trials HD.
culte, indispensable !

Limbo

Certes, Limbo est court, mais quelle maitrise dans les mécaniques de jeu ! C'est bien simple, pas une seule fois on ne peste contre la difficulté de l'ensemble. On se creuse les méninges, jusqu'à la fin, aussi simple que touchante.

La note : 6/6 (culte, indispensable !)